Orangerie du château de Gramont ; maison de jardinier dite Le Jarzin

Désignation

Dénomination de l'édifice

Orangerie, maison

Genre du destinataire

De jardinier

Appelation d'usage

Orangerie du château de Gramont ; Le Jarzin

Destination actuelle de l'édifice

Ferme

Titre courant

Orangerie du château de Gramont ; maison de jardinier dite Le Jarzin

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Pyrénées-Atlantiques (64) ; Bidache

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Val d'Adour rive gauche

Canton

Bidache

Lieu-dit

Château de Gramont

Références cadastrales

1818 B1 371, 1999 ZE 92

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Poulailler, porcherie

Nom de l'édifice

Château ; au sud-est

Références de l'édifice de conservation

IA64000289

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1ère moitié 17e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

19e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Edifié contre le mur est du terre-plein sud du château, le bâtiment se compose de deux parties accolées : côté sud, l'ancienne orangerie du château de Gramont et "la serre de l'orangerie" selon les inventaires du 18e siècle ; côté nord, la maison du jardinier. L'ensemble construit dans la 1ère moitié 17e siècle a gardé son appellation d'origine dite Le Jarzin. Le bâtiment a été dégradé au cours du 19e siècle : fenêtres à croisée murées, élévation probablement vitrée de la serre comblée en un blocage de moellon. Le bâtiment est aujourd'hui à l'usage d'une ferme.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit d'imitation

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

Comble à surcroît

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert

Commentaire descriptif de l'édifice

Sur l'élévation est de l'orangerie, un stylobate couronné d'un gros tore devait supporter une ordonnance de pilastres qui scandaient la façade en travées. Aujourd'hui, seuls deux pilastres corniers sont encore visibles. L'élévation certainement vitrée aux 17e et 18e siècles a été comblée au 19e siècle. La maison du jardinier est percée de 4 fenêtres à croisée en pierre avec encadrement mouluré surmonté de 3 agrafes. Le parement (dégradé) des façades est très similaire au rhabillage du 17e siècle de l'aile Renaissance du château : sur un appareil de moellon, un crépi imite des bandeaux de pierre en relief alternés avec des bandes d'enduit peint qui copie un appareil de briques rouges (style Louis XIII).

État de conservation (normalisé)

Mauvais état

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Padrino Hervé

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Nouvelle-Aquitaine - Service du Patrimoine et de l’Inventaire, site de Bordeaux - 5, place Jean-Jaurès 33000 Bordeaux - 05 57 57 72 37