Sucrerie de betteraves du Port Salut

Désignation

Dénomination de l'édifice

Sucrerie

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Sucrerie de betteraves

Appelation d'usage

Sucrerie du Port-Salut

Titre courant

Sucrerie de betteraves du Port Salut

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Oise (60) ; Longueil-Sainte-Marie

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Oise

Canton

Estrées-Saint-Denis

Lieu-dit

Le Port-Salut

Références cadastrales

1882 B 117 à 120, 1996 H2 191, 192, 219, 294, 295, 297, 299, 300, 302, 303, 306

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Bureau d'entreprise, transformateur (abri), logement d'ouvriers, parties agricoles

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle, 3e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1875, 1877

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribué par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Peters Eloi (commanditaire)

Description historique

La sucrerie de betteraves, dite du Port-Salut, fut construite en 1875 pour Eloi Peters, fondateur de la société en commandite par actions E. Peters et Cie. Les travaux furent confiés à M. Lallemant, architecte et ingénieur civil demeurant à Cambrai (59) , tandis que le matériel fut fourni par la maison Lecointe et Villette, constructeurs mécaniciens à Saint-Quentin (02). Les bureaux et la maison sont construits en 1877. Albert Peters, fils d'Eloi Peters, modernisa les installations à la fin du 19e siècle, avec notamment une usine à gaz destinée à l'éclairage, puis en 1909. Le 9 juin 1940, puis le 31 août 1944, le site industriel, implanté près du point stratégique du pont de Verberie, fut gravement touché par les tirs d'artillerie et l'aviation. Plusieurs bâtiments, dont ceux qui avaient été élevés en 1939 furent incendiés et un obus frappa le four à chaux. Jusqu'en 1952, l'architecte A. Belot, de Compiègne, fut chargé de la réparation et de la reconstruction des bâtiments endommagés. Quelques années auparavant, en 1941, Robert Peters créa la société anonyme Peters et Cie. La sucrerie fonctionna jusqu'en 1964, date à laquelle la société fut intégrée dans le groupe de Chevrières. La plupart des bâtiments ont été détruits vers 1981. Aujourd'hui il ne subsiste plus que les parties agricoles, les bureaux et les logements d'ouvriers qui forment la ZAC de la Sucrerie, où quelques entreprises artisanales ont prit place.
Capacité maximum en 1939 : 60 tonnes de sucre par 24 heures, 250 tonnes de pulpe et 15 tonnes de mélasse.
1881 : 120 salariés ; 1939 : 105 salariés en période de campagne.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, fer, pan de fer

Matériaux de la couverture

Ardoise, tôle ondulée, tuile mécanique

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie thermique, produite sur place, énergie électrique, achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

Cet ensemble industriel a perdu les éléments constituant principaux de son organisation. Il demeure néanmoins quelques constructions, élevées en pan de fer hourdis de brique ou en brique uniquement, pour les logements ouvriers et les bureaux. Ces bâtiment comportent un étage carré et sont couverts de toit à longs pans et pignons couverts. Ceux des logements ouvriers sont en tuile mécanique ; les bureaux sont couverts en ardoise, et les parties agricoles en tôles ondulées.

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté, vestiges

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1990

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Dufournier Benoît, Fournier Bertrand

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

Arrdt_compiegne

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel
21 mail Albert-Ier 80000 Amiens