Hôtel de Tinténiac, puis Grandet de la Plesse

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel

Appelation d'usage

Hôtel de Tinténiac ; Hôtel Grandet de la Plesse

Titre courant

Hôtel de Tinténiac, puis Grandet de la Plesse

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Maine-et-Loire (49) ; Angers ; 9, 11 rue Malsou

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Angers intra-muros

Canton

Angers Nord

Lieu-dit

Centre-ville (quartier)

Adresse de l'édifice

Malsou (rue) 9, 11

Références cadastrales

1840 G 131, 1980 AO 176, 1999 AO 176

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Cour, jardin, puits

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Limite 15e siècle 16e siècle, 1ère moitié 17e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

18e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Tinténiac Jean de (commanditaire), Grandet de la Plesse Jacques (commanditaire), Grandet Joseph (habitant célèbre)

Description historique

Hôtel construit vers 1500 pour Jean de Tinténiac, chanoine de Saint-Martin d'Angers en 1503 et futur doyen de cette collégiale : il ne comprend alors que le grand corps de logis, la tour d'escalier et l'aile en retour sur la cour d'entrée. Intérieurement, subsistent une cheminée d'origine dans l'étage de comble et plusieurs coussièges aménagés dans les ébrasements de fenêtres. Un petit logis adjacent de même époque (n°5-7, étudié séparément) relevait à l'origine de la propriété. Entre 1548 et 1583, l'hôtel s'agrandit au revers d'un jardin (au n°11). Celui-ci est bordé dans la 1ère moitié du 17e siècle par un nouveau corps de logis édifié en front de rue, période où la façade du corps principal est également remaniée côté jardin : travaux effectués soit pour Jean Gabory, sieur de la Lande, soit pour Jacques Grandet de la Plesse, conseiller du roi, dont la famille détient l'hôtel pendant un siècle et lui laisse son nom. Son fils aîné Joseph, directeur du grand séminaire et historien local, hérita en 1691 du logis sur rue (n°11) , la grande maison (n°9) revenant au cadet François, maire d'Angers. Au 18e siècle sont effectués divers aménagements extérieurs et intérieurs, pour les Grandet ou la famille de Dieusie, établie à partir de 1743 : modification de façade et de couverture à l'angle antérieur droit du logis, en relation avec un salon d'étage, modernisation des cheminées, lambrissage de plusieurs pièces dont celle du rez-de-chaussée dans l'aile postérieure, édification du portail sur la cour d'entrée. En 1776, l'entrepreneur François Delaunay est chargé de travaux de réparations : de cette époque subsiste un plafond d'étage. De 1825 à 1972, la demeure est une propriété ecclésiastique relevant de l'Evêché puis de la congrégation des soeurs de l'instruction chrétienne de Saint-Gildas-des-Bois (Loire-Atlantique). Les corps de logis sur cour sont restaurés à partir de 1976, l'aile postérieure en 1985, et le mur de clôture en 1998, avec dégagement du portail originel du 15e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste, moellon sans chaîne en pierre de taille, moellon, enduit, tuffeau, moyen appareil, appareil mixte, bossage

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 1 étage carré, étage de comble, comble à surcroît

Typologie du couvrement

Voûte en berceau segmentaire, voûte en berceau plein-cintre

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit en carène, toit polygonal, pignon découvert, pignon couvert, croupe, noue

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Hôtel constitué de trois corps de logis : un corps principal perpendiculaire à la rue, entre cour et jardin, une aile d'habitation plus étroite en retour sur la cour (n°9) , un troisième corps entre rue et jardin (n°11) , au revers du corps principal. Les deux premiers corps sont en schiste enduit, avec bossages d'angle en tuffeau (côté rue) ; le corps postérieur est en schiste (premier niveau récupérant un mur de clôture) et tuffeau sur rue, entièrement en tuffeau sur jardin. L'ensemble des corps présente un étage carré, avec étage de comble pour le corps principal (transformé dans l'angle antérieur droit en second étage carré) , et comble à surcroît pour le corps arrière. Les couvertures sont à longs pans, et pignons principalement découverts (pour le grand corps et la tour d'escalier) , en carène pour le corps arrière ; un toit polygonal coiffe une tourelle en encorbellement sur ce dernier. L'escalier principal est une vis en maçonnerie dans une tour hors-oeuvre à chambre haute, au centre du grand corps, sur la cour. L'aile sur cour abritait une cuisine ou boulangerie avec four à pain et une autre pièce de communs séparée de la précédente par un passage couvert (selon description de 1691 et plan de 1961). Elle comprenait aussi un niveau partiel d'entresol (aménagé à une date indéterminée et supprimé en 1975). Le sous-sol est constitué d'une grande cave sous le corps principal et d'une petite en retour sous la cuisine, toutes deux en berceau segmentaire de schiste. Un puits (reconstruit en élévation en 1975) occupe l'angle antérieur gauche de la cour.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, ferronnerie, menuiserie, peinture

Indexation iconographique normalisée

Pilastre, fronton ; ornement à forme géométrique ; volute, palmette ; arabesque ; ornement à forme végétale

Description de l'iconographie

Le petit portail sur rue de l'aile postérieure est cantonné de deux pilastres doriques portant un entablement et un fronton triangulaire brisé. Son vantail est composé de différents panneaux quadrangulaires. Le grand balcon d'angle est à motif de volutes autour de grandes palmettes centrales. Les lambris de la pièce d'angle du premier étage du corps principal et ceux de la grande pièce du rez-de-chaussée du corps postérieur sont à panneaux géométriques avec bases ou sommets en arabesque. L'une des poutres d'étage conserve la trace d'un décor peint à figures ornementales ou végétales.

Commentaires d'usage régional

Hôtel à cour antérieure (type A).

État de conservation (normalisé)

Restauré

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1984/08/29 : classé MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Façades et les toitures y compris la tourelle donnant sur la rue (cad. 1980 AO 176) : classement par arrêté du 29 août 1984.

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Élévation ; charpente d'assemblage ; balcon

Observations concernant la protection de l'édifice

Les récents apports documentaires sur l'origine de la construction et l'identification de son maître d'ouvrage, Jean de Tinténiac, renforcent l'intérêt de cet hôtel particulier, l'un des plus remarquables de la fin du Moyen Age à Angers, avec sa haute tour d'escalier surmontée d'une chambre haute à pignon. Très en vue sur la place du Tertre, il constitue un des édifices majeurs du secteur nord - fort touristique - de la Doutre intra-muros. Le corps de logis sur rue, du 17e siècle, avec sa spectaculaire couverture en carène ponctuée d'une tourelle en encorbellement, participe au pittoresque de l'ensemble. A signaler aussi l'élégant remaniement du 18e siècle avec le grand balcon d'angle.££Données mises à jour en février 2006.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1979

Date de rédaction de la notice

1990

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Letellier-d'Espinose Dominique, Biguet Olivier

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Pays de la Loire - Centre de ressources
1, rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 09 - 02.28.20.54.70

Hôtel de Tinténiac, puis Grandet de la Plesse
Hôtel de Tinténiac, puis Grandet de la Plesse
© Région Pays de la Loire - Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image