Maison dite de la Tour ou du Croissant

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Appelation d'usage

Maison de la Tour ou du Croissant

Titre courant

Maison dite de la Tour ou du Croissant

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Maine-et-Loire (49) ; Angers ; 7 rue des Filles-Dieu

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Angers intra-muros

Canton

Angers Centre

Lieu-dit

Centre-ville (quartier)

Adresse de l'édifice

Filles-Dieu (rue des) 7

Références cadastrales

1840 J 279, 1980 DH 507, 1999 DH 507

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 15e siècle, 1er quart 16e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

3e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1962

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

Enguehard Henri (architecte)

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

Maison construite dans la 2e moitié du 15e siècle ou dans le 1er quart du 16e siècle. Sa tour d'escalier en tuffeau, d'origine et bien en évidence à l'angle de deux rues, lui donne son appellation, encore en vigueur au 18e siècle (d'après source). Un censif de la cathédrale du 17e siècle la désigne aussi sous la dénomination le Croissant. Les armes de saint Maurice (modernes) qui couronnent la porte extérieure de l'escalier, avec la devise loz en croissant font référence à l'ordre du Croissant créé en 1448 par René d'Anjou. Aucun document d'archives cependant ne permet d'établir une relation entre cette maison et l'ordre de chevalerie. Des vantaux de porte gothiques ferment la porte d'entrée et celles intérieures de la tour d'escalier, mais semblent avoir été rapportés lors de la restauration effectuée en 1962, sous la direction de l'architecte angevin Henri Enguehard. Cette restauration a notamment fait disparaître en façade le hourdis initial en torchis pour un hourdis décoratif de brique. Plusieurs fenêtres ont été restituées dans leur emplacement et leur taille d'origine (au premier étage de la tour, aux deux étages carrés de l'élévation en pan de bois).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Bois, pan de bois, torchis, enduit partiel, brique, tuffeau, pierre de taille, schiste, moellon sans chaîne en pierre de taille, enduit, appareil mixte

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 2 étages carrés, étage de comble

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, toit polygonal

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Maison à un corps de logis dont l'élévation antérieure se résume à une tour d'escalier en vis hors-oeuvre en tuffeau, la façade en pan de bois adjacente à deux étages carrés étant une élévation latérale. Le rez-de-chaussée de celle-ci est aussi en tuffeau, le reste des maçonneries est en schiste. Le hourdis du pan de bois est aujourd'hui en brique, auparavant il était en torchis. Les couvertures consistent en deux longs pans pour le logis, et un toit polygonal pour la tour d'escalier.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, menuiserie

Indexation iconographique normalisée

Armoiries ; ornement à forme architecturale, plis en serviette

Description de l'iconographie

Un blason aux armes de saint Maurice surmonte la porte d'entrée de la tour d'escalier. Réseau et plis en serviette ornent les vantaux des portes.

Commentaires d'usage régional

Maison de notable, morphologie XVe-XVIe siècles (type C1).

État de conservation (normalisé)

Restauré

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1961/06/10 : classé MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Façades sur rues et toitures correspondantes (cad. 1840 J 279) : classement par arrêté du 10 juin 1961..

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Élévation ; escalier

Observations concernant la protection de l'édifice

Rare maison de laïc située dans le quartier épiscopal d'Angers. Ce logis illustre une typologie marginale à Angers par l'association du pan de bois spécifique à l'habitat marchand et de la tour d'escalier en pierre bien en évidence, propre aux demeures de notables des 15e ou 16e siècle. L'élévation principale constitue en elle-même une curiosité, car elle se résume à une tour d'escalier, d'où son appellation (l'élévation en pan de bois sur la rue Saint-Aignan est une façade latérale) , qui fait illusion pour une maison au parcellaire aussi exigu.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1979

Date de rédaction de la notice

1989

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Letellier-d'Espinose Dominique, Biguet Olivier

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Pays de la Loire - Centre de ressources
1, rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 09 - 02.28.20.54.70

Maison dite de la Tour ou du Croissant
Maison dite de la Tour ou du Croissant
© Région Pays de la Loire - Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image