Hôtel de ville

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel de ville

Titre courant

Hôtel de ville

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Nord (59) ; Bavay ; Grand'Place

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Communauté de communes du Bavaisis

Canton

Bavay

Adresse de l'édifice

Grand'Place

Références cadastrales

1806 îlot 37 ; 1831 343 ; 1913 A2 701, 702 ; 1995 AC 204-212, 235, 243, 562

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom de l'édifice

Place

Références de l'édifice de conservation

IA59000584

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

17e siècle ; 18e siècle ; 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1734 ; 1784 ; 1862

Commentaires concernant la datation

Daté par tradition orale ; daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

L'hôtel de ville a été construit au cours de la deuxième moitié (?) du 18e siècle contre le beffroi et l'ancienne maison des gardes érigée au 17e siècle (?) , remplaçant le premier hôtel de ville construit au milieu du 16e siècle par Jacques Dubreucq, sculpteur belge, auteur de l'église Sainte Waudru à Mons. Plusieurs petites campagnes de réparations sont réalisées sur la tour par l'architecte Aubry au cours du 19e siècle : en 1812, 1816 et en 1824. L'aménagement de la salle principale, située au rez-de-chaussée, constituée par la réunion de la prison des hommes et de la chambre occupée par le concierge, a été réalisé par l'architecte Aubry en 1827-29. En 1862, l'architecte de la ville, Félix Guillemin, conçut un projet d'agrandissement et de rénovation de l'hôtel de ville. Ces travaux ont permis le rétablissement du chaînage en pierre (enlèvement de l'enduit datant de 1830) , l'installation du bureau du maire dans la logette du beffroi, le percement de deux baies dans la tour, l'ajout du fronton (à droite du beffroi) et d'une cheminée dans l'ancienne maison des gardes.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique ; pierre ; moyen appareil

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Flèche polygonale ; toit à l'impériale

Commentaire descriptif de l'édifice

Edifice composé de la juxtaposition d'une ancienne maison des gardes, d'un beffroi et d'un corps de bâtiment construits à des périodes différentes. Le pignon à redent de la maison des gardes donne dans la rue Pierre-Mathieu. Le beffroi est adossé au mur gouttereau de la maison des gardes, faisant saillie sur la place. Ces deux constructions sont en brique avec une chaîne alternant brique et pierre de taille aux angles et une chaîne de pierre autour des ouvertures. Le beffroi a une logette au premier niveau. La couverture est composée d'une flèche octogonale tronquée dans sa partie supérieure, couronnée d'un toit à l'impériale avec lucarnes rentrantes. La flèche a un égout retroussé de plan carré et repose sur un bahut essenté d'ardoise. Cette toiture est couverte d'ardoise en écailles. L'élévation du corps de bâtiment construit au 18e siècle comporte six travées et s'élève sur deux niveaux de pierre. Des pilastres à bossages (1er niveau) et à relief décoratif (2e niveau) rythment l'élévation. Des pilastres bagués surmontés de modillons et d'une corniche cintrée encadrent la porte gauche. Un aménagement et une restauration ont été réalisés en 1862, modifiant l'agencement intérieur.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1996

Date de rédaction de la notice

2000

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Luchier Sophie

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France – service de l’Inventaire du patrimoine culturel 151 Bd Hoover 59555 Lille Cedex

1/9