Prison dite Baraque des cellules

Désignation

Dénomination de l'édifice

Prison

Appelation d'usage

Baraque des cellules

Titre courant

Prison dite Baraque des cellules

Localisation

Localisation

Grand Est ; Bas-Rhin (67) ; Natzwiller

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Alsace

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Schirmeck

Lieu-dit

Struthof

Références cadastrales

1986 07

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Nom de l'édifice

Camp de concentration

Références de l'édifice de conservation

IA67013274

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 20e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

En 1943, le camp développe ses spécificités macabres. C'est durant cette année que seront notamment réalisées l'installation de la chambre à gaz au mois d'août et l'achèvement des derniers "blocks" ou baraquements sur une sorte d'esplanade, au bas du camp ; celui des cellules et du crématoire fixe.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Maçonnerie, bois

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée

Commentaire descriptif de l'édifice

Cette prison, a été bâtie uniquement en rez-de-chaussée comme toutes les autres baraques. Cependant, les murs ont ici été construits en moellon recouvert d'un placage de planches en bois (comme pour le crématoire). A l'intérieur, un corridor est encadré de guichets de surveillance. Un long couloir longitudinal sur toute la longueur du bâtiment dessert 20 cellules réparties de part et d'autre. Les cellules sont individuelles et de forme quadrangulaire, pourvues chacune d'une petite fenêtre quadrangulaire placée tout en haut du mur et ne permettant que l'éclairage, mais pas la vue. Ces fenêtres sont munies de fermetures à barreaux complétées par du fil de fer barbelé. Les portes des cellules sont toutes munies d'un judas et d'un petit guichet passe-plat en leur centre. 8 autres réduits avaient été pratiqués dans l'épaisseur des murs à chaque fois entre deux cellules, mais uniquement accessibles depuis le couloir central. Ces espaces étaient prévus à l'origine pour la mise en place du chauffage sous forme de braseros. La chaleur était censée se propager dans les deux cellules adjacentes par le biais de grosses plaques en fonte ou en fer percées de trous. L'évacuation des fumées était prévue par des conduits de cheminée individuels placés dans le prolongement vertical de ces réduits (visibles de l'extérieur, sur les versants du toit). Cependant ces réduits n'ont vraisemblablement jamais contenu de braseros, mais ont rapidement servi de cellules-réduits utilisées comme des cellules "punitives", du fait de leur exiguïté particulière. L'espace ne permettait ni de se tenir debout, ni d'être couché, même la position assise était difficile car il fallait être accroupi et courbé. Pour cette raison, la baraque des cellules ne fut donc jamais chauffée.

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À étudier

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2006

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Fritsch Florent, Haegel Olivier

Cadre de l'étude

Inventaire préliminaire

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Alsace - Service de l'Inventaire du Patrimoine culturel
Palais du Rhin - 2 Place de la République 67000 Strasbourg - 03.88.15.38.31