Grand Hôtel de l'Etablissement

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel de voyageurs

Appelation d'usage

Grand Hôtel de l'Etablissement

Titre courant

Grand Hôtel de l'Etablissement

Localisation

Localisation

Auvergne 63 Bourboule (La)

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Rochefort-Montagne

Adresse de l'édifice

Foch (avenue) 70

Références cadastrales

1966 AC 68

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Jardin

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

4e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1860

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques, daté par tradition orale

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Remploi

Remploi provenant de : 63, La Bourboule

Description historique

L'hôtel de voyageurs dit grand Hôtel de l'Etablissement est le premier hôtel important construit à La Bourboule ; il s'est installé à proximité immédiate de l'établissement thermal Choussy. La pose de la première pierre a lieu en 1860, et c'est la famille Choussy qui en est le maître d'ouvrage. Le maître d'oeuvre n'est pas connu. Les travaux de construction s'achèvent en 1863. Dans les années 1890-1892, des travaux d'agrandissement sont effectués, avec la construction d'un important ajout côté ouest, et la surélévation de tout le bâtiment avec un étage supplémentaire. Une travée supplémentaire, côté est, a également été ajoutée à une date indéterminée : elle accueille un commerce en rez-de-chaussée. Actuellement et depuis une époque non connue, un autre bâtiment est annexé à l'hôtel d'origine, et referme l'ensemble en L, à l'arrière sur le jardin. Les piles en trachy-andésite du portail latéral ouvrant sur le jardin ne sont pas d'origine (les premières étaient en tuf) et proviennent de l'ancienne villa, démolie, du directeur de l'établissement thermal ; elles ont été installées probablement vers 1975 (deux autres de ces piles ont été partiellement réutilisées comme pieds de tables dans le jardin).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Tuf, moellon, pierre de taille, enduit, fonte, verre

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, étage de comble

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans brisés, croupe brisée

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie, suspendu, escalier de distribution extérieur : escalier tournant, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Edifice construit à l'angle de deux rues, ouvrant en façade principale sur l'avenue, et en élévation postérieure sur un jardin. Il était composé à l'origine d'un bâtiment à 7 travées, avec un rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés et un étage de comble sur un sous-sol semi-enterré, éclairé par des soupiraux côté avenue. Il était alors couvert d'un toit à longs pans et croupes brisés, en ardoise. Actuellement, l'édifice comprend une travée supplémentaire côté est, et un ajout en arrondi à 3 travées côté ouest, avec des tourelles en surplomb à la jonction avec l'ancien bâtiment. Un étage supplémentaire a également été ajouté, portant le nombre de niveaux supérieurs à 3 étages carrés et un étage de comble. La toiture, toujours couverte d'ardoise, a donc été transformée, et consiste aujourd'hui en un longs pans brisés à pignon couvert, à l'est, et en une croupe ronde bordée d'une partie en terrasse sur l'ajout ouest. Des lucarnes percées dans le brisis éclairent actuellement l'étage de comble, alors qu'il n'existait qu'une seule lucarne centrale à l'origine. La première construction est en moellons de tuf (dit pierre de La Bugette) enduits, alors que l'ajout ouest et ses tourelles ont été réalisés en pierre de taille apparente de tuf. Les encadrements d'ouvertures, bandeaux et corniches sont également en pierre de taille de tuf. Une aile en retour, à l'arrière sur le jardin, fait aujourd'hui partie de l'hôtel : les sorties en rez-de-jardin de cette aile sont abritées par un portique couvert, à structure métallique (colonnettes et poutrelles en fonte). L'escalier principal de l'hôtel d'origine est un escalier suspendu en pierre, tournant à retours avec jour. A l'arrière du bâtiment, un escalier tournant en pierre permet de descendre au jardin depuis une véranda (à structure en fonte et vitrage) située à l'arrière de la salle à manger du rez-de-chaussée.

Technique du décor des immeubles par nature

Céramique

Indexation iconographique normalisée

Fleur ; palmette ; flamant

Description littéraire de l'iconographie

L'aile nord en retour du bâtiment principal a des dessus de portes décorés de panneaux de céramique à motifs de fleurs et palmettes en relief. Entre ces portes, deux grands panneaux en carreaux de céramique émaillée représentent des échassiers au bord de l'eau (flamants, ...).

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Ceroni Brigitte

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional d'Auvergne - Service régional de l'Inventaire 13-15, avenue de Fontmaure - BP 60 - 63402 Chamalières - 04.73.31.85.29

1/38
grand hôtel de l'établissement
grand hôtel de l'établissement
© Région Auvergne - Inventaire général du Patrimoine culturel, ADAGP
Voir la notice image