Château fort de Gigersburg

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château fort

Appelation d'usage

Château de Gigersburg

Titre courant

Château fort de Gigersburg

Localisation

Localisation

Grand Est ; Haut-Rhin (68) ; Wihr-au-Val

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Alsace

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Munster

Lieu-dit

Schaenzle

Références cadastrales

1987 09

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Milieu du Moyen Age (?)

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1296

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Un château appartenant à la famille noble de Girsberg existe fort probablement sur ce site de basse altitude à la fin du 12e siècle (1186 avec mention de Tietricus de Girsperg), une des branches de la famille ayant fait construire un second château, appelé Stauffen, sur le sommet situé plus en hauteur au sud-est. Le château de Gigersburg fait l'objet d'un siège de 23 semaines, décidé et conduit par le roi Rodolphe de Habsbourg, à la suite de l'assassinat de Siegfried de Gundolsheim (ancien écoutète de la ville de Colmar) ; cet homicide entraîne également la mise au ban de la famille de Girsberg. Commencé en 1289, le siège aboutit en février 1290 et conduit à la destruction du château en 1291. Sa reconstruction est permise et favorisée en 1296 par l'évêque de Strasbourg, Conrad de Lichtenberg. En 1316, suite à des dissensions entre les 2 branches de la famille de Girsberg, le château est cédé aux seigneurs de Ribeaupierre, ces derniers offrant le château de Girsberg (appelé aussi Petit-Ribeaupierre, commune de Ribeauvillé) en fief. La famille de Girsberg devient alors vassale des Ribeaupierre et conserve le château de Gigersburg jusque vers le milieu du 15e siècle. Le château aurait été à nouveau détruit en 1422 par Smassmann de Ribeaupierre allié à Hans von Lupfen-Hohnack, mais l'imprécision des sources fait que cette destruction pourrait concerner le château de Stauffen. Au début du 20e siècle, le site, qui comprend encore quelques vestiges de murs selon Wolff (1908), fera l'objet de fouilles archéologiques amateurs (en 1902, mise au jour d'objets par le fermier Valentin, occupant la ferme située à proximité) ou de terrassements (en 1908).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, grès, moellon sans chaîne en pierre de taille

Commentaire descriptif de l'édifice

Situé à une altitude de 405 m., le site du château n'offre aujourd'hui plus aucune maçonnerie en élévation et son plan au sol reste sujet à caution. Seule une citerne (ou un puits) creusée dans le rocher ainsi que des vestiges de moellons calcaires maçonnés partiellement enfouis sont aujourd'hui visibles sur le site. C.-L. Salch (1991) a déduit de l'observation de la topographie l'existence d'un grand bâtiment (« donjon-palais » ?) flanqué d'une tour en fer à cheval sur sa face ouest, accosté des bâtiments d'une basse-cour à l'ouest et au nord.

Commentaires d'usage régional

Tour

État de conservation (normalisé)

Détruit

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2006

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Raimbault Jérôme, Brunel Pierre

Cadre de l'étude

Inventaire préliminaire

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Alsace - Service de l'Inventaire du Patrimoine culturel Palais du Rhin - 2 Place de la République 67000 Strasbourg - 03.88.15.38.31