Église paroissiale Saint-Vincent, actuellement église dite chapelle Saint-Vincent

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Vincent

Destination actuelle de l'édifice

Chapelle

Titre courant

Église paroissiale Saint-Vincent, actuellement église dite chapelle Saint-Vincent

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Pyrénées-Atlantiques (64) ; Irouléguy

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Saint-Etienne-de-Baïgorry

Canton

Saint-Etienne-de-Baïgorry

Lieu-dit

Hiriburu

Références cadastrales

1839 C 165, 166 ; 1990

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Cimetière

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Milieu du Moyen Age ; limite 17e siècle 18e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

1er quart 20e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

L'église dite chapelle Saint-Vincent d'Irouléguy était, jusque dans le premier quart du 20e siècle, l'église paroissiale du village. Menaçant ruines, elle est alors abandonnée et quasi détruite lors de la construction d'un nouvel édifice de culte au coeur du bourg. D'après les vestiges encore visibles, il semblerait que la construction de l'église remonte au milieu du Moyen Age, plus vraisemblablement à la période romane, comme semblent l'indiquer l'utilisation de la pierre de taille de moyen appareil et les fondations semi-circulaires du chevet. A ses origines, l'église dite chapelle appartient au seigneur d'Urdos, à Saint-Etienne-de-Baïgorry. L'édifice porte des marques de remaniements aux Temps modernes, vers la fin du 17e siècle ou le début du 18e siècle. La majorité des stèles conservées dans le cimetière remonte d'ailleurs à cette époque.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Grès ; moyen appareil ; enduit partiel

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Typologie de plan

Plan allongé

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; pignon couvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Il ne reste aujourd'hui de l'édifice que la partie ouest, c'est-à-dire un pan de mur en moyen appareil de grès, correspondant à l'entrée dans l'église, avec sa porte en plein-cintre, une partie du clocher-mur, ainsi qu'un espace dont les murs portent une couche d'enduit et couvert d'un toit à longs pans formant pignon couvert de tuiles creuses, qui correspond, en rez-de-chaussée, au porche d'entrée dans l'édifice et semble être l'emplacement de la chambre des cloches, peut-être la sacristie, à l'étage. En effet, on peut accéder à cet espace par un escalier de distribution extérieur, à volée droite, en maçonnerie, à l'extrémité ouest de l'église. Il ne reste de la nef que quelques traces de murs au niveau du sol, accompagnées de la pierre tombale d'un seigneur de Baïgorry décédé en 1780. L'édifice était vraisemblablement de plan allongé, à vaisseau unique. On peut encore distinguer, à l'est, une forme semi-circulaire qui correspond à la forme de l'abside.

État de conservation (normalisé)

Vestiges

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2000

Date de rédaction de la notice

2000

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Labat Nelly

Cadre de l'étude

inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Nouvelle-Aquitaine - Service du Patrimoine et de l’Inventaire, site de Bordeaux - 5, place Jean-Jaurès 33000 Bordeaux - 05 57 57 72 37

1/3