Église paroissiale Sainte-Foy

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Sainte-Foy

Titre courant

Église paroissiale Sainte-Foy

Localisation

Localisation

Aquitaine ; Lot-et-Garonne (47) ; Penne-d'Agenais

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Penne-d'Agenais

Lieu-dit

Sainte-Foy-de-Penne

Références cadastrales

1830 Q2 1600, 1601, 2003 ZW 19

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Cimetière, croix de cimetière

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

12e siècle (?), 1er quart 13e siècle (?), limite 19e siècle 20e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

4e quart 16e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

La paroisse a été vraisemblablement fondée au moment de plus grande ferveur du culte de sainte Foy, à la limite des 11e et 12e siècles ; cependant, la première mention ne date que du 13e siècle. Elle fut érigée en succursale de Penne en 1827. La partie inférieure des murs du choeur et de la nef est médiévale, du 12e ou du début du 13e siècle, mais l'absence de décor sculpté ne permet pas de préciser la datation. L'édifice, ainsi que le presbytère, auraient été incendiés durant les guerres de Religion, d'après une enquête de 1572. La surélévation des murs date peut-être de la remise en état de l'édifice, à la fin du 16e siècle. Le procès-verbal de visite de Claude Joly en 1668 indique simplement que le choeur est lambrissé et ordonne que l'église soit uniformément carrelée et blanchie ; il ordonne, en outre, la construction d'un presbytère, qui fut vendu durant la Révolution. L'église est entièrement restaurée entre 1881 et le début du 20e siècle : les travaux de réfection qui portent sur la construction des chapelles latérales, l'allongement de la nef (?) et le voûtement de l'ensemble, sont réalisés par l'entrepreneur Colliard pour 1700 francs, paiement acquitté en 1903. La croix de cimetière date du 18e ou du début du 19e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, tuf, pierre de taille, moyen appareil, enduit partiel

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Typologie de plan

Plan en croix latine

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Voûte en berceau plein-cintre, cul-de-four

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, croupe ronde

Commentaire descriptif de l'édifice

L'édifice initial se composait d'une nef unique débouchant sur un choeur en abside plus étroit ; il comporte aujourd'hui des chapelles latérales formant faux-transept, contre lesquelles sont adossées les sacristies. Le chevet est bâti en pierre de taille de calcaire blanc pour les assises inférieures, en calcaire coquillier pour la partie médiane et en tuf pour la partie haute ; la baie axiale à linteau monolithe est murée. La nef est en pierre de taille calcaire, à l'exception des assises supérieures en tuf et de la première travée en matériaux mêlés. Une porte en arc brisé, murée, est visible dans le mur sud. En l'absence de clocher, une baie campanaire surmonte le portail occidental. Les chapelles sont enduites.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, vitrail (étudié dans la base Palissy)

Indexation iconographique normalisée

Dents de scie, billette

Description de l'iconographie

Le décor sculpté néo-roman porte sur le tailloir des chapiteaux et le cordon régnant à la naissance des voûtes, ornés de dents de scie et de billettes.

Protection

Référence aux objets conservés

IM47003592, IM47003593, IM47003591, IM47003595, IM47003588, IM47003597, IM47003600, IM47003599, IM47003590, IM47003598, IM47003596, IM47003589, IM47003594

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Beschi Alain

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel