Église Saint-Pierre

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Pierre

Titre courant

Église Saint-Pierre

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Carennac

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Vayrac

Références cadastrales

2006 AE 107

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom de l'édifice

Prieuré-doyenné Saint-Pierre

Références de l'édifice de conservation

IA46100291

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Limite 11e siècle 12e siècle, milieu 12e siècle, 13e siècle, 2e quart 16e siècle

Auteur de l'édifice

Gerbert (maçon)

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Signature

Description historique

L'église date pour sa plus grande part des environs de 1100, la principale phase de construction pouvant se situer dans les années 1090-1110. Le porche, orné d'un tympan historié, a été ajouté à l'ouest au milieu du 12e siècle ; l'un des chapiteaux intérieurs porte l'inscription : "Girbertus cementarius fecit istum portanum benedicta sit anima ejus" (Gerbert, maçon, a fait ce portail, que son âme soit bénie). Le chevet a été reconstruit au 13e siècle sur un plan rectangulaire. Quant à la série de cinq chapelles qui ouvrent sur le collatéral nord et sur lesquelles a été ensuite construite la galerie du doyenné, elle est ajoutée dans le 2e quart du 16e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille

Matériaux de la couverture

Ardoise, tuile plate

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

3 vaisseaux

Typologie du couvrement

Voûte en berceau plein-cintre ; voûte d'ogives ; cul-de-four ; coupole en pendentifs

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon découvert, toit à un pan, flèche polygonale

Commentaire descriptif de l'édifice

Un escalier extérieur d'une dizaine de marches conduit au portail occidental de l'église, dont les voussures profondes abritent le tympan, et par où on accède à un porche formant narthex, qui était à l'origine ouvert sur trois côtés mais dont les arcades latérales ont été murées. La nef compte trois vaisseaux voûtés en berceau plein-cintre sur arcs doubleaux. Le vaisseau central ne bénéficie que d'un éclairage indirect, en raison des voûtes des collatéraux qui s'élèvent jusqu'aux départs du berceau central. Les premières piles à l'ouest sont cruciformes à colonnes engagées, puis en faisceaux de huit colonnes, puis cylindriques, des piles cruciformes à colonnes engagées réapparaissant pour la croisée, couverte d'une coupole, qui porte le clocher. Sur les bras du transept, très peu saillants, ouvrent deux chapelles qui présentent la particularité d'un plan semi-circulaire à l'intérieur et rectangulaire à l'extérieur. Le chevet carré, qui a sans doute remplacé une abside, est voûté d'ogives.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, peinture (étudiée dans la base Palissy)

Indexation iconographique normalisée

Entrelacs ; oiseau ; lion ; animal ; ornement végétal ; armoiries ; Christ glorieux ; Christ glorieux ; apôtre ; ange

Description de l'iconographie

Le portail occidental offre une archivolte sculptée d'une suite d'animaux, qui n'est que partiellement conservée. Sur le tympan figure au centre le Christ en majesté, entouré des symboles des quatre évangélistes. Sur les panneaux voisins, dont les cadres évoquent la structure des devants d'autel d'orfèvrerie, les apôtres sont représentés assis sur des trônes, à l'instar des rois du tympan de Moissac, on y reconnaît en particulier dans les panneaux supérieurs saint Pierre tenant les clefs, et saint Paul identifié par sa calvitie. S'y ajoutent deux anges qui se prosternent et, au registre inférieur, deux petits personnages en buste, tenant un livre ouvert. Sur la bordure courent une grecque dans laquelle prennent place des animaux familiers, et des rinceaux qui enserrent des fleurs et des fruits imaginaires. Le tympan de Carennac compte parmi les grandes oeuvres romanes du Quercy.£Le décor sculpté des chapiteaux du porche et de la nef est sans rapport avec l'art du portail occidental. La plupart d'entre eux s'ornent d'entrelacs, de fleurons et de palmettes qui couvrent les corbeilles. Le groupe suivant associe arbitrairement des motifs très variés : entrelacs et protomes ou animaux fantastiques, taillés en méplat comme le sont les chapiteaux du porche sur lesquels figurent des lions ou des oiseaux affrontés. Le troisième groupe, qui apparaît dans les parties hautes du vaisseau central, se caractérise au contraire par une sculpture très en relief, au modelé arrondi, qui met en scène des hommes ou des animaux.£Armoiries d'Alain de Ferrières sur la clef de voûte de l'une des chapelles nord : mi-parti de (...) et (...) à la bordure crénelée de (...) (cf. A.-M. Pêcheur, 1988, p. 70).

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1893/05/02 : classé MH

Référence aux objets conservés

IM46000780

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2006

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Séraphin Gilles, Scellès Maurice, Pêcheur Anne-Marie

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (inventaire préliminaire des églises médiévales)

Typologie du dossier

Sous-dossier

église Saint-Pierre
église Saint-Pierre
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées
Voir la notice image