Église paroissiale Saint-Clair

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Clair

Titre courant

Église paroissiale Saint-Clair

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Lot-et-Garonne (47) ; Monclar

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Monclar

Références cadastrales

1837 A 329 ; 2000 AB 446

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 16e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1875

Commentaires concernant la datation

Porte la date

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

L'église médiévale, probablement édifiée lors de la fondation de la bastide vers le milieu du 13e siècle, est entièrement reconstruite au début du 16e siècle, en 1503 d'après une inscription relevée par Nicolas de Villars en 1597. Claude Gélas en 1614 transcrit quant à lui l'inscription : FEUT FAITE AQUESTA GLESSIA L'AN 1253 [mauvaise lecture pour 1503 ?] ET L'AN 1609 A ESTE REFAITE. Au 18e siècle, le clocher doit être réparé à plusieurs reprises : une première fois en 1701, suite à la foudre ; en 1730, où l'église, présentée par la jurade comme "un des plus beaux édifice de l'Agenais", est endommagée par la chute d'une partie de la flèche sur la nef (l'adjudication des travaux de réparation est faite en faveur de Michel Marsandou, architecte de Casteljaloux) ; encore la foudre en 1739, et de nouvelles réparations s'imposent en 1750. Devant l'état de ruine général, une imposition est levée en 1785 pour la reconstruction de la "muraille" de l'église ; un devis est dressé en 1786 par Pinaud, architecte de la généralité de Guyenne, d'un montant de 17701 livres, mais face à "l'effrayante" dépense, il n'est pas sûr que les travaux ont été effectués. Le clocher, dont quelques pierres et l'entablement menacent de se détacher, et la toiture, sont réparés en 1787-1788. Le délabrement du clocher nécessite encore de nombreuses réparations au cours du 19e siècle, en 1822, 1833, 1849, 1855 et 1897. Un premier projet de voûtement établi en 1864 par Gustave Bourières, repris par l'architecte du département Léopold Payen en 1872, est réalisé en 1875 par l'entrepreneur Jean Arènes de Sainte-Livrade, sous le sacerdoce du curé Jean Neau (inscriptions sur les clés de voûte et dans un écu au revers de la façade). La tribune est construite en 1880, d'après le projet de l'architecte Courau.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Tuf ; pierre de taille ; calcaire ; silex ; moellon ; brique

Matériaux de la couverture

Tuile creuse mécanique ; ardoise

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Voûte d'ogives

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; pignon découvert ; croupe polygonale ; appentis ; flèche polygonale

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier hors-oeuvre ; escalier en vis sans jour ; en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

L'église occupe le flanc sud de la bastide. La vaste nef de 3 travées est terminée par un choeur à 7 pans, en pierre de taille de tuf. Des chapelles bâties en moellon calcaire au sud, en brique et en pierre de taille de calcaire gris au nord, sont aménagées en brèche entre les contreforts. L'ensemble de l'édifice est voûté d'ogives. Le clocher-tour sur l'angle nord-ouest est desservi par un escalier en vis hors-oeuvre. La toiture à longs pans à pignon découvert et croupe polygonale est couverte de tuiles creuses ; la flèche du clocher est en ardoise.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

IHS, MA, feuillage, raisin ; crochet, tête, tête : homme, homme : en buste, animal ; ange, griffon myth., armoiries

Description de l'iconographie

Les 4 chapiteaux de la nef sont ornés de rinceaux de vigne, des inscriptions en lettres gothiques AVE MA, IHS MA, et des armes de France. Les 8 chapiteaux du choeur sont ornés de feuilles de chêne et de glands, de feuillages, de crochets, de têtes et de bustes d'hommes, d'animaux. Dans la 1ère chapelle nord, les culots portent des têtes d'hommes, des feuilles de chou ou des moulures ; des armoiries bûchées entre 2 griffons ornent la clé de voûte. Dans la 2e chapelle nord, la clé de voûte est décorée d'anges tenant les armes de France. 2 des culots de la 2e chapelle sud sont ornés de têtes d'hommes. Les petits chapiteaux de la 3e chapelle nord sont feuillagés. Sur l'arrière de la sacristie sud, la voûte d'une pièce, peut-être une ancienne chapelle, conserve 3 culots sculptés d'une tête d'homme.

Protection et label

Référence aux objets conservés

IM47002846 ; IM47002856 ; IM47002861 ; IM47002868 ; IM47002842 ; IM47002853 ; IM47002857 ; IM47002858 ; IM47002859 ; IM47002865 ; IM47002871 ; IM47002844 ; IM47002852 ; IM47002864 ; IM47002874 ; IM47002839 ; IM47002860 ; IM47002850 ; IM47002851 ; IM47002863 ; IM47002866 ; IM47002873 ; IM47002840 ; IM47002847 ; IM47002867 ; IM47002869 ; IM47002854 ; IM47002870 ; IM47002845 ; IM47002843 ; IM47002862 ; IM47002848 ; IM47002849 ; IM47002855 ; IM47002872 ; IM47002841

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2000

Date de rédaction de la notice

2000

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Beschi Alain

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Nouvelle-Aquitaine - Service du Patrimoine et de l’Inventaire, site de Bordeaux - 5, place Jean-Jaurès 33000 Bordeaux - 05 57 57 72 37