Hôtel Sabart

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel

Appelation d'usage

Hôtel Sabart

Titre courant

Hôtel Sabart

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Maine-et-Loire (49) ; Angers ; 11 à 17 place de la Laiterie

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Angers intra-muros

Canton

Angers Nord

Lieu-dit

Centre-ville (quartier)

Adresse de l'édifice

Laiterie (place de la) 11 à 17

Références cadastrales

1840 K 470 à 478, 1970 HK 1 à 3, 230, 231, 276, 1980 HK 369, 1999 HK 369

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 12e siècle, 2e moitié 15e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

19e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Sabart André (commanditaire)

Description historique

Cet édifice conserve des vestiges du 12e siècle dans le corps de logis occidental en schiste : le sous-sol et sa porte d'accès extérieur à rouleaux, les murs de gros-oeuvre, les traces intérieures d'une voûte en berceau sur le pignon sud du second étage carré. Ce corps de bâtiment a été fortement remanié dans la 2e moitié du 15e siècle, époque de la construction des deux corps de logis médians et des escaliers hors-oeuvre. Un grand portail à arc brisé permettait depuis la place de la Laiterie de gagner la cour intérieure. Deux cheminées très restaurées et surtout une remarquable charpente constituent les éléments intérieurs notables de cette époque. Ces travaux sont peut-être dus à Jehan Sabart, officier de la monnaie d'Angers en 1482, contrôleur au grenier à sel, et maire en 1499, dont la veuve vend la demeure en 1526. A l'occasion de cette transaction, l'hôtel est décrit comme une maison avec cours, étables, jardins, galeries et appentis (d'après travaux historiques). Un quatrième corps de logis le long de la rue des Tonneliers est reconstruit au 19e siècle. La galerie en bois qui bordait le logis en pan de bois oriental sur la cour ne semblait pas antérieure au 18e siècle. Elle a été détruite ainsi que la tour d'escalier voisine et tous les bâtiments annexes, non datés, qui envahissaient la cour, lors de la restauration générale effectuée vers 1966.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste, moellon sans chaîne en pierre de taille, moellon, bois, pan de bois, torchis, brique, enduit partiel, essentage d'ardoise, appareil mixte

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 2 étages carrés, étage de comble, comble à surcroît

Typologie du couvrement

Voûte en berceau plein-cintre

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, noue, toit polygonal, toit en pavillon

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie, escalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour, en charpente

Commentaire descriptif de l'édifice

Edifice composé de quatre corps de bâtiment, le long de la place de la Laiterie avec retour sur la rue des Tonneliers, enfermant une cour intérieure accessible par un passage couvert. Les deux corps extrêmes sont en schiste, les deux corps médians sont en pan de bois avec hourdis en torchis, sur deux niveaux de schiste. Les élévations sont à deux étages carrés et étage de comble (sauf le corps secondaire le long de la rue des Tonneliers qui est à comble à surcroît). Initialement le grand corps occidental en schiste, sur la place, présentait un seul étage voûté ; les maçonneries ont été ultérieurement surélevées pour établir un second étage carré après destruction de la voûte. Les couvertures sont à longs pans, l'un des deux corps en pan de bois présentant un grand pignon à ferme débordante sur la place. L'escalier principal est une tour d'escalier hors-oeuvre à pans renfermant une vis en maçonnerie et couverte d'un toit polygonal. La seconde tour d'escalier hors-oeuvre, détruite lors de la restauration des années 1960, était en pan de bois. Les sous-sols sont voûtés de berceaux plein-cintre en tuffeau. Celle du logis ouest est accessible par une porte à plusieurs rouleaux.

Commentaires d'usage régional

Hôtel atypique.

État de conservation (normalisé)

Restauré

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1963/11/04 : classé MH partiellement ; 1964/06/15 : inscrit MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Façades et toitures (11 et 13, place de la Laiterie, cad. 1970 HK 1, 2) : classement par arrêté du 4 novembre 1963 ; façades sur rue et sur cour avec toitures correspondantes, tour de l'escalier (17, place de la Laiterie, cad. 1970 HK 276) : inscription par arrêté du 15 juin 1964.

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Charpente ; porte

Observations concernant la protection de l'édifice

Partie constituante majeure de la place de la Laiterie, coeur de la Doutre médiévale, cet édifice est à signaler pour ses vestiges du 12e siècle, attestant une salle de prestige voûtée au premier étage : il enrichit ainsi le petit corpus de l'architecture civile romane retrouvée ou connue par documentation dans ce quartier d'outre-Maine. A signaler également l'usage du pan de bois dans un hôtel particulier du 15e siècle, une mise en oeuvre rare pour cette catégorie de demeures, observable aussi au n° 4 rue Grille, dans ce même quartier de la Doutre. A noter la magnifique charpente à poinçons et entraits octogonaux du corps à pignon sur la place.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1979

Date de rédaction de la notice

1991

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Letellier-d'Espinose Dominique, Biguet Olivier

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Pays de la Loire - Centre de ressources
1, rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 09 - 02.28.20.54.70

1/5
Tourelle et balcon sur la cour arrière
Tourelle et balcon sur la cour arrière
© Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP
Voir la notice image