église paroissiale Saint-Etienne, actuellement chapelle Saint-Etienne

Désignation

Dénomination

église paroissiale

Vocable

Saint-Etienne

Destinations successives et actuelle

chapelle

Titre courant

église paroissiale Saint-Etienne, actuellement chapelle Saint-Etienne

Localisation

Localisation

Aquitaine 64 Lantabat

Aire d'étude

Iholdy

Canton

Iholdy

Lieu-dit

Saint-Etienne

Référence cadastrale

1832 F2 177, 178, 1988 F2 105

Milieu d'implantation

isolé

Parties non étud

cimetière

Historique

Datation des campagnes principales de construction

12e siècle, 15e siècle, 16e siècle, 18e siècle

Datation des campagnes secondaires de construction

2e quart 18e siècle, 20e siècle

Datation en années

1742

Justification de la datation

porte la date

Auteurs de l'oeuvre

maître d'oeuvre inconnu

Commentaire historique

L'édifice est mentionné dès le 12e siècle, notamment dans le Livre Rouge de la Cathédrale de Dax sous le vocable de "sanctus stephanus de mendiburue". Saint-Etienne est l'une des quatre paroisses primitives de Lantabat. La construction conserve de cette époque son plan allongé à vaisseau unique et la fenêtre d'axe du chevet plat. À l'ouest, un clocher-mur pignon à une baie campanaire possède deux stèles discoïdales en amortissement, dont une datée 1629 à l'envers. Au 15e siècle ou au 16e siècle est sûrement construite la chapelle nord. Une autre chapelle est aussi construite au sud, à une période plus récente semble-t-il. Elle est aujourd'hui détruite et l'arc en plein cintre de séparation muré. On constate des traces d'arrachement sur le mur ouest de la sacristie. En entrant dans l'édifice, on observe au sud-ouest des fons baptismaux datés 1643 accompagnés de l'inscription latine : "DOCETE ONS BAPS M EOS I NOMINE PATRIS & FILII & SP SII SEPTENBER 17". Le sol de la nef est pourvu de dalles funéraires. La charpente en bois apparente était sûrement masquée par un lambris effondré. À l'ouest, le porche est détruit. Seul subsiste le linteau de l'ancienne porte, daté de 1742 et décoré de croix fleurdelisées, d'oiseaux et de rosaces. L'édifice a connu une campagne de restauration en 2001. Le cimetière conserve des stèles discoïdales.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

calcaire, moellon, moyen appareil

Matériau de la couverture

tuile creuse

Parti de plan

plan allongé

Vaisseau et étage

1 vaisseau

Type et nature du couvrement

charpente en bois apparente

Type de la couverture

toit à longs pans, pignon couvert, appentis

Emplacement, forme et structure de l’escalier

escalier intérieur : escalier en équerre, en charpente

Commentaire description

La chapelle, de plan allongé à vaisseau unique, est érigée en moellons et pierres de taille de moyen appareil de calcaire. L'édifice est couvert d'un toit à longs pans et pignon couverts de tuiles creuses, dont la charpente est visible à l'intérieur. Au sud, un appentis de tuiles creuses couvre la chapelle sud, postérieure. Dans la nef règne un étage de tribunes desservi par un escalier intérieur en équerre en charpente dans l'angle nord-ouest. À l'ouest, un clocher-mur porte en son sommet deux stèles discoïdales en remploi.

Etat de conservation

restauré

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété de la commune

Références documentaires

Date d'enquête

2000

Crédits

© Inventaire général, © Conseil général des Pyrénées-Atlantiques

Date de rédaction de la notice

2000

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Pécheux Barbara, Labat Nelly

Cadre de l'étude

inventaire topographique

Dossier

dossier individuel

Dossier adresse

Conseil régional d'Aquitaine - Service chargé de l'inventaire 54, rue Magendie 33077 Bordeaux Cedex - 05.57.95.02.02