école supérieure dite Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers

Désignation

Dénomination

école supérieure

Appellation et titre

Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers

Titre courant

école supérieure dite Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers

Localisation

Localisation

Champagne-Ardenne 51 Châlons-en-Champagne

Aire d'étude

Châlons-en-Champagne centre

Adresse

La Rochefoucault-Liancourt (rue de)

Référence cadastrale

1826 E 176, 1981 BD 190 à 196, 271, 274, 275, 277, 279, 281, 282

Milieu d'implantation

en ville

Historique

Datation des campagnes principales de construction

1er quart 19e siècle, 2e quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle, 2e quart 20e siècle, 4e quart 20e siècle

Datation des campagnes secondaires de construction

1er quart 20e siècle

Datation en années

1824, 1853, 1860, 1896, 1910, 1927, 1996

Justification de la datation

daté par source

Justification de l'attribution

attribution par source

Commentaire historique

L'école fut créée par le duc de La Rochefoucault-Liancourt en 1780. En 1806, elle fut officiellement transférée du château de Compiègne à Châlons, dans quatre anciens édifices religieux : l'ancien grand séminaire, les anciens couvents des Dames Régentes et des dominicains, l'ancienne abbaye de Toussaints utilisée pour le logement du directeur et des professeurs. Le grand séminaire devint le bâtiment de logement des élèves. Actuellement l'ancien couvent des Dames Régentes, après avoir servi d'ateliers, abrite l'administration de l'école et le logement de fonction du directeur. En 1853-1854, l'architecte Charles-Edouard Isabelle réalisa l'infirmerie, la rénovation de la travée centrale de la façade des Dames Régentes et de nouveaux bâtiments autour de l'ancien cloître. En 1858, l'ancienne abbaye de Toussaints est cédée au département. En 1860, création de deux cours de service sur le côté nord de l'ancien séminaire. En 1896, reconstruction de l'atelier d'ajustage sur les plans de l'architecte sparnacien Paul George. En 1910, transformation, par Octave Gélin, de la partie nord de l'aile séparant les deux cours de service pour en faire une cuisine. De 1927 à 1932, l'architecte Octave Gélin prolonge l'atelier par de nouveaux bâtiments : forge, fonderie et modelage. En 1995, ces ateliers sont détruits à l'exception de leur façade, pour agrandir les bâtiments d'enseignement.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

béton, calcaire, brique, bois, béton armé, pierre de taille, pan de bois, essentage de matériau synthétique

Matériau de la couverture

ardoise, tuile mécanique, métal en couverture

Vaisseau et étage

1 étage carré, 2 étages carrés, étage de comble

Type de la couverture

toit à longs pans, croupe, toit en pavillon, shed

Commentaire description

Les bâtiments détruits, inscrits ou classés, grand séminaire et anciens couvents sont décrits dans les notices IA51000411, IA51000412 et IA51000716. Les bâtiments édifiés par Octave Gélin et détruits en 1995 étaient en béton armé, à toit à longs pans et croupe couverts en ardoise. Ils comportaient deux étages carrés et un étage de comble. Les ateliers détruits avaient des toits à shed couverts en métal. Leurs façades à travées en brique jaune étaient éclairées par des baies à encadrement de briques rouges. Elles étaient décorées du monogramme RF. Les entrées des ateliers étaient signalées par une inscription en acier rapportée sur la façade.

Etat de conservation

remanié

Protection

Date protection

1984/11/16 : classé MH ; 1984/11/16 : inscrit MH ; 1997/11/03 : inscrit MH

Précisions sur la protection MH

Façades et toitures de l'ancien séminaire, du pavillon Empire, actuellement infirmerie (cad. BD 273) : classement par arrêté du 16 novembre 1984. Façades et toitures de l'ancien couvent des Dames Régentes (cad. BD 273) : inscription par arrêté du 16 novembre 1984. Cour de la Direction (à l'ouest de l'ancien bâtiment des Dames Régentes) : sol de la cour, galerie nord, façade et toiture du bâtiment sud, façades et toitures du bâtiment ouest à pignon, piles et grilles séparant la cour du jardin de l'infirmerie de la cour du directeur (avec leurs murets) et à l'intérieur du bâtiment de la direction : passage d'entrée et deux porte-flambeaux avec leur socle, cage d'escalier avec son escalier. Ancienne infirmerie avec ses murs anciens. Cour de service (au nord) : façades et toitures des deux ailes nord (le long de la rue du rempart) , et de l'aile est (le long de la rue de la Rochefoucault-Liancourt) , de l'aile séparant les deux cours, la façade sur cour de l'aile ouest de la cour ouest, et le pavement des deux cours (cad. BD 435) : inscription par arrêté du 3 novembre 1997.

Référence aux objects conservés dans l'édifice

IM51001192, IM51001195, IM51001194, IM51001193, IM51001188, IM51000785, IM51001191, IM51001187, IM51001189, IM51001186, IM51001190, IM51001196, IM51001324

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété de l'Etat

Références documentaires

Date d'enquête

2001

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Bonnet Claire, Miguel Sandra

Cadre de l'étude

inventaire topographique

Dossier

dossier avec sous-dossier

Dossier adresse

Conseil régional de Champagne-Ardenne - Service chargé de l'inventaire 3, rue du Faubourg Saint-Antoine 51037 Châlons-en-Champagne - 03.26.70.36.81