Eglise paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Genre du destinataire

De catholiques

Vocable - pour les édifices cultuels

Notre-Dame-de-l'Assomption

Titre courant

Eglise paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption

Localisation

Localisation

Alsace ; Bas-Rhin (67) ; Villé ; rue René-Kuder

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Villé

Adresse de l'édifice

René-Kuder (rue)

Références cadastrales

1985 02

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 18e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1757

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Andlau, Marie Béatrice Eusébie de Breiten-Landenberg, abbesse d' (commanditaire), Choiseul-Meuse, Françoise Honorine Julie de Zurlauben, comtesse de (personnage célèbre)

Description historique

D'après différents travaux historiques, l'église paroissiale de Villé serait la plus ancienne de l'ensemble du Val de Villé. Ainsi, une paroisse y est mentionnée en 1120 dans une bulle du pape Calixte II. Le vocable est le même depuis 1396. L'ancienne église, connu par un plan et une description (Cf. Plans : ADBR et Archives communales d'Epfig) , se dressait au même emplacement qu'aujourd'hui mais, dans un enclos fortifié qui au 18e siècle était encore partiellement bordé par un fossé rempli d'eau et un mur (Cf. Metz 1998) ; on y accédait par des passerelles. L'église de plan asymétrique était composée d'une nef et d'une tour-choeur désaxée. Dans l'angle sud-ouest de l'enclos se dressait une chapelle qui fut employée comme ossuaire, d'après Nartz elle aurait été dédiée à sainte Catherine. Vers l'ouest, une galerie la reliait à l'église, celle-ci servait de lieux d'inhumation aux édiles locaux. L'état de vétusté et la disproportion du bâtiment par rapport à l'importante communauté paroissiale nécessitèrent sa reconstruction. A partir de 1754, différentes solutions vont être proposées par l'architecte Chassain, néanmoins des raisons financières vont entraîner de nombreux retards. Un accord est finalement trouvé en 1757, l'abbaye d'Andlau décimatrice va financer la reconstruction du choeur et de la tour tandis que les différentes communautés villageoises (Villé, Albé, Triembach, Bassemberg, Lalaye et Urbeis) vont contribuer proportionnellement à la construction de la nef. L'actuelle église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption a été intégralement reconstruite à partir de 1757, d'après les plans dressés par l'architecte J. B. A. Chassain (1727-1793) entre 1754 et 1757. L'adjudication des travaux a été faite le 25 avril 1757. Le gros-oeuvre a été réalisé par le maître-maçon de Villé Joseph Elmerich, la charpente a été faite par Mathieu Fritsch de Reichsfeld. La première pierre a été posée le 13 juin 1757 par la comtesse Françoise Honorée Julie de Choiseul-Meuse née de Zurlauben. L'inscription commémorant la pose cette pierre est gravée sur la chaîne d'angle nord-est, à la jonction de la nef et de la sacristie : « FRANCISCA. HONORIA. JULIA. NATA. COMITISSA. DE. ZUR/LAUBEN. MARCHIONISSA. DE. CHOISEUL. MEUSE. / COMITISSA. VALLIS. VILLERANAE. HUNC. LA/PIDEM POSUIT. DIE. XIII. JUNII. ANNI. 1757 ». L'ensemble de l'édifice a coûté 21539 livres (ou 33592 Marks) payé par les différentes filiales de Villé et par Marie Béatrice Eusébie de Breiten-Landenberg (1697-1774) , abbesse d'Andlau, abbaye de laquelle dépendait l'ancienne abbaye de Honcourt (la clé de la voûte du choeur est sculptée d'un écu écartelé, au 1 et 4 des annelets des Breiten-Landenberg, au 2 et 3 de la croix d'Andlau et, sur le tout des deux H entrelacés traversés d'une crosse de l'abbaye de Honcourt) sans compter les contributions en nature des différentes communautés (jours de travail, matériaux etc.). Sur le plan architectural, cette église est représentative de l'architecture religieuse du 18e siècle en Alsace, néanmoins, le voûtement du choeur de style néo-gothique, qui n'était pas prévu sur les plans d'origine, présente un intérêt pour la connaissance de la redécouverte de ce style au courant de ce siècle. D'après des travaux historiques (Baumann) , l'architecte d'arrondissement Antoine Ringeisen (1811-1889) y fit des réparations en 1870.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Maçonnerie, enduit, grès

Commentaire descriptif de l'édifice

Eglise occidentée, comprenant un vaisseau unique plafonné, à quatre travées de fenêtres, un choeur à une travée droite voûtée d'ogives et une travée voûtée à pans coupés. Vers le sud, attenante au choeur, une sacristie. Vers le nord adossé au gouttereau une chapelle hors-oeuvre.

Commentaires d'usage régional

Tour porche,chevet à pans coupés

Protection

Référence aux objets conservés

IM67013443, IM67013419, IM67013439, IM67013444, IM67013432, IM67013445, IM67013427, IM67013430, IM67013431, IM67013429, IM67013420, IM67013422, IM67013440, IM67013446, IM67013428, IM67013421, IM67013435, IM67013441, IM67013424, IM67013423, IM67013426, IM67013418, IM67013433, IM67013436, IM67013425, IM67013434, IM67013437, IM67013438, IM67013442

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2000

Date de rédaction de la notice

2001

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Haegel Olivier, Wehr Marie-Hélène

Cadre de l'étude

Inventaire préliminaire

Typologie du dossier

Dossier avec sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Alsace - Service de l'Inventaire du Patrimoine culturel Palais du Rhin - 2 Place de la République 67000 Strasbourg - 03.88.15.38.31