Église paroissiale Saint-Nicolas

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Nicolas

Titre courant

Église paroissiale Saint-Nicolas

Localisation

Localisation

Grand Est ; Meurthe-et-Moselle (54) ; Nancy ; rue Charles III

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Lorraine

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Nancy

Adresse de l'édifice

Charles III (rue)

Références cadastrales

1972 BW 131, 2008 BW 414

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1881

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

Eglise construite par l'architecte municipal Prosper Morey (1805-1886), l'entrepreneur Emile Jacquemin et le conducteur de travaux Brunet, selon l'adjudication du 3 septembre 1874. L'église est construite sur un terrain (en partie cultivé en jardin) acheté par la municipalité à Monsieur Elie, afin de remplacer l'ancienne église Saint-Nicolas datant des années 1720 qui est mise en vente quelques années plus tard (1882) puis détruite (IA54002940, emplacement actuel : angle 147 rue Saint-Dizier, rue Charles III) ; seul le groupe sculpté de saint Nicolas qui se trouvait sur la façade de l'ancienne église (groupe attribué au sculpteur Labroise et protégé au titre des MH PM54000586), a été conservé, il est déposé dans l'église actuelle, à l'entrée de la nef. La 1ère pierre est posée le 15 novembre 1874 par Mgr Joseph-Alfred Foulon, évêque de Nancy et Toul (1867-1882) et la bénédiction a lieu le 6 juin 1881. En 1886 l'entrepreneur Jean Henriot aménage le parvis en construisant un escalier (devis du 13 février 1886, Archives municpales de Nancy 2 M 32). Il semblerait que l'édifice soit resté inachevé, notamment les 2 tours latérales de façade dont on ne réalisa qu'un 1 seul niveau, le massif central apparaissant lui aussi comme très certainement tronqué par rapport au projet initial, projet pour lequel nous ne possédons, à ce jour, aucune source d'archives ; preuves de cette interruption du chantier, des pierres de harpage en attente sur les murs latéraux des tours, et les chapiteaux de la façade tout juste épannelés. Malgré les réfections entreprises dès le début du 20e siècle (réparations de la toiture en 1904 par l'entreprise M. Saint-Amand, des verrières en 1955 par l'atelier Benoit Frères), l'édifice est aujourd'hui fortement dégradé (fissures dans les murs et décollement de pierre dans la nef, côté droit) et fermé au culte en attendant une restauration. Aménagement du square au chevet de l'édifice en 1997. Par sa façade inspirée à la fois de la Renaissance et du 1er art gothique, par son plan (nef sans transept et chapelles latérales) par son élévation intérieure à tribunes avec alternance de piliers et colonnes, l'édifice n'est pas sans évoquer l'église de la Trinité de Paris, dont la construction entre 1861 et 1867 par Théodore Ballu compte parmi les oeuvres majeures de l'architecture religieuse du Second Empire. La statue de saint Nicolas dominant la façade a été réalisée par Giorné Viard (1823-1885), les statues des apôtres à l'intérieur de la nef par Arthur Pierron (1840-1906), tous deux sculpteurs nancéiens. Les verrières sont l'oeuvre de l'atelier Champigneulle de Bar-le-Duc (55).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Ardoise, pierre en couverture

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Voûte d'ogives, voûte d'arêtes, cul-de-four, coupole à trompes

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe, dôme polygonal, appentis

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie, escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

L'église est construite sur un terrain en pente descendant de la rue Charles III vers le square Père Alain Gorius aménagé le long de la rue du général Drouot. Inscrite en plan dans un rectangle dont seul émerge l'abside, elle présente un massif de façade, une vaste nef sans transept bordée de chaque côté par 3 chapelles, et un choeur surélevé de 6 marches composé d'une abside semi-circulaire précédée d'une travée droite, accostée de 2 sacristies. Du fait de la déclivité du terrain, une crypte est aménagée sous le chœur ; on y accède par une porte extérieure dans l'axe du chevet, et deux escaliers droits à retour situés entre les sacristies et la nef. La nef est couverte d'une toiture à deux pans et croupes couverte d'ardoises, et les deux sacristies, plus basses, de toiture en appentis également revêtues d'ardoises. La façade compte 3 niveaux d'élévation et 5 travées, les travées latérales formant tours renferment un escalier en vis (éclairé par des baies à linteau droit et dalles de verre non figuratives) ; les travées sont en ressaut et la travée centrale forme avant-corps ; le 1er niveau est percé de 3 portes, celle du centre en plein cintre, celles des côtés à linteau droit et fronton cintré brisé à niche ; le 2e niveau est éclairé par une rosace médiane et 2 baies géminées ; le dernier niveau est celui des tours, les tours latérales ne comptent qu'un étage et sont couvertes d'un dôme en pierre percé d'oculi, la tour centrale contient les cloches (au nombre de 8), elle est ornée d'une niche contenant un groupe sculpté de saint Nicolas. A l'intérieur, le massif, voûté d'arêtes en rez-de-chaussée, comporte une tribune abritant un orgue accessible par les deux escaliers en vis latéraux (instrument classé au titre des MH : PM54001011 et PM54001316). Les 3 travées de la nef sont couvertes de voûtes d'ogives séparées par des doubleaux reposant sur des massifs qui délimitent les chapelles latérales. Chaque massif est orné de niches abritant les statues des 12 apôtres, sur les 2 niveaux d'élévation : niche à fronton triangulaire pour le 1er niveau et fronton en coquille pour le 2e niveau, encadrées de pilastres cannelés à bague et chapiteaux ioniques (1er niveau) ou corinthiens (2e niveau). Les chapelles latérales voûtées en berceau transversal à lunettes sont surmontées d'une tribune-galerie voûtée de même ; l'ensemble est ouvert sur la nef par de grandes arcades jumelles en plein cintre portées par des colonnes médianes à chapiteaux ioniques (niveau des chapelles) et corinthiens (niveau des tribunes). Du côté de la nef, au-dessus des colonnes du 1er niveau, figure en médaillon une série de 6 bustes en demi-relief : la Vierge, saint Nicolas, saint Joseph, saint François d'Assise, saint Antoine de Padoue, Notre-Dame aux sept douleurs. La travée droite de choeur de plan carré est surmontée d'une coupole à tambour de plan octogonal sur trompes appareillées en panache, ornées de haut-relief de grande dimension représentant les Evangélistes au milieu de nuées. Le tambour est percé de baies à réseaux séparées par des anges portant des phylactères, situés à la base des nervures de la coupole ; celle-ci est surmontée d'un lanternon. L'abside est voûtée d'un cul de four percé à la clef d'une ouverture semi circulaire comportant une verrière à motifs végétaux et têtes d'angelots. L'ensemble de l'église est éclairé de verrières figuratives représentant différents saints, la verrière d'axe du chœur étant consacrée au Bon Pasteur et à saint Nicolas.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, vitrail

Indexation iconographique normalisée

Vierge ; Le Tétramorphe ; Bon Pasteur ; saint ; ange ; ordre ionique ; ordre corinthien ; croix de Lorraine ; ornement à forme végétale ; entrelacs ; coquille

Description de l'iconographie

En médaillons : Vierge, saint Nicolas, saint Joseph, saint François d'Assise, saint Antoine de Padoue, Notre-Dame aux sept douleurs, représentation des Evangélistes : trompes de la coupole, anges musiciens dans les nuées : culot de la tribune d'orgue, têtes d'anges ailés : culot des colonnettes supportant les nervures de la coupole, anges en pied portant des phylactères sous les nervures de la coupole, chapiteau ionique portant une croix de Lorraine : colonnes sous les nervures de la coupole, entrelac : garde-corps en pierre de la galerie-tribune

Protection

Référence aux objets conservés

IM54014386

Typologie de la zone de protection

Secteur sauvegardé

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2014

Date de rédaction de la notice

2014

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Tronquart Martine, Vaxelaire Yann

Cadre de l'étude

Étude urbaine Nancy

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Lorraine - service régional de l'inventaire général Hôtel Ferraris - 29, rue du Haut Bourgeois 54000 Nancy - 03.83.32.90.63