Château fort de Herrenstein

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château fort

Appelation d'usage

Château fort Herrenstein

Titre courant

Château fort de Herrenstein

Localisation

Localisation

Grand Est ; Bas-Rhin (67) ; Neuwiller-lès-Saverne

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Alsace

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Bouxwiller

Lieu-dit

Herrenstein

Références cadastrales

1988 B8

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Donjon, tour, fossé, puits, citerne, abreuvoir

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Limite 12e siècle 13e siècle, milieu 13e siècle, 4e quart 15e siècle, 16e siècle, 17e siècle, 18e siècle, 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1790

Description historique

Selon une hypothèse très vraisemblable (basée sur l'étude archéologique et historique de J-M Rudrauf) le château de Herrenstein fut construit entre 1194 et 1201 pour le comte Albert de Dagsbourg (avoué de l'abbaye de Neuwiller, relevant de l'évêché de Metz) afin d'assurer le contrôle et la protection de l'abbaye. L'existence du "castrum Hernesteyn" est attestée par le testament du comte, rédigé entre 1201 et 1204. En 1225, après l'extinction de la lignée comtale, le fief fut récupéré par l'évêché de Metz. Entre 1236 et 1260, l'évêque Jacques de Lorraine fit restaurer le château et creuser une citerne. A partir de 1367 il fut morcelé entre divers propriétaires. En 1396, les troupes de la ville de Strasbourg s'emparèrent de Herrenstein et le Magistrat racheta au fur et à mesure, jusqu'en 1480, les droits des différents engagistes. Au 16e siècle (avant 1569) le château fut modernisé et adapté à l'emploi de l'artillerie ; l'enceinte extérieure avec ses deux tours ouvertes à la gorge, côté ouest, date de ces travaux ainsi que l'étage du bâtiment gothique (chapelle castrale, accolée à l'est du logis roman). Vers 1569 et 1577, les architectes de la ville, Hans Frawler et Daniel Specklin, furent chargés d'établir des projets de transformation ; ceux de Frawler ne furent pas réalisés, ceux de Specklin le furent partiellement (projets conservés). En 1652, la ville, endettée, vendit le château au général Reinhold de Rosen. En 1673, la forteresse fut démantelée par les troupes françaises et servit en partie de carrière pour la fortification de Lichtenberg. Un document de 1778 qualifie le Herrenstein de "vieux château partiellement en ruines avec une habitation pour le garde-chasse et le garde-forestier". Le domaine fut vendu pendant la Révolution. Une cave voûtée fut aménagée contre la courtine ouest en 1790. Le Herrenstein changera encore plusieurs fois de mains au 19e et 20e siècle. Il abrita une exploitation agricole (jusque vers 1925) , une maison forestière et une auberge (jusqu'à la première guerre). Cette dernière se trouvait dans le "pavillon" aménagé dans les vestiges de l'ancienne chapelle. La ruine du château, toujours propriété privée, est complètement laissée à l'abandon. Notice rédigée d'après l'étude de J.- M. Rudrauf, publiée dans Etudes médiévales II, SHASE, No 128 bis (1984).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Grès, moyen appareil, petit appareil

Commentaire descriptif de l'édifice

La ruine du château, à 402 m d'altitude, presque entièrement noyée dans la végétation, est située sur une crête rocheuse dominant la plaine d'Alsace, depuis le débouché de la vallée de la Zinsel jusqu'à Neuwiller-les-Saverne. Le château épouse le contour du rocher sur une longueur de 110 m et une largeur variant de 38 à 6 m. Le côté ouest, le plus menacé, est défendu par un large fossé creusé dans le rocher (d'où proviennent une partie des blocs de grès utilisés pour la construction). L'accès au château se fait au sud par une rampe le long de la courtine, primitivement depuis l'est, actuellement depuis l'ouest. La cour du château, allongée d'ouest en est, est divisée tranversalement par un mur de la fin du 14e siècle (vestiges des partages entre engagistes). Dans la partie occidentale de la cour, contre la courtine, vestiges des murs est et nord du logis roman, ruine du "pavillon" avec mur nord et porte en arc brisé, de l'ancienne chapelle, base du donjon pentagonal surplombant le fossé ouest, cave voûtée en berceau avec porte datée de 1790, tronçon de courtine nord et vestiges de murs correspondant à cinq salles, en avant du bastion nord dont ne restent que quelques pierres. Dans la partie orientale de la cour, portion de courtine du milieu du 13e siècle et vestiges de la courtine primitive. A l'extrémité est, tour pentagonale complètement arasée. Le bastion pentagonal sud, de Specklin, se situe devant la tour-porte médiévale, disparue. De l'enceinte extérieure du 16e siècle sont à peine visibles quelques fragments de murs au nord, au nord-est, au sud (contre la rampe d'accès primitive) et à l'ouest où se voit encore la base de la tour circulaire nord. Au sud-est se trouve un abreuvoir de plan polygonal et, actuellement invisibles, un puits dans le fossé et une citerne dans la cour. La courtine romane présente deux types d'appareil. Côté ouest, il est de taille soignée, à bossage avec liseré et trous de louve sur les parties non visibles. A l'est, il est de facture moins soignée, à joints larges et dépourvu de bossage. Des marques de tâcheron ont été relevées sur le mur bouclier du donjon et sur le "pavillon".

Commentaires d'usage régional

Donjon,porte en arc brisé,cave voûtée

État de conservation (normalisé)

Vestiges

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2000

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Parent Brigitte, Fritsch Emmanuel

Cadre de l'étude

Inventaire préliminaire

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Alsace - Service de l'Inventaire du Patrimoine culturel
Palais du Rhin - 2 Place de la République 67000 Strasbourg - 03.88.15.38.31