Église paroissiale Saint-Marcel

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Marcel

Titre courant

Église paroissiale Saint-Marcel

Localisation

Localisation

Aquitaine ; Lot-et-Garonne (47) ; Saint-Sylvestre-sur-Lot

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Penne-d'Agenais

Lieu-dit

Saint-Marcel

Références cadastrales

1830 C2 951, 2003 C1 1307

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Presbytère

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Moyen Age, 4e quart 15e siècle, 1ère moitié 16e siècle (?), 3e quart 19e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

La paroisse Saint-Marcel près de Penne est mentionnée dès le 13e siècle. L'examen des maçonneries visibles de l'église révèle qu'une partie du mur nord de la nef, en pierre de taille et comportant les traces d'un ancien portail à crossettes, est datable de l'époque médiévale. La façade occidentale semble plus tardive, de la fin du 15e, voire du milieu du 16e siècle pour le portail en arc brisé mouluré. L'église aurait été incendiée durant les guerres de Religion, d'après une enquête de 1572. Nicolas de Villars dans le procès-verbal de sa visite pastorale de 1592 note que "les murailles sont en pied" et que seule une petite chapelle est voûtée ; il indique en outre que le presbytère fort beau, est découvert. L'évêque Claude Joly en 1668 indique pour sa part qu'une chapelle funéraire de la famille de Rigoulières, au sud du choeur, "voûtée, peinte, litrée, pavée", sert de sacristie. Il précise que l'autel était l'ancien maître-autel, tradition que rapporte également l'évêque Saléon en 1733 : "on nous a dit que c'était autrefois le lieu où était le grand autel, et l'église ayant été élargie du côté du nord, ledit autel fut transporté de ce côté-là". Suite à la construction du presbytère contigu vers 1853 (inscription sur la grille d'imposte de la porte d'entrée) , un projet d'agrandissement de l'église, aux frais de la fabrique, est établi en 1855 : l'allongement de la nef, la construction du chevet et des sacristies datent vraisemblablement de ce chantier. Le clocher est réparé en 1874 par le maçon Charles Marty (entablement en pierre de Condat). L'intérieur a été restauré à la fin du 20e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille, moyen appareil, enduit partiel

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Voûte d'ogives

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon découvert, croupe

Commentaire descriptif de l'édifice

L'église située sur le rebord d'une terrasse dominant le cours du Lot, est flanquée du presbytère au sud. La façade occidentale en pierre de taille est surmontée d'un clocher-mur ajouré de 4 baies campanaires un porche en appentis abrite le portail d'entrée. La large nef unique plafonnée, éclairée par 4 baies au sud, donne sur le choeur étroit et voûté d'ogives, encadré par 2 sacristies.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Ornement à forme végétale

Description de l'iconographie

Les chapiteaux et la clé de voûte du choeur sont sculptés d'un décor végétal.

État de conservation (normalisé)

Restauré

Protection

Référence aux objets conservés

IM47003429, IM47003431, IM47003427, IM47003430, IM47003434, IM47003432, IM47003428, IM47003433, IM47003435

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Beschi Alain

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel