Scierie et moulin à farine dits Moulins Dargon, puis Griffon, puis Coutellerie Sauzedde-Voissier, puis Sauzedde-Griffon

Désignation

Dénomination de l'édifice

Scierie, moulin à farine, coutellerie

Appelation d'usage

Moulins Dargon, puis Griffon ; Coutellerie Sauzedde-Voissier, puis Sauzedde-Griffon

Titre courant

Scierie et moulin à farine dits Moulins Dargon, puis Griffon, puis Coutellerie Sauzedde-Voissier, puis Sauzedde-Griffon

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Puy-de-Dôme (63) ; Chabreloche ; 14 rue d'Arconsat

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Auvergne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Puy-de-Dôme

Canton

Saint-Rémy-sur-Durolle

Adresse de l'édifice

Arconsat (rue d') 14

Références cadastrales

1835 B 675, 1992 AB 68

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Sabot (le)

Partie constituante non étudiée

Bief de dérivation, cour, jardin, logement, atelier de fabrication, bureau d'entreprise

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

18e siècle (?), 1er quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1821, 1826, 1921

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

L'implantation d'une activité industrielle en ce lieu est antérieure au 19e siècle. Les archives du 18e siècle attestent la présence de moulins localisés à la confluence de la Durolle, du Sabot, du Moiron et de la Grande Goutte. En 1821, la famille Dargon construit un " seitol " soit un moulin à bois pour une activité de sciage. Puis en 1826, elle accole au nord du " seitol " un moulin à farine. Sur le cadastre napoléonien de 1835, un bâtiment figure près de la mention " Moulins Dargon ". En 1842, Jean Dargon, est meunier au moulin. Jean-Marie Griffon, ensuite, exploite le " seitol ". Ses filles, Jeanne et Joséphine se marient à des couteliers, Jean Sauzedde et Joseph Voissier. Une coutellerie est créée en 1921 au-dessus de la scierie qui fabrique aussi des manches de couteaux en bois pour la coutellerie. Un atelier d'émouture prend place dans le moulin, et un atelier de trempe se monte dans un petit bâtiment le long du bief. L'atelier de trempe a aujourd'hui disparu. Au début de l'activité, la coutellerie travaille pour les fabricants de Thiers, puis peu à peu, elle commercialise directement les produits fabriqués. Les deux beaux-frères se chargent de la commercialisation, leur raison sociale est Sauzedde-Voissier, coutellerie spécialisée dans la fabrication de couteaux de table. En 1925, Joseph Voissier quitte la coutellerie. Cette dernière est gérée jusqu'en 1974 par la famille Sauzedde au nom de Sauzedde-Griffon. Elle a comme marque de fabrique une double tête de coq avec les initiales " S.J. ". Le bâtiment abritant la scierie et la coutellerie est toujours visible, il a été réhabilité en 2004. En 1925, l'usine emploie 12 à 15 personnes. 1938 : 9 ouvriers dont 2 à l'usine et 7 à domicile. 1940 : 10 à domicile. 1950 : 1 monteur et 1 polisseur à l'usine, et des ouvriers à domicile. Existence d'un fonds d'archives privées.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Granite, moellon

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur : escalier en équerre, en charpente

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie hydraulique, produite sur place, énergie électrique, achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

Le bâtiment construit en moellon de granite accueillait en rez-de-chaussée la scierie. L'étage était occupé par la coutellerie comprenant atelier de fabrication, magasin et bureau ; on y accédait par un escalier extérieur. Le moulin à farine, accolé au nord, a quasiment disparu. Il a été réduit de moitié, il reste deux pans de mur, le mur nord a été reconstruit en 1992. Les axes de transmission des deux roues hydrauliques verticales sont toujours visibles. Sur le linteau en bois (conservé) qui surmontait la porte de l'ancien moulin, on trouve une croix, la date de 1826, le prénom "ANTOINE", suivi des lettres "DC".

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté, restauré

Protection

Typologie de la zone de protection

Parc naturel régional

Observations concernant la protection de l'édifice

Un des moulins formant le noyau primitif de la commune de Chabreloche.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2006

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Journaix Axelle

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (enquête partielle : patrimoine industriel de la Montagne thiernoise)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Auvergne-Rhône-Alpes - Centre de documentation du patrimoine - 59 boulevard Léon Jouhaux - CS 90706 – 63050 Clermont-Ferrand CEDEX 2 - 04.73.31.84.88

1/12
scierie et moulin à farine dits Moulins Dargon, puis Griffon, puis coutellerie Sauzedde-Voissier, puis Sauzedde-Griffon
scierie et moulin à farine dits Moulins Dargon, puis Griffon, puis coutellerie Sauzedde-Voissier, puis Sauzedde-Griffon
© Région Auvergne - Inventaire général du Patrimoine culturel, ADAGP
Voir la notice image