Église paroissiale Saint-Joseph

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Joseph

Titre courant

Église paroissiale Saint-Joseph

Localisation

Localisation

Auvergne 63 Bourboule (La)

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Rochefort-Montagne

Adresse de l'édifice

Georges-Clemenceau (boulevard)

Références cadastrales

1966 AE 30

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle, 2e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1888, 1898, 1932, 1941

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par travaux historiques

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribué par source, attribué par travaux historiques

Description historique

Eglise paroissiale de style néo-roman auvergnat, construite pour remplacer la chapelle édifiée en 1872 à La Bourboule, peu avant la création de la commune (cette chapelle sera détruite en 1888). En 1880, l'architecte Antoine Gardin propose un projet d'église, approuvé par la commission départementale des Bâtiments civils. Mais, élu maire en 1884, Gardin juge bon de laisser le projet à l'architecte Jean-Baptiste Sève. Ce dernier reprend donc le 1er projet ; il s'en inspire mais le réduit en partie. L'adjudication des travaux a lieu en 1885, et l'église est ouverte en 1888, sans clocher. Celui-ci sera édifié une dizaine d'années plus tard, suivant le projet de Sève de 1898, repris par l'architecte Amable Bargeon qui dirige les travaux. En 1932, une sacristie de plan circulaire est accolée à l'église du côté sud-ouest : le projet est signé par l'architecte Paul Neyrial. La décoration intérieure est terminée encore plus tardivement : la sculpture des chapiteaux est réalisée par l'artiste bourguignon Henri Charlier en 1941.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Tuf, andésite, trachyte, pierre de taille

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

3 vaisseaux

Typologie du couvrement

Voûte en berceau plein-cintre, voûte d'arêtes, cul-de-four, coupole à trompes

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon découvert, pignon couvert, appentis, croupe ronde, toit conique, flèche polygonale

Commentaire descriptif de l'édifice

Eglise au style largement inspiré du roman auvergnat. De plan allongé, elle comprend une nef centrale, voûtée en berceau plein-cintre, deux bas-côtés voûtés d'arêtes. Sans réel transept, elle reçoit malgré tout une coupole à trompes (et à oculus) en couvrement de la croisée. Autour du choeur en cul-de-four, un déambulatoire à trois absidioles (voûtées en culs de four également) est couvert de voûtes d'arêtes. A l'extérieur, au chevet, on retrouve l'étagement caractéristique des volumes propre aux églises romanes auvergnates. L'exception au modèle traditionnel se situe au niveau du clocher, qui au lieu de dominer la croisée du transept, au-dessus de la coupole, a été placé à l'ouest, au-dessus du porche. Le gros-oeuvre est essentiellement réalisé en pierre de taille de tuf (dit aussi pierre de La Bugette) , sur un petit solin de pierre de taille d'andésite (ou de trachy-andésite). Les toitures consistent en des longs pans sur la nef et le faux transept, des appentis sur les bas-côtés et le déambulatoire, des croupes rondes sur le choeur et les absidioles, un toit conique sur la sacristie et une flèche polygonale sur le clocher. La couverture est en ardoise.

Technique du décor des immeubles par nature

Mosaïque, sculpture (étudiée dans la base Palissy), vitrail (étudié dans la base Palissy)

Indexation iconographique normalisée

Ornement à forme géométrique ; chevron ; rosace ; damier ; ornement à forme végétale ; ornement à forme animale ; ornement : représentation humaine ; symbole : religion chrétienne

Description littéraire de l'iconographie

Des mosaïques de pierre, alternant le tuf clair et la lave sombre dans des motifs géométriques (chevrons, rosaces, damiers, ...) , ornent le chevet selon la tradition romane auvergnate. L'ensemble des chapiteaux de l'église est sculpté : feuillages, animaux, personnages, symboles chrétiens ou scènes bibliques, le tympan extérieur au-dessus de l'entrée est également sculpté d'une scène biblique ("Laissez venir à moi les enfants"). Les vitraux du déambulatoire forment un ensemble illustrant la guérison, l'Alliance, la vie et les manifestations de la Vierge.

Protection

Référence aux objets conservés

IM63002611, IM63002612, IM63002623, IM63002608, IM63002609, IM63002610, IM63002626, IM63002614, IM63002616, IM63002624, IM63002613, IM63002618, IM63002625, IM63002619, IM63002621, IM63002615, IM63002617, IM63002620

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Ceroni Brigitte

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional d'Auvergne - Service régional de l'Inventaire 13-15, avenue de Fontmaure - BP 60 - 63402 Chamalières - 04.73.31.85.29

1/49
église paroissiale Saint-Joseph
église paroissiale Saint-Joseph
© Région Auvergne - Inventaire général du Patrimoine culturel, ADAGP
Voir la notice image