Sucrerie de betteraves Stievenart et Cie, puis de Monchy, puis Béghin Say

Désignation

Dénomination de l'édifice

Sucrerie, distillerie

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Sucrerie de betteraves

Appelation d'usage

Sucrerie Stievenart et Cie, puis de Monchy, puis Béghin-Say

Titre courant

Sucrerie de betteraves Stievenart et Cie, puis de Monchy, puis Béghin Say

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Oise (60) ; Monchy-Humières ; avenue du Couvent ; rue de Compiègne ; rue de Braisnes

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Oise

Canton

Ressons-sur-Matz

Adresse de l'édifice

Couvent (avenue du) ; Compiègne (rue de) ; Braisnes (rue de)

Références cadastrales

1985 D 303, 310, 333

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Conciergerie, pont-bascule, cour, entrepôt industriel, magasin industriel, bassin de décantation, voie ferrée

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle, 1ère moitié 20e siècle, 3e quart 20e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par tradition orale, daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Sucrerie de betteraves et distillerie d'alcool fondée en 1865 par la société Stievenart et Cie. En 1894, elle appartient à la société P. Lallemant et Cie qui, entre 1886 et 1891, procède à des agrandissements. Vers 1899, elle devient la S. A. Sucrière de Monchy. En 1909, l'installation d'un embranchement ferroviaire permet de relier l'exploitation à la gare de Villers-sur-Coudun, distante de 3, 86 km. Utilisée en 1915 comme abattoir et endommagée lors des bombardements de 1918, la sucrerie est reconstituée l'année suivante. En 1949, un arrêté préfectoral y autorise la construction d'une distillerie de betteraves. Devenue propriété de Béghin Say avant 1974, l'exploitation est arrêtée en 1975 et la majeure partie des installations bâties est rasée, à l'exception des entrepôts industriels, du bâtiment de réception, du pont bascule et du magasin.
1865 : générateur à vapeur construit par Cail et Cie à Denain (59). Capacité maximum : 300 tonnes par 24 heures (230 ha de culture en dépendance). 1964 : production annuelle de 30 000 sacs et exploitation de 252 ha de culture.
1962 : plus de 100 salariés.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, fer, pan de fer, essentage de tôle

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique, ciment en couverture

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée, étage de comble

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe, terrasse

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie thermique, produite sur place

Commentaire descriptif de l'édifice

Site desservi par un embranchement ferroviaire. Magasin industriel en essentage de tôle. Entrepôts industriels en brique couverts d'une toiture à longs pans et croupe en tuile mécanique. Bâtiment de réception construit en pan de fer hourdée de brique, couverture de ciment en terrasse.

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté, vestiges

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1990

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Dufournier Benoît, Fournier Bertrand

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

Arrdt_compiegne

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel
21 mail Albert-Ier 80000 Amiens