Filature, usine de teinturerie et usine de bonneterie François Masurel Frères, puis Société Anonyme des Usines de la Blanche Porte

Désignation

Dénomination de l'édifice

Filature, usine de teinturerie, usine de bonneterie

Appelation d'usage

Filature, usine de teinturerie et usine de bonneterie François Masurel Frères, puis Société Anonyme des Usines de la Blanche Porte

Titre courant

Filature, usine de teinturerie et usine de bonneterie François Masurel Frères, puis Société Anonyme des Usines de la Blanche Porte

Localisation

Localisation

Nord-Pas-de-Calais 59 Tourcoing

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Nord

Canton

Tourcoing sud

Lieu-dit

Brun Pain-Les Francs (Quartier)

Adresse de l'édifice

Paris (rue de) 220, 238

Références cadastrales

1885 A 470 à 482, 1997 DP 64 à 66, 69, 70, 74, 338

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication, cheminée d'usine, salle des machines, chaufferie, cour, puits, vestiaire, bureau d'entreprise, poste de chargement, transformateur (abri)

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle, 2e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1884, 1890, 1945

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

Les établissements François Masurel frères, dont les origines à Tourcoing remontent à 1876, érigent en 1884 une vaste filature dans un écart rural de l'ouest de Tourcoing, qui deviendra le nouveau quartier des Francs, dévolu quasi exclusivement à l'industrie, notamment grâce à l'impulsion donnée par l'implantation de la nouvelle gare des Francs, construite en 1882 et par laquelle arrive laine et main-d'oeuvre belge. Une unité de teinturerie est adjointe à la filature en 1890. La Première Guerre mondiale marque un arrêt brutal dans le développement jusque là ininterrompu de la société. En 1923 les usines Masurel sont spécialisées dans la production de fils fins en écrus simples ou retors, de fils teints pour draperie, de fils retors à torsion spéciale gaze destinés à la fabrication de tissu pour robes. L'atelier de bonneterie est construit en 1945 sur les plans de l'architecte Marcel Forest ainsi qu'une nouvelle chaufferie. En 1958, les établissements François Masurel Frères produisent laine peignée et laine d'angora, et s'occupent du blanchiment et de la teinture des produits textiles autres que tissus et rubans. La bonneterie est augmentée de 4 travées en 1959. Elle sera de nouveau augmentée et remaniée en 1995 par l'architecte Patrice Cau. Actuellement l'usine appartient à la Société Anonyme des Usines de la Blanche Porte, société de vente par correspondance. L'atelier de bonneterie (1945) possède deux chaînes de fabrication symétriques situées de part et d'autre d'un tapis roulant (transrouleur) et de deux toboggans à rouleaux. Un élévateur à balancelle permet chargement et déchargement automatiques. L'usine emploie 1700 ouvriers en 1923 pour une superficie de 5 hectares.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Béton armé, béton précontraint, brique, brique avec pierre en remplissage, béton

Matériaux de la couverture

Tuile flamande mécanique, matériau synthétique en couverture, métal en couverture, ciment en couverture

Description de l'élévation intérieure

3 étages carrés, rez-de-chaussée surélevé

Typologie du couvrement

Charpente en béton armé apparente, charpente métallique apparente, voûte en berceau (en béton armé)

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée sans travées, élévation à travées

Typologie de couverture

Extrados de voûte, shed, croupe, terrasse

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie thermique, produite sur place, énergie électrique, achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

La filature datant de 1884 se compose de plusieurs bâtiments en brique de 3 étages couverts de sheds, de sheds à croupe et de terrasses. L'atelier de fabrication (atelier de bonneterie) construit en 1945 sur les plans de Marcel Forest s'inspire de l'architecture des années 1930. Il est réalisé en béton armé et comporte un étage sur un rez-de-chaussée surélevé. Sa façade ordonnancée et continue en retour sur la rue d'Amsterdam est ponctuée par un avant-corps réalisant la liaison avec un atelier plus ancien. Ses baies tout en longueur sont divisées par des bandes filantes de béton remaniées avant la protection au titre des Monuments Historiques.

État de conservation (normalisé)

Remanié

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

2000/05/21 : inscrit MH

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Salle des machines ; atelier de fabrication ; chaufferie

Observations concernant la protection de l'édifice

Refus de visite

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1997

Date de rédaction de la notice

1998

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Ramette Jean-Marc

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

Arrdt_lille

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional du Nord - Pas-de-Calais - DAIRE 151 Bd Hoover 59555 Lille Cedex - 03 28 82 67 40