Parc du Château Favier dit parc Regis Villa

Désignation

Dénomination de l'édifice

Parc

Appelation d'usage

Regis Villa

Titre courant

Parc du Château Favier dit parc Regis Villa

Localisation

Localisation

Grand Est ; Bas-Rhin (67) ; Kintzheim ; 92 rue de la Liberté

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Alsace

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Sélestat

Canton

Sélestat

Adresse de l'édifice

Liberté (rue de la) 92

Références cadastrales

1988 9 3 à 8

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Château fort, pont, portail, dépendance, vallon artificiel, allée, chemin de jardin, ferme

Nom de l'édifice

Château Favier

Références de l'édifice de conservation

IA00124502

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1807

Commentaires concernant la datation

Datation par travaux historiques

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par travaux historiques

Description historique

Le 10 mars 1807, Matthieu de Favier, inspecteur aux revues et ordonnateur en chef du corps d'armée commandé par le Prince Joachim, achète le domaine, comprenant l'ancien château médiéval du XIIIe siècle, le château des Gollen du XVIIe siècle, la montagne, les vignes, les jardins et des prairies. Dès 1802, le baron Favier avait dressé un projet de reconstruction du château inférieur et de son parc. En accord avec les goûts de son époque, Favier fait aménager son domaine en parc paysager en y intégrant en contrepoint la ruine médiévale comme fabrique au terme d'un parcours sinueux. Pour réunir les deux châteaux de la manière que l'on connaît aujourd'hui, Favier dut collecter patiemment les titres de propriété des quelques 120 parcelles de vignes qui occupaient le terrain voulu. La politique d'achat foncier dura jusqu'en 1835.

Description

Typologie de plan

Jardin irrégulier

Partie d'élévation extérieure

Jardin en pente

Couverts ou découverts du jardin de l'édifice

Bois de jardin ; bosquet ; groupe d'arbres ; massif d'arbres ; arbre isolé ; prairie ornementale ; pelouse

Commentaire descriptif de l'édifice

Le manoir est situé en contrebas d'un vaste parc essentiellement formé d'une pelouse, coulée verte bordée d'arbres laissant dégagée la perspective vers la ruine du château médiéval. Le parc est traversé par un chemin communal en creux que dissimule une haie, on le franchit par un petits pont (à l'origine, c'était deux passerelles rustiques qui permettaient de franchir le chemin). Le parc tire parti des accidents de terrain en reliant les 2 châteaux par un parcours sinueux ; le départ se faisant indifféremment par l'un des 2 chemins depuis le manoir et cheminent autour de la grande pelouse centrale, dégageant la vue vers la ruine, conçue comme une fabrique surplombant le domaine. La partie arborée du parc environne la pelouse ; on y rencontre la plupart des essences en vogue au 19e siècle. Quelques statues sont dispersées dans le parc, aux abords du château XIXe. Il y a ainsi deux sphinges (très proche stylistiquement de celles du château de Bonnefontaine à Altwiller) gardant le perron de la demeure. On trouve également, sous un clump de marronniers, une statue de Diane. En bordure du parc, diverses parcelles de terre répondent à un intérêt vivrier. Un grand herbage à chevaux, au bout de la grande prairie devant le château, conçu comme une grande clairière dans le bois naissant ajoute au caractère paysager. A l'est, au delà des bords arborés de la grande prairie, un verger et diverses terres productives encadrent les dépendances du domaine. Il faut remarquer sur le portail d'accès de ces constructions, deux sculptures représentant des sacs remplis de navets et de pommes de terre illustrant la vocation agricole de ces bâtiments. La destination vinicole du domaine a été récemment remise en valeur et cela dans un souci paysager. En effet, pour dégager la ruine de la forêt environnante, les abords de celle-ci ont été plantés de vignes.

Commentaires d'usage régional

Parc paysager,portail,perron

État de conservation (normalisé)

Bon état

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1992/10/05 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Parc, avec Statue de Diane ; escalier avec les deux sphinx ; portail séparant le château des dépendances ; bâtiment principal des dépendances : façades et toitures. arrêté (pour le site classé) ; arrêté (pour l'inscription). 1978/06/01 : site classé

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Typologie de la zone de protection

Site classé

Intérêt de l'édifice

Intérêt botanique, à signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Allée ; ferme ; pavillon ; cour ; pont

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'une personne privée

Conditions d'ouverture au public

Fermé au public

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Toursel-Harster D., Gamerre S.

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (jardins remarquables)

Typologie du dossier

Sous-dossier