Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Jean-Baptiste

Titre courant

Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Localisation

Localisation

Grand Est ; Meurthe-et-Moselle (54) ; Vathiménil ; rue de l'Eglise

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Lorraine

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Gerbéviller

Canton

Gerbéviller

Adresse de l'édifice

Eglise (rue de l')

Références cadastrales

1948 G 204

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Cimetière

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 18e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

2e quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle, 2e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1729, 1840, 1841, 1872, 1832

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques, date portée

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribué par source

Description historique

Eglise reconstruite en 1729 avec un choeur rectangulaire fermé par "une voûte en arc de cloître". Le 24 août 1790, l'inspecteur des Ponts et Chaussées Montigny constate que des réparations sont nécessaires à la toiture du choeur et de la nef ainsi qu'aux vitraux brisés par la grêle. Les travaux sont adjugés au charpentier Nicolas Masson de Buriville pour 299 livres. L'année suivante, le rapport des maires au sujet de la réunion des cures précise que "de temps immémorial il y a une église à Vathiménil. Celle-ci, suffisamment grande pour contenir les 390 habitants du lieu, est en assez bon état mais les réparations n'ont pas encore été effectuées". La toiture de l'église est en très mauvais état en 1823. Le géomètre Neupveu de Bayon dresse un devis le 30 avril 1824. Les travaux sont confiés à François Cheret de Moyen. Celui-ci doit "recrépir la face ouest du clocher, la face sud de la sacristie et une partie du mur du choeur, refaire les enduits intérieurs du mur gauche de la tour, remplacer le plancher en sapin en haut de la rampe d'accès au clocher et la planche manquante au plafond lambrissé de la nef, remanier la couverture en tuiles creuses du clocher et les tuiles plates de la nef et du choeur, remplacer un chevron de la charpente et compléter la faitière". L'architecte lunévillois Fabrègue procède en 1841 à la réception définitive de travaux de reconstruction de l'église par Jean-Claude Casagne, entrepreneur à Moyen, pour 15 229 francs et 38 centimes. Il s'agit d'agrandir et de restaurer l'église trop peu spacieuse en élargissant et en agrandissant la nef et le choeur élevé de 30 centimètres. La nouvelle charpente est en chêne et en sapin, la couverture de la nef et du choeur en tuiles plates et celle de la sacristie en tuiles creuses. Parallèlement, le mur de cloture du choeur est reconstruit. Un orage extraordinaire survenu le 28 août 1860 occasionne des travaux l'année suivante. Dominique Lhuillier, maître charpentier à Vathiménil répare la faitière de la toiture et remplace des tuiles pour 123 francs 65 centimes. Le 11 mars 1870, l'architecte lunévillois Antoine dresse les plans du rétablissement et de l'exhaussement du clocher. Il propose, comme à Giriviller, de réaliser une flèche à huit pans en remplacement du simple toît à deux pans car "la tour n'est présentement pas plus élevée que la nef et présente ainsi une irrégularité et une difformité à l'église, ce qui empêche le rehaussement des cloches". Il projette d'exhausser la tour de deux mètres à partir du pignon dont la solidité est capable de supporter un exhaussement quelconque et de réaliser une flèche de quinze mètres dont la charpente de chêne sera couverte d'ardoises. Par ailleurs, les faces est et sud de la tour seront recrépies et enduites. Il prévoit de mettre la porte d'entrée qui se trouve sur la face latérale sud de la tour en rapport avec le reste de l'édifice. La commission des Bâtiments civiles estime que la base carrée conservera à cette partie de l'édifice des proportions plus fermes et des formes moins grêles que celles qui résulteront de l'exécution d'une flèche à huit pans. Le 24 avril 1870, le conseil municipal décide de se conformer à l'avis de la commission. Les travaux sont adjugés à l'entrepreneur Antoine Severin de Domptail pour un total de 3706 francs et 15 centimes. Le chantier est achevé en 1872. Si l'accès à l'église continue à se faire par la face sud de la tour, l'entrepreneur réalise conjointement une nouvelle clôture au cimetière. Suite au cahier des charges dressé par l'architecte lunévillois Hubert Midon, l'entrepreneur Fior de Ménil-Flin restaure le clocher en 1932. Il recrépit la tour sur trois faces, rejointe et nettoie les ouvertures, repeint et remplace les abat-sons en chêne. Parallèlement, l'entrepreneur Crabouillot frères de Lunéville répare la flèche. Le coût total du chantier se monte à 14 700 francs.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit, grès

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique, ardoise

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie de couverture

Flèche polygonale, toit à longs pans, pignon couvert, croupe, appentis

Commentaire descriptif de l'édifice

Eglise sur une légère hauteur au nord-est du village. Elle est édifiée en moellons de calcaire enduits avec chaine en pierre de taille et encadrement des baies en grès. Le clocher hors-oeuvre est couvert d'une flèche polygonale en ardoise, la nef d'une toiture à longs pans avec pignon découvert et tuiles mécaniques, le choeur d'une croupe couverte de tuiles mécaniques de même que la toiture en appentis de la sacristie. La date de 1840 est gravée sur le linteau au-dessus de la porte de la tour et une croix grecque pattée sculptée surmonte le tout. A l'intérieur, la nef à vaisseau unique est plafonnée. Lors de l'enquête de 1968, les murs latéraux étaient peint à hauteur d'appui à l'imitation d'un appareil régulier comme à Moriviller.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Croix grecque

Description de l'iconographie

Croix pattée

Commentaires d'usage régional

Eglise grange

Protection

Observations concernant la protection de l'édifice

Typologie fréquente pour les églises paroissiales en milieu rural.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1968

Date de rédaction de la notice

2005

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Masson Philippe

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Lorraine - service régional de l'inventaire général Hôtel Ferraris - 29, rue du Haut Bourgeois 54000 Nancy - 03.83.32.90.63