POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Couvent de tertiaires régulières franciscaines dites tiercelines

Désignation

Dénomination de l'édifice

Couvent

Genre du destinataire

De tertiaires régulières franciscaines

Appellation d'usage

De tiercelines

Titre courant

Couvent de tertiaires régulières franciscaines dites tiercelines

Localisation

Localisation

Grand Est ; Meurthe-et-Moselle (54) ; Nancy ; rue Saint-Dizier ; 71, 73, 75 rue des Quatre Eglises ; 33 rue Charles III

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Lorraine

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Nancy

Adresse de l'édifice

Saint-Dizier (rue) ; Quatre Eglises (rue des) 71, 73, 75 ; Charles III (rue) 33

Références cadastrales

1830 D 132, 133, 134 ; 1865 D 756, 758, 759, 760, 761, 762 ; 7611972 BW 172, 173, 174, 176 ; 2008 BW 172, 173, 174, 430

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Église ; jardin ; cloître

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 17e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

Milieu 18e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

Couvent de tertiaires régulières franciscaines dites tiercelines fondé en 1621 à l'initiative de Charles Bouvet (+ 1631), chambellan du duc de Lorraine Henri II (1608-1624), qui cède à l'ordre plusieurs maisons entre les rues Saint-Dizier et des Quatre Eglises pour l'installation à Nancy de 6 religieuses du couvent de Paris, leur assurant une rente annuelle et le financement de leur église. Les travaux démarrent en 1622 suivant les plans dressés, semble t-il, par le maître maçon Bastien Grosfils (AD 54, 3 E 1012). L'ensemble clos de murs s'étendait sur un vaste espace carré entre les rues des Quatre Eglises, Saint-Dizier et Charles III et comprenait à la fin du 18e siècle (d'après un plan dressé en 1792 et conservé aux Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 1 Q 481) plusieurs bâtiments élevés autour d'un cloître, un grand jardin à l'est fermé par un mur qui le séparait du lotissement construit en 1758 par et pour les religieuses (IA54003426). L'église (détruite) se trouvait au nord, on y accédait depuis la rue des Quatre Eglises après avoir traversé une petite cour ; elle comportait une nef unique plafonnée et un choeur à chevet plat, ce dernier ayant été refait en 1777 (d'après Pfister, Histoire de Nancy : tome 2. Nancy : Berger-Levrault, 1909, p.863), qui se prolongeait sur la droite par le choeur des religieuses fermé par une grille. Les quatre corps de bâtiment disposés autour du cloître étaient occupés par les parloirs, la salle du chapitre disposée dans l'aile ouest, les espaces communs comprenant buanderie, cuisine, pharmacie, réfectoire dans l'aile sud. Le long de l'actuelle rue Charles III, se trouvaient de part et d'autre d'une basse-cour, buanderie et remises, étables, poulailler et porcherie. L'ensemble fut vendu en 1792, l'église fut entièrement détruite deux plus tard, le bâtiment abritant poulailler, porcherie et vacherie fut surhaussé et converti en immeuble à logements (33 Charles III) dès la fin du 18e siècle ou au début du 19e siècle.

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

De l'ancien couvent de tiercelines sont conservés des vestiges du cloître à l'intérieur de l'îlot et une partie des bâtiments conventuels, derrière les maisons n° 73 et 75 rue des Quatre Eglises (IA54003427, IA54003428). Le cloître était composé d'arcades en anse-de-panier moulurées en quart-de-rond, retombant sur des piliers carrés à base et chapiteau toscans posés sur un mur bahut. L'aile sud du cloître est entièrement conservée en arrière du n° 75, ainsi que le départ de l'aile est. Les cinq arcades de l'aile sud et les deux de l'aile est, actuellement bouchées, présentent sur leur sous-face des traces de badigeon ocre jaune. Une vaste cave voûtée en plein-cintre s'étend sous l'ensemble de l'aile sud ; on peut encore y voir le conduit du puits qui était accessible depuis la basse-cour. L'escalier d'accès aux étages est également préservé. Il s'agit d'un escalier rampe-sur-rampe à mur-noyau en maçonnerie, dont la partie supérieure possède un garde-corps en bois à balustres tournés. Au n° 73 subsistent deux arcades de l'aile ouest, dont l'une est partiellement intégrée à une boutique en rez-de-chaussée. Plusieurs fenêtres à linteau droit et chanfrein sont également des vestiges des bâtiments conventuels.

État de conservation (normalisé)

Vestiges

Protection et label

Typologie de la zone de protection

Secteur sauvegardé

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2017

Date de rédaction de la notice

2017

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Tronquart Martine ; Vaxelaire Yann

Cadre de l'étude

Typologie du dossier

Dossier avec sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Lorraine - service régional de l'inventaire général Hôtel Ferraris - 29, rue du Haut Bourgeois 54000 Nancy - 03.83.32.90.63

1/6