Église paroissiale Saint-Martial

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Martial

Titre courant

Église paroissiale Saint-Martial

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Rudelle

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Lacapelle-Marival

Références cadastrales

2011 D 33, 34

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Réduit

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 13e siècle, 4e quart 19e siècle

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par travaux historiques

Description historique

L'église aurait été à l'origine la chapelle de l'hôpital mentionné en 1266 par le testament de son fondateur, Bertrand de Cardaillac ; elle ne serait devenue église paroissiale que dans la seconde moitié du 15e siècle (L. d'Alauzier, 1985, p. 103-104). L'édifice, qui peut être daté de la deuxième moitié du 13e siècle, aurait été construit peu après la fondation de la bastide vers 1250. L'église a été très restaurée dans les années 1890 par l'architecte Paul Gout, lequel a supprimé la toiture au profit d'une couverture en terrasse et a surtout ajouté les bretèches de son couronnement ; les travaux ont été surveillés par l'architecte de Cahors Achille Rodolosse.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille, grès

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Voûte d'ogives ; voûte d'arêtes

Typologie de couverture

Terrasse, toit à un pan

Commentaire descriptif de l'édifice

L'église est un bon exemple d'église fortifiée, cet aspect ayant cependant été amplifié par la restauration de la fin du 19e siècle. Les deux chapelles latérales, modernes, sont voûtées d'arêtes et couvertes d'un toit en appentis en tuile creuse. L'édifice comporte deux niveaux, tous deux voûtés d'ogives, le premier correspondant à la nef et l'abside de l'église tandis que le second niveau est dévolu à un usage militaire. Une voûte à six branches couvre la première travée de la nef, une voûte à neuf branches la deuxième travée et l'abside. Les clefs de voûte, à bordure perlée, portent respectivement une patte de griffon et un lion qui rappellent les armoiries des Rudelle et des Cardaillac. Les départs d'ogives conservés de part et d'autre du portail pourraient correspondre à un porche disparu.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Ornement végétal ; armoiries

Description de l'iconographie

Armoiries des Rudelle sur une clef de voûte : (d'or) à la patte de griffon de (gueules). Armoiries non identifiées (des Cardaillac ?) : de (...) au lion de (...).

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1886/07/12 : classé MH

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2005

Date de rédaction de la notice

2005

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Séraphin Gilles, Scellès Maurice

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (inventaire préliminaire des églises médiévales)

Typologie du dossier

Dossier individuel

église paroissiale Saint-Martial
église paroissiale Saint-Martial
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; © Conseil départemental du Lot
Voir la notice image