Couvent de jacobins, actuellement gendarmerie

Désignation

Dénomination de l'édifice

Couvent, gendarmerie

Genre du destinataire

De jacobins

Destination actuelle de l'édifice

Gendarmerie

Titre courant

Couvent de jacobins, actuellement gendarmerie

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Maine-et-Loire (49) ; Angers ; place Freppel

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Angers intra-muros

Canton

Angers Centre

Lieu-dit

Centre-ville (quartier)

Adresse de l'édifice

Freppel (place)

Références cadastrales

1840 J 338, 339, 366, 1980 DH 480, 482 à 484, 1999 DH 480, 482 à 485

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Enclos, cour, jardin, église, bâtiment conventuel, infirmerie, logement

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

13e siècle, 14e siècle, 15e siècle, 4e quart 16e siècle, 17e siècle, 2e moitié 18e siècle, 1ère moitié 19e siècle, 4e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

2e moitié 18e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par travaux historiques

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Lanier de Leffretière (commanditaire)

Lieu de conservation d'un élément architectural déplacé

Parties déplacées à : 49, Angers

Description historique

Couvent fondé vers 1220-1225 par l'évêque Guillaume de Beaumont dans la chapelle Notre-Dame-de-Recouvrance. Entrepris sous l'épiscopat de Michel de Villoiseau vers 1240, les bâtiments conventuels et l'église ne sont achevés qu'au 14e siècle. La chapelle Notre-Dame-de-Pitié, dite plus tard du Rosaire, est édifiée plus tard, au 15e siècle. Puis elle est restaurée de 1640 à 1643 pour un membre de la famille Lanier de Leffretière. Son portail sur la rue des Jacobins datait de cette campagne. La chapelle Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle est reconstruite à la fin du 16e ou au début du 17e siècle pour la famille Donadieu de Puycharic. Le portail principal du couvent est élevé par Nicolas Viriot vers 1579 (emplacement non localisé). Puis il est reconstruit (rue Duvêtre) au milieu du 17e siècle par Jean Chentrier pour le prieur Fronteau. Vendu aux enchères en 1835, il est conservé depuis 1890 à l'hôpital Saint-Jean.

A l'exception de l'aile ouest, les bâtiments conventuels sont reconstruits sous la direction du père Faitot entre 1768 et 1779, par Gilles Chentrier. Celui-ci réédifie aussi en 1769 l'ancienne infirmerie pour un usage locatif, en conservant le sous-sol du 14e ou 15e siècle. Deux pavillons de jardin subsistent de cette campagne du 18e siècle.

Puis en 1797, la gendarmerie occupe les lieux. L'aile ouest est alors réaménagée en 1805, puis reconstruite en 1892. L'église est détruite pour des écuries et des logements, oeuvre de Ferdinand Lachèse en 1832. Le passage d'entrée est conçu par Ernest Dainville en 1879. L'aile orientale est réédifiée en 1889-1891, parallèlement à la suppression de l'aile sud. Destinée au commandant, la maison de 1769 voit ses communs remaniés en 1879, tandis que son logis est détruit dans la 1ère moitié du 20e siècle : il n'en subsiste que le départ de l'escalier et deux baies sur la rue Duvêtre. Une maison sur la rue du Vollier est acquise et reconstruite en 1889 pour le logement du capitaine. Le bâtiment des écuries est transformé en garages et logements dans le 3e quart du 20e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste, moellon, enduit, tuffeau, pierre de taille, bossage, appareil mixte

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

2 vaisseaux, sous-sol, 2 étages carrés

Typologie du couvrement

Fausse voûte d'ogives, voûte d'ogives, voûte en berceau plein-cintre

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon, croupe, toit en carène, noue, toit polygonal

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie, escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, en maçonnerie, escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Colonne, fronton, figure : en gaine ; ordre colossal, pilastre ; ordre colossal, pilastre, colonne, mascaron

Description de l'iconographie

Sujet : colonnes torsadées, fronton brisé et niche ornée de figures engainées, support : église, portail de la chapelle du Rosaire, sujet : ordre ionique, support : façade nord de l'église, sujet : ordre dorique, support : façade et portail de la gendarmerie.

État de conservation (normalisé)

Restauré

Protection et label

Eléments remarquables dans l'édifice

Enclos ; portail

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1994

Date de rédaction de la notice

1994

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Letellier-d'Espinose Dominique, Biguet Olivier

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Pays de la Loire - Centre de ressources
1, rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 09 - 02.28.20.54.70

Couvent de jacobins, actuellement gendarmerie
Couvent de jacobins, actuellement gendarmerie
© Région Pays de la Loire - Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image