POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Maison dite l'Abescat, puis église, actuellement salle de spectacle

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Appellation d'usage

L'Abescat

Destination actuelle de l'édifice

Église ; salle de spectacle

Titre courant

Maison dite l'Abescat, puis église, actuellement salle de spectacle

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Lot-et-Garonne (47) ; Tournon-d'Agenais ; rue de l'Ecole

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Tournon-d'Agenais

Adresse de l'édifice

Ecole (rue de l')

Références cadastrales

1831 L3 1064 ; 2001 AB 154

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Limite 13e siècle 14e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

17e siècle ; 1er quart 19e siècle

Auteur de l'édifice

Description historique

Cette maison a été construite entre la fin du 13e siècle et le début du 14e siècle, d'après le parti d'ensemble et les éléments sculptés de sa façade, sur 2 campagnes distinctes, comme semble l'indiquer une reprise en "coup de sabre" à l'étage. Son importance et un décor sculpté particulièrement soigné en font une demeure patricienne, traditionnellement considérée comme une résidence des évêques d'Agen ; cette présence épiscopale, conforme à l'appellation d'"Abescat", n'est cependant peut-être pas antérieure au début du 15e siècle : selon l'historien Pierre Simon, un document de 1423 mentionne "la maison du Vacquier où le seigneur Imbert, évêque d'Agen, faisait alors sa continuelle résidence". Quoi qu'il en soit, après la destruction de l'église Saint-Barthélemy par les protestants dans les années 1560, suivie par la restauration du culte catholique par l'évêque Nicolas de Villars en 1601, la demeure est transformée en église et dotée d'une chapelle. La partie inférieure du clocher-tour aligné sur la rue est datable de la 2e moitié du 17e siècle, ou peut-être du début du 18e siècle : une cloche est bénie en 1712 pour être placée dans le nouveau clocher. L'édifice converti en atelier de salpêtre durant la Révolution, est restauré entre 1819 et 1821, avec notamment la reconstruction du clocher par le maître-maçon Jean Salvan et le maître-charpentier Jean-Pierre Juilhac. Le lieu de culte est désaffectée suite à la construction de la nouvelle église en 1886. Le parfait état de conservation de la façade sur la rue de l'Ecole a conduit au classement de cette élévation en 1912, alors que l'intérieur a été réaménagé en salle de spectacle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire ; pierre de taille ; moellon

Matériaux de la couverture

Tuile creuse ; tuile plate

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; pignon couvert

Commentaire descriptif de l'édifice

De la demeure médiévale subsiste principalement la façade sur rue, bâtie en pierre de taille de moyen appareil. Le rez-de-chaussée ouvre sur la rue de l'Ecole par 2 portes en arc brisé chanfreinées ; il est éclairé par 3 fenêtres bâtardes rectangulaires. L'étage est souligné par un cordon régnant mouluré d'un tore, servant d'appui aux 3 baies géminées. Les 2 fenêtres de droite sont couplées de part et d'autre d'un pilier chanfreiné. La fenêtre de gauche est isolée, au voisinage d'une fenêtre bâtarde. La toiture à longs pans est en tuile creuse. Le clocher-tour est en moellon calcaire, couvert d'un toit en pavillon en tuile plate.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Feuillage, animal fabuleux

Description de l'iconographie

Les chapiteaux des baies géminées couplées sont ornées de fins feuillages à crochets. Le chapiteau de la baie géminée de gauche est sculpté sur chaque face d'animaux fabuleux et de feuillages : 1 tête de monstre sur corps d'oiseau sur 2 faces opposées, 1 tête de monstre ailée sur les 2 autres faces, 1 tête de monstre à chaque angle, rinceaux sur le tailloir ; cette sculpture est caractéristique de la production toulousaine du 13e et du début du 14e siècle.

État de conservation (normalisé)

Remanié

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1912/09/03 : classé MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Façade : classement par arrêté du 3 septembre 1912

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2001

Date de rédaction de la notice

2001

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Beschi Alain

Cadre de l'étude

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Nouvelle-Aquitaine - Service du Patrimoine et de l’Inventaire, site de Bordeaux - 5, place Jean-Jaurès 33000 Bordeaux - 05 57 57 72 37