Moulin à farine dit Moulin de Fréhart, de Landas, puis Mandron, puis Mégisserie Jugniaux et Cie

Désignation

Dénomination de l'édifice

Moulin à farine ; mégisserie

Appelation d'usage

Moulin de Fréhart ; Moulin à farine de Landas, puis Mandron ; Mégisserie Jugniaux et Cie

Titre courant

Moulin à farine dit Moulin de Fréhart, de Landas, puis Mandron, puis Mégisserie Jugniaux et Cie

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Nord (59) ; Bavay ; rue Fréhart

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Communauté de communes du Bavaisis

Canton

Bavay

Lieu-dit

Louvignies

Adresse de l'édifice

Fréhart (rue)

Références cadastrales

1831 A 517 à 520 ; 1913 B 565 à 574 ; 1994 AH 12, 13, 14, 233 à 238

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Rivière d'Audignies

Partie constituante non étudiée

Logement patronal ; atelier de fabrication ; grange ; vanne

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 18e siècle ; 4e quart 18e siècle ; 3e quart 19e siècle ; 2e quart 20e siècle ; 3e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1751 ; 1767 ; 1785 ; 1925

Commentaires concernant la datation

Porte la date ; daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

L'observation des plans anciens laisse à penser qu'il y a eu, simultanément ou successivement, deux moulins sur ce site. L'un des moulins, le long de la rue Fréhart, fut détruit à une date inconnue puis reconstruit au 19e siècle. Il renferme cependant un mécanisme daté de 1751, provenant, peut-être, du premier moulin situé en retrait et auprès duquel se trouvent les vestiges d'une vanne datée de 1767. A cette époque il appartient au comte de Landas, propriété attestée en 1807 par les contributions financières. Le moulin apparaît d'ailleurs sur le plan du comté de Louvignies en 1768. Les divers corps de bâtiments portent les dates de, 1785 et 179*. En 1820, le moulin appartient à M. Mandron. En 1925, La Sté Jugniaux et Cie y installe un atelier de lavage et de passage de peaux (mégisserie) évacuant les eaux usées chaque jour alternativement dans 2 bassins établis en dehors du ruisseau. L'édifice est endommagé lors de la Seconde Guerre mondiale. Il est aujourd'hui transformé en habitation.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique ; pierre de taille ; moellon

Matériaux de la couverture

Ardoise ; ciment en couverture ; matériau synthétique en couverture

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement ; 2 étages carrés ; étage de comble

Typologie du couvrement

Charpente en bois apparente

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; croupe ; toit à deux pans

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie hydraulique

Commentaire descriptif de l'édifice

Le moulin, le long de la rue Fréhart, possède toujours son mécanisme, daté de 1751. Celui-ci comprend le hérisson sur lequel s'engrènent les axes des meules, toujours en place. Le bâtiment se compose d'un étage de soubassement et deux étages carrés. Il comprend trois travées en brique, percées de baies droites et de baies en plein-cintre au dernier étage. Des éléments de mur en pierre indiquent une reconstruction, probablement au 19e siècle. De même, la teinte des briques, au dernier niveau, dénote une reconstruction récente, vraisemblablement liée aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale. La remarque s'applique également au logement attenant, portant en encrage sur le pignon la date de 179* (le dernier fer a disparu) , qui, bien qu'ayant conservé son cachet d'origine (chaîne d'angle en pierre de taille, pignon découvert en épis de brique, pan coupé) , présente de nombreuses modifications de structure : Ouvertures bouchées, reconstruction des parties supérieures. Un second logement, en retrait, porte en ancrage la date de 1785. Composé de 4 travées, il a un soubassement en pierre, des chaînes horizontales et des chaînes d'angle en pierre de taille, dont une percée d'une niche. L'allège des baies est en pierre, l'encadrement en brique et pierre alternées. Le toit, en bois à deux pans, est couvert d'ardoise. Perpendiculairement au logement, un autre corps de bâtiment, en pierre au rez-de-chaussée et en brique à l'étage, porte la date tronquée de 179*, date possible de reconstruction. Cet édifice est vraisemblablement un ancien moulin, comme l'atteste les plans anciens (présence d'un bassin de retenue) ainsi que les vestiges d'une vanne portant la date de 1767. La charpente en bois forme un toit à longs pans couvert de tuile en ciment. Le site comprend également une vaste grange en brique à demi effondrée.

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté

Protection et label

Typologie de la zone de protection

Parc naturel régional

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Atelier de fabrication

Observations concernant la protection de l'édifice

Matériel en place

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

2000

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Ramette Jean-Marc

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France – service de l’Inventaire du patrimoine culturel 151 Bd Hoover 59555 Lille Cedex