Ecole maternelle du Centre

Désignation

Dénomination de l'édifice

École maternelle

Appelation d'usage

Ecole maternelle du Centre

Titre courant

Ecole maternelle du Centre

Localisation

Localisation

Nord-Pas-de-Calais 59 Condé-sur-l'Escaut

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Condé-sur-l'Escaut

Canton

Condé-sur-l'Escaut

Lieu-dit

Condé-sur-l'Escaut centre

Adresse de l'édifice

Ecoles (boulevard des) ; Maréchal-de-Croy (rue du)

Références cadastrales

2010 AP 65

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Logement, jardin potager, verger, cour jardin

Nom de l'édifice

Groupe scolaire des Remparts

Références de l'édifice de conservation

IA59002365

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1934

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribué par source

Description historique

Destinée à succéder à l'école maternelle de la rue Neuve (notice correspondante) , la construction de la nouvelle école maternelle s'insère dans le projet global de groupe scolaire implanté entre le rempart et la voie nouvelle du boulevard des Ecoles (AD Nord, AC Condé-sur-l'Escaut). Un première série de plans est présentée en 1931 par l'architecte valenciennois Henri Armbruster (1868-1959) , architecte de la ville de Condé : l'école était prévue alors pour quatre classes. Le bâtiment des classes devait s'aligner parallèlement au rempart, ménageant l'espace d'une cour vers le boulevard des Ecoles. A l'extrémité nord était prévue la maison de la directrice, élevée sur deux niveaux. Devaient faire retour vers le boulevard, côté sud, un dortoir et le préau chauffé des petits. L'élévation, asymétrique, était encore marquée par l'utilisation d'éléments décoratifs empruntés à l'éclectisme. Le projet définitif figure sur un plan daté de juillet 1934 : il s'agit d'une construction plus vaste puisqu'elle doit comprendre cinq classes, un très grand préau chauffé et un solarium vestibule. Ce projet est approuvé par le conseil municipal de Condé le 19 février 1935, au cours duquel le maire déclare qu'il conviendrait de commencer au plus tôt les travaux de construction de l'école maternelle, les classes actuelles contenant chacune au moins 80 élèves. Le procès-verbal d'adjudication est dressé le 10 avril 1935 : les lots sont adjugés comme suit : 1er lot (terrassement, maçonnerie, béton armé, canalisations, pierres bleues) à Joseph Murez, de Condé ; 2e lot (charpente et menuiserie) , à l'entreprise Montaigne et fils, de Lille ; 3e lot (ferronnerie, serrurerie) à A. Balmer, de Valenciennes ; 4e lot (zinguerie, plomberie) à l'entreprise Petit et Cie, de Marly ; 5e lot (plâtrerie, cimentage) et 6e lot (carrelage, revêtement) à Joseph Murez, de Condé ; 7e lot (peinture, vitrerie) à Fernand Cuvelier, de Vieux-Condé ; lot à mettre au concours ou à traiter de gré à gré : les parements en granito, le motif décoratif central du solarium en mosaïque et émaux, les revêtements de marbre, les jardinières décoratives en ciment armé, la vitrerie de la coupole du solarium.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Béton armé, brique, appareil mixte, enduit

Matériaux de la couverture

Matériau synthétique en couverture, verre en couverture, béton en couverture (?)

Typologie de plan

Plan régulier en U ; jardin régulier

Description de l'élévation intérieure

En rez-de-chaussée

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée sans travées

Typologie de couverture

Terrasse, toit bombé

Commentaire descriptif de l'édifice

Le projet de 1934, réalisé, propose un plan en U asymétrique (la base du U se trouvant au sud-ouest) , avec retour le long du boulevard. Cette aile en retour est un peu moins longue que l'aile côté rempart, ce qui permet la mise en valeur du corps de bâtiment qui achève celle-ci, le solarium. Les classes sont réparties dans les deux ailes. Dans l'aile de liaison (la base du U) , se trouve le grand préau chauffé (actuellement, salle de jeux) , qui saille sur un plan en arc de cercle vers l'extérieur. Des galeries vitrées fermées permettent la desserte des différentes salles côté intérieur du U. Au centre du U, est prévue une cour de verdure avec pelouse. Entre l'autre branche du U et le rempart, le dessin d'un verger et d'un potager, et un logement de fonction (non réalisé). Les élévations ont été conçues entièrement en rez-de-chaussée, avec couverture en terrasse. Le solarium fait saillie en plan, en volume et en élévation ; il est couvert par un toit bombé dont il était prévu, semble-t'il, que la couverture soit entièremement réalisée en verre, les pans bombés devant être exécutés en verres cintrés à martelage spécial. Ce solarium, réalisation exemplaire maintenant utilisée comme atelier pour les enfants, a fait l'objet d'un traitement intérieur particulièrement soigné : décor de mosaïque et d'émaux, revêtement à hauteur d'appui en marbre napoléon et marbre sainte-anne. La maçonnerie de béton armé avec hourdissage de briques est revêtue d'un enduit granito. Est mentionné l'emploi d'une couverture bitumeuse ; actuellement l'essentiel de la toiture est probablement en béton. Des carreaux de céramique porphyrée à combinaison sont retenus pour couvrir les sols et la base des murs. Les revêtements intérieurs utilisent des carreaux de faïence blancs et ivoires alternés, les autres plinthes, les bordures et filets seront en faïence majolique. La cour jardin a conservé ses dispositions d'origine : une délimitation extérieure par des murets bas revêtus de briques de parement, une surface centrale déprimée à laquelle on accède par 3 marches et parcourue par des cheminements bornés par des bordures en ciment. De hauts épicéas sont venus obscurcir cette cour, dont le jardin très horizontal devait répondre à l'horizontalité des masses bâties. A la place du verger et du potager, on trouve maintenant une cour de récréation macadamisée. L'application des actuelles normes de sécurité s'appliquant aux bâtiments accueillants des enfants tend à entrainer des interventions préjudiciables aux dispositions d'origine, en particulier aux baies à structure métallique.

Technique du décor des immeubles par nature

Céramique, mosaïque, maçonnerie

Indexation iconographique normalisée

Armoiries ; ornement à forme géométrique

Description littéraire de l'iconographie

Solarium : motif central représentant les armes de la ville, en mosaïque de couleur et émaux, et décor de marbrerie. Décor en céramique dans l'ensemble du bâtiment.

Protection

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Edifice remarquable par l'intelligence de son plan et la qualité de ses volumes. Il est tout-à-fait caractéristique des théories hygiénistes appliquées à l'architecture scolaire des années 1930 ; à cet égard, le soin apporté à la conception du solarium se révèle très significatif.£Obtention du label Patrimoine XXe en 2006.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2004

Date de rédaction de la notice

2004

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Oger-Leurent Anita

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Sous-dossier

1/14
École maternelle du Centre
École maternelle du Centre
© Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image