Presbytère, actuellement maison

Désignation

Dénomination de l'édifice

Presbytère

Titre courant

Presbytère, actuellement maison

Localisation

Localisation

Grand Est ; Moselle (57) ; Lommerange ; 12 rue Joffre

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Lorraine

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Portes de France - Thionville

Canton

Fontoy

Adresse de l'édifice

Joffre (rue) 12

Références cadastrales

2006 1 115

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Puits, jardin

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 18e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1698, 1811, 1836, 1839, 1861

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

Bauchet (architecte)

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

En mai 1698, la commune vend 100 arpents des bois communaux du Conroy. Les deux tiers du produit de la vente sont utilisés pour la construction du presbytère. A la Révolution, le curé fait reconstruire le presbytère à ses frais, et une construction secondaire, identique, mitoyenne pour sa soeur. Une porte de communication et des cabinets d'aisances relient les 2 maisons. Après leurs décès, les deux bâtiments doivent revenir à la cure. En 1811, Lommerange est autorisé à financer les travaux de réfection du presbytère (1024 F) au moyen du tiers du produit de la vente de son quart de réserve. En 1816, selon le desservant, le presbytère nécessite des réparations. En juin 1836, des travaux sont effectués puis à partir de 1838. Selon les plans de l'architecte M. Bauchet, la cheminée est démolie et refaite, ainsi que 6 portes, un grand placard et l'armoire de la cuisine. En 1854, les propriétaires, M. Clausse et sa soeur veulent vendre et mettre fin au litige de mitoyenneté. En avril 1861, le mur du jardin attenant au presbytère est reconstruit (payé en 1866 à M. Préling, maçon). Le bâtiment a servi d'école. Vendu à un particulier au milieu du 20e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Enduit, calcaire, moellon sans chaîne en pierre de taille

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique

Typologie de plan

Plan rectangulaire régulier

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée, 1 étage carré

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans

Commentaire descriptif de l'édifice

Edifice de plan rectangulaire, mitoyen des deux côtés, surélevé par rapport au niveau de la rue, avec un jardin devant, clôturé par un mur en moellon calcaire contenant les vestiges d'une croix de l'ancien cimetière. Un permet d'atteindre le niveau de la cour. La façade principale est percée de 5 baies, dont la porte d'entrée, à linteau délardé en arc segmentaire au rez-de-chaussée et 4 baies à linteau droit à l'étage. A l'intérieur : dans l'entrée, un élément du retable de l'ancienne église (16e siècle ?) encastré dans la maçonnerie ; dans la cuisine une cheminée du 17e siècle avec taque portant la date de 1682 et petite ouverture sur le côté gauche (cendrier ?) ; ancien placard-chauffant remplacé par cheminée (18e siècle) ; en sous-sol, 2 caves dont une voutée contenant un ancien puits.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2007

Date de rédaction de la notice

2008

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Leroy Mélanie

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Lorraine - service régional de l'inventaire général Hôtel Ferraris - 29, rue du Haut Bourgeois 54000 Nancy - 03.83.32.90.63