Phare de Berck (Etablissement de signalisation maritime n°75/000)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Phare

Titre courant

Phare de Berck (Etablissement de signalisation maritime n°75/000)

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Pas-de-Calais (62) ; Berck

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Subdivision de Boulogne-sur-Mer

Lieu-dit

Sur la pointe du Haut Banc

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Jardin

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle, 3e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1835, 1868, 1958

Description historique

Le premier phare est bâti en 1836 sur la pointe du Haut-Banc sur un terrain appartenant au Sieur Bailly alors propriétaire de la parcelle. Ce dernier donna verbalement au conducteur Lens chargé des travaux, l'assurance que l'Administration pouvait exécuter en toute confiance cette tour et qu'il ne réclamerait rien en échange de cet usage. On se contente alors de cette promesse verbale mais en 1850 le nouveau propriétaire ne l'entend pas de cette oreille et exige une indemnité. Le service maritime local lui propose une somme de 180 francs mais il refuse et réclame 1000 francs pour ce terrain. Cette demande est jugée exorbitante et pour finir il fallut avoir recours à la voie d'expropriation. En juillet 1854 les jurés devant procéder à l'évaluation de l'indemnité étaient convoqués et décidaient que la somme de 500 francs correspondait à la réelle valeur des terres. - 1835 : réverbère suspendu à une potence en bois - 01 janvier 1836 : tour cylindrique de 11 m sur corps de logis. L'hospice construit en avant du phare gène la visibilité. Le Service des phares est contraint de construire une tour plus élevée sur l'autre pignon du bâtiment car le feu est occulté par le grand hôpital de l'Assistance publique construit à proximité et en façade sur la mer. - 15 septembre 1868 : nouveau phare sur une tour cylindrique de 25 m. - Détruit en 1944. - 1er projet de reconstruction : 28 Juin 1949 - La tour est reconstruite en 1958-1959, d'après les plans de Georges Tourry, architecte en chef des bâtiments de France et sous la conduite de l'ingénieur. Approbation du 16 septembre 1958. Allumé en août 1961 (mêmes caractéristiques). D'une hauteur de 38, 60 m, le fût a été entièrement réalisé en béton précontraint. Cette réalisation qui a constitué la première application de cette technique revêtait un caractère expérimental. Dès 1964 apparaissent les premières fissures et suintements. Le phare sera réparé dans les prochains mois. Des infiltrations d'eau dans les gaines des câbles tracteurs, de la partie supérieure, avaient entraîné leur corrosion.

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

- Description architecturale : 1er phare : Hauteur au dessus de la mer : 20 m. Taille générale : 11 m. Description : Tour cylindrique centrée au faîtage d'un corps de logis de un niveau. Rambarde métallique. 2e phare : Hauteur au dessus de la mer : 35 m. Taille générale : 25 m. Description : Tour cylindrique en brique accolée à l'ancien fanal et reliée par un couloir. Couronnement à moulures supportant une rambarde métallique. 3e phare : auteur au dessus de la mer : 57, 60 m. Taille générale : 45 m. Description : Tour cylindrique en maçonnerie de béton précontraint avec tirants de force, accolée à un bâtiment en forme de L en maçonnerie lisse. Jardin 9512 m2. - Description technique : 1ère optique : 1836 : feu fixe de 4ème ordre blanc.15 septembre 1868 : feu scintillant à éclipses toutes les 5 secondes. 3ème ordre petit modèle de focale 0, 25 m. Autres optiques : Avril 1906 : feu éclats 5 secondes de 5ème ordre focale 0, 25 m. à 4 panneaux au 1/4.Cuve à mercure : 1951 : feu éclats réguliers 5 secondes de focale 0, 30 m. Renforcement du feu. Cuve à mercure : 1906 - 1951. - Combustibles. Huile végétale : 1836. Huile minérale : 1868. vapeur pétrole : avril 1906. Electrification : 1951. - Etat actuel : Optique tournante de 4 panneaux en verre taillé de 0, 30 m de focale. Feu blanc à 1 éclat régulier en 5 secondes. Portée 24 milles. Cuve à mercure type Ebor 2400 Ø 0, 985 m - BBT. Machine de rotation universelle Sautter-Harlé (sur site) en rechange de la machine électrique à deux moteurs. Lanterne métallique de Ø 3 m montants verticaux à deux rangs de vitrage cylindrique. Murette métal. Coupole contemporaine à ventilation Sautter-Harlé.

État de conservation (normalisé)

Mauvais état

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2001

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Dreyer Francis, Fichou Jean-Christophe

Cadre de l'étude

Inventaire des phares

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

VISMER-PHARES-BRIQUEL ; VISMER-PHARES-BOGIO ; VISMER-PHARES-BOFFA ; VISMER-PHARES-ARCHI ; VISMER-PHARES-FORME-ROND ; VISMER-PHARES-LOCA-TERRE

Phare de Berck (Etablissement de signalisation maritime n°75/000)
Phare de Berck (Etablissement de signalisation maritime n°75/000)
© Francis Dreyer ; © Ministère de l'équipement, Bureau des phares et balises ; © Ministère de la culture
Voir la notice image