Château

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Maine-et-Loire (49) ; Brain-sur-Longuenée

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays Segréen

Canton

Lion-d'Angers (Le)

Lieu-dit

Maison Blanche (la)

Références cadastrales

1954 AB 41 à 44

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Ferme, pigeonnier, four à pain, jardin potager, parc, écurie, sellerie, garage

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

17e siècle, 3e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1864

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Richou Eugène (commanditaire)

Description historique

L'actuel château a été construit à la demande du propriétaire de l'époque, Eugène Richou, par l'architecte angevin Auguste Bibard et l'entrepreneur Jérémie David du Lion-d'Angers. La première pierre a été posée le 8 mai 1862 et le château est béni le 15 août 1864. Des vestiges de l'ancien château sont conservés, d'après Célestin Port, ils dateraient du 16e siècle (plutôt du 17e siècle) : deux pavillons dont l'un abrite encore un pigeonnier, un corps de bâtiment, côté rue, peut-être de la même époque, l'aile en retour a été détruite au cours du 19e siècle. Les plus anciens propriétaires connus sont les Levoyer. A partir de 1766, la propriété est habitée par Mme Vernault. Après la Révolution, c'est son petit-fils, Gaspard Guillot qui vient résider au château. Ruiné, il vend la propriété à René et Anne Richou. C'est leur fils Eugène qui fait construire le nouveau château.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Moellon, pierre de taille, schiste, tuffeau, enduit

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble

Typologie de couverture

Toit à longs pans brisés, toit en pavillon, croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur : escalier en fer-à-cheval, escalier dans-oeuvre : escalier tournant

Commentaire descriptif de l'édifice

Le château est situé sur un terrain en hauteur à proximité du village. Il est entouré d'un vaste parc regroupant un jardin potager et des bâtiments de dépendance, dont les vestiges de l'ancien château. L'ensemble est clos de murs en schiste et accessible par plusieurs portes à des endroits stratégiques du parc (ex : porte près du potager). Le château présente un plan massé avec une façade principale composée de trois travées et organisée selon un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage de comble. Le tout est couvert de hautes toitures en pavillon ou à longs pans brisés. Les ailes latérales dotées d'une fenêtre sont en léger ressaut par rapport à la travée centrale desservie par un escalier en fer à cheval et dotée de trois baies. La travée centrale est couronnée par un ensemble de trois lucarnes. Le décor de la façade entièrement réalisée en tuffeau est composé de pilastres cannelés à chapiteaux ioniques, de médaillons entourés d'éléments végétaux. La façade postérieure est moins richement traitée (tables enduites) mais est en revanche dotée d'une tour d'escalier polygonale greffée sur la travée centrale et coiffée d'un toit en pavillon. Pour préserver la symétrie de l'ensemble de fausses fenêtres ont été peintes en trompe l'oeil à l'étage des pavillons latéraux. Cette façade postérieure est encore dotée de ses hautes souches de cheminées en tuffeau et brique. A l'intérieur, on trouve au sous-sol la cuisine et les caves, au rez-de-chaussée surélevé deux salons et des bureaux annexes. L'escalier donne accès à l'étage des chambres et aux combles. Dans certaines pièces (salon, bureau) , les cheminées sont disposées sous les fenêtres avec deux conduits qui les encadrent pour l'évacuation des fumées. Les vestiges de l'ancien château sont à distance du nouveau, le long de la route menant à Grez-Neuville. Une description de 1831 permet de reconstituer son organisation : deux corps de bâtiments en retour d'équerre (seule une partie subsiste, laissant à l'air libre une cheminée intérieure de l'autre aile) , un corps de bâtiment vers le nord avec deux pavillons au bout (conservés) , un autre corps de bâtiment à droite en entrant dans la cour (détruit?). Un bâtiment construit par Gaspard Guillot au début du 19e siècle était situé au-delà de la route près du ruisseau et de la ferme de la Maison Blanche : ce bâtiment n'a pas été terminé faute d'argent et a été détruit. Le pavillon oriental du garage abrite encore au premier niveau un pigeonnier et un four à pain au rez-de-chaussée. D'autres bâtiments ont été construits dans la deuxième moitié du 19e siècle : l'écurie, la sellerie et le porche d'entrée sont dotés d'ouvertures encadrées de brique et de tuffeau. Ces bâtiments s'arrêtent brutalement au niveau des vestiges de l'ancien château. Ils ont probablement été interrompus faute de moyens.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Pilastre

État de conservation (normalisé)

Inégal suivant les parties

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Exemple de château construit dans la deuxième moitié du 19e siècle à proximité d'un ancien château dont les bâtiments ont été transformés en dépendances.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Conditions d'ouverture au public

Fermé au public

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2005

Date de rédaction de la notice

2005

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Steimer Claire

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Pays de la Loire - Centre de ressources
1, rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 09 - 02.28.20.54.70