Prieuré de bénédictines dit couvent des dames de Saint-Joseph, puis hôpital Saint-Maur, puis orphelinat dit maison Saint-Joseph, puis école professionnelle et maison de retraite Saint-Joseph

Désignation

Dénomination de l'édifice

Prieuré

Genre du destinataire

De bénédictines

Appelation d'usage

Dames de Saint-Joseph ; Hôpital Saint-Maur ; maison Saint-Joseph

Destination actuelle de l'édifice

Hôpital ; orphelinat ; école professionnelle ; maison de retraite

Titre courant

Prieuré de bénédictines dit couvent des dames de Saint-Joseph, puis hôpital Saint-Maur, puis orphelinat dit maison Saint-Joseph, puis école professionnelle et maison de retraite Saint-Joseph

Localisation

Localisation

Grand Est ; Marne (51) ; Châlons-sur-Marne ; 1 rue Saint-Joseph

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Champagne-Ardenne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Châlons-en-Champagne centre

Adresse de l'édifice

Saint-Joseph (rue) 1

Références cadastrales

1826 D 197, 198, 1981 BC 53

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Cloître, chapelle, bâtiment conventuel

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 17e siècle, 3e quart 17e siècle, 1er quart 18e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

3e quart 18e siècle, 1er quart 19e siècle, 2e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1614, 1669, 1706, 1769, 1827, 1840

Commentaires concernant la datation

Datation par travaux historiques, porte la date

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par travaux historiques

Description historique

Les dames de Saint-Joseph, bénédictines venues de l'abbaye d'Avenay (Marne) furent installées en 1614 par le conseil de ville dans un couvent qu'il leurs avait fait construire. Les bâtiments furent progressivement reconstruits à partir du 3e quart du 17e siècle. L'escalier en bois porte la date 1669 et fut construit par le maître charpentier Pierre Collart. Le cloître est complètement réédifié en 1682. La chapelle est construite à son emplacement en 1706. En 1769, une partie du couvent brûle, il est reconstruit en partie mais en pan de bois. En 1788, le couvent est supprimé. Les statues de la façade sont déposées. La statue, au dessus du fronton qui représentait une Vierge à l'Enfant, fut remplacée en 1897 par un saint Joseph. Elle porte l'inscription : "hommage à la maison Saint Joseph atelier C. Brebon reproduction Navlet.". De 1788 à 1846, les locaux sont occupés par l'hospice Saint-Maur. De 1827 à 1829, l'aile nord-est du cloître est reconstruite, un étage est ajouté à l'aile nord-ouest. En 1846, le couvent est racheté par l'abbé Loisson de Guinaumont et sa soeur qui y installent un orphelinat. Des travaux de surélévation du corps de bâtiment sur la rue Saint-Joseph sont entrepris à partir de 1840. Depuis 1919 et jusqu'au 4e quart du 20e siècle, les locaux accueillirent une école ménagère, puis une école professionnelle ainsi qu'une maison de retraite pour dames et religieuses âgées. Actuellement subsiste toujours la maison de retraite, les bâtiments ayant servi pour l'école sont en cours de réhabilitation pour accueillir la nouvelle maison diocésaine de Châlons.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille, bois, pan de bois, crépi

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit à longs pans brisés, pignon découvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre, escalier tournant à retours sans jour, en charpente

Commentaire descriptif de l'édifice

La chapelle est de plan allongé. Sa façade est construite en calcaire dit pierre de Savonnières, les murs secondaires sont en carreaux de craie. Son toit est à longs pans couvert en tuile mécanique. Son pignon est découvert. Une partie des bâtiments visibles de la rue est en pan de bois crépi. Ils sont couverts d'un toit à longs pans brisés. Les autres sont édifiés en carreaux de craie. L'escalier en charpente, tournant à retours sans jours se trouve dans l'angle sud-ouest des bâtiments conventuels.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Pilastre ; ordre ionique ; pot à feu ; croix ; saint ; putto

Description de l'iconographie

La façade se compose, au rez-de-chaussée, de la porte comprise dans un arc en plein cintre à la clé décorée de putti ailés. Elle est surmontée d'un fronton en plein cintre soutenu par des pilastres plats à chapiteau ionique. Le fronton est décoré de putti ailés dans une nuée, au centre de laquelle se trouve l'inscription "charitas". Sur le fronton se trouve une statue de saint Joseph, encadrée par deux pots à feu. Au 2e niveau, la baie en plein cintre est surmontée d'un fronton triangulaire où reposent des pots à feu. Le pignon est éclairé par un oculus.

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1995/06/28 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Chapelle ; façades et toiture de l'ancien choeur des religieuses, les deux ailes du cloître 17e siècle : façades et toiture, galeries voûtées d'ogives, escalier de bois à l'angle sud-ouest ; aile nord-est du cloître en pan de bois : façades et toiture (cad. BC 622) : inscription par arrêté du 28 juin 1995.

Référence aux objets conservés

IM51001181, IM51001178, IM51001182, IM51001179, IM51001180, IM51001317

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'une association diocésaine

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2001

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Bonnet Claire, Miguel Sandra

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Champagne-Ardenne - Service chargé de l'inventaire 3, rue du Faubourg Saint-Antoine 51037 Châlons-en-Champagne - 03.26.70.36.81