Église paroissiale Sainte-Luce

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Sainte-Luce

Titre courant

Église paroissiale Sainte-Luce

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Sousceyrac-en-Quercy

Précision sur la localisation

Commune fusionnée après inventaire ; anciennement commune de Calviac

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Cère et Ségala

Lieu-dit

Pontverny

Références cadastrales

1826 F 96, 2015 AY 182

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Cimetière

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

12e siècle (?), 1ère moitié 13e siècle (?), 18e siècle, 4e quart 19e siècle

Description historique

C’est dans une charte de l’abbaye de Cluny datée du milieu du 10e siècle que l’on relève la plus ancienne mention d’un lieu de culte à Pontverny : celui-ci figure sous le vocable de Saint-Urcisse dans une donation faite en 941 à l’abbaye de Cluny par une riche héritière du nom d’Ava, identifiée par les historiens comme la mère de l’abbé Odon et possédant un important alleu aux confins du Quercy et de l’Auvergne (Lauranson-Rosaz 1994). A l’origine de la paroisse, l’église de « Ponto-Vernino » constitue à l’époque carolingienne le lieu de culte d’une importante « curtis » (domaine carolingien) qui comporte, d’après la donation d’Ava, au moins 26 manses (tenures paysannes).
Les sources sont ensuite lacunaires jusqu’à la fin du Moyen Age. Les pouillés du 14e siècle mentionnent une église dédiée à Sainte-Lucie et dépendant du prieuré d’Augustins d’Escalmels (commune de Saint-Saury, Cantal ; voir Clary 1986, p. 217). Cependant, plusieurs indices, et en premier lieu le changement de vocable, soulèvent la question d’un déplacement du lieu de culte primitif (Aquioupou 2006, p. 116). En effet, le toponyme "Puech de la Gleye", relevé sur les cadastres actuel et de 1826, suggère une implantation ecclésiale ancienne à la limite des actuelles communes Calviac et de Souceyrac, à environ 850 m du village de Pontverny. Associé au toponyme "Puech de la Tour", il constitue un indice fort en faveur de l'identification d'un site fortifié établi à l’extrémité d’une avancée de plateau, sur un tertre de terre semi-artificiel. Cette motte castrale probable a peut-être occupé le site de l’ancienne « curtis » dotée d’un premier lieu de culte qui serait ainsi devenu une chapelle castrale.
L’église actuelle, qui s’élève à l’extrémité est du village de Pontverny, conserve une partie de ses dispositions médiévales appartenant à la période romane. Les traces de reprise des maçonneries et la confrontation avec le plan cadastral de 1826 permettent de restituer une structure d’origine à nef unique prolongée par un chœur quadrangulaire enserrant une abside semi-circulaire. Peu représenté en Quercy (églises de Salvezou à Catus ou de Mayrinhac-le-Francal à Rocamadour), ce type de plan est plus fréquent en Haute-Auvergne où il apparaît comme l’une des composantes de l’architecture romane du 12e siècle (Saint-Cirgues et Sainte-Juliette à Saint-Cirgues-de-Jordanne, Saint-Rémy de Lascelle ou Notre-Dame de la Nativité à Girgols). Le portail percé dans la façade latérale sud-ouest de la nef accuse une datation légèrement plus récente, tout en s’inscrivant dans un style roman tardif (13e siècle ?). Cependant, l’importance des perturbations ne permet pas de dresser une chronologie précise des phases médiévales.
L’édifice a été profondément remanié au milieu du 18e siècle (Clary 1986, 217). De cette campagne de travaux résulte sans doute la chapelle sud, construite en moellons et pierres de taille contre le piédroit du portail médiéval, ainsi que la partie basse de la façade nord-ouest avec son portail de style classique (date portée actuellement illisible, pouvant être « 1758 » d’après Y. Aquioupou, 2002, 86). La confrontation du plan actuel et du plan cadastral de 1826 laisse penser que l’ancienne nef unique a été élargie ou augmentée de chapelles latérales au nord et qu’un petit corps de bâtiment, peut-être une tour d’escalier desservant le clocher, a été rajouté dans l’angle sud-ouest.
Ces aménagements ont disparu à la fin du 19e siècle, lors de la construction de l’actuel clocher-mur en façade. Cette reconstruction s’accompagne du percement de deux nouvelles baies en plein-cintre dans le mur gouttereau sud-ouest. La similitude formelle entre ces fenêtres et celle visible au nord conduit à attribuer à cette même campagne de travaux la construction d’une chapelle formant transept au nord. Ces hypothèses sont confirmées par deux pièces issues du dossier de restauration de l’église qui sont conservées aux Archives départementales : elles permettent de dater l’ensemble de ces remaniements des années 1895-1896 (A.D. Lot, 2O68/2). Les constats établis en 1895 font état d’un délabrement avancé de l’église, touchant plus particulièrement le flanc nord de la nef, une « chapelle à gauche » et les « lambris qui servent de voûte ». Ces descriptions suggèrent que la nef était encore charpentée à la fin du 19e siècle. Le projet de restauration, validé en avril 1895 par le conseil des bâtiments civils, prévoit des réparations très importantes dont la construction d’une chapelle « symétrique » à celle existant au sud, la mise en place d’une tribune et le voûtement de la nef.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Granite, gneiss, moellon

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan en croix latine

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe, appentis

Commentaire descriptif de l'édifice

L’église est bâtie en moellons de gneiss et de granite, avec des chaînes d’angle et encadrements de baies en pierre de taille. Malgré l’importance des arrachements et des reprises, les vestiges de maçonneries médiévales se signalent par un appareil de moellons équarris soigneusement assisés (assises de hauteurs variables). Ils sont particulièrement visibles au niveau du mur est du chevet plat, où subsiste également la trace en négatif d’une baie d’axe. Les extensions ou reconstructions ultérieures (18e et 19e siècle) se démarquent par une utilisation plus importante du gneiss pour les parements et les chaînes d’angle.
La structure se compose d’une nef unique et d’un chevet quadrangulaire légèrement plus étroit, dans lequel s’inscrit une abside de chœur semi-circulaire. Deux chapelles latérales formant transept ont été successivement rajoutées au sud et au nord. La nef, anciennement charpentée, et les chapelles sont couvertes en berceau (surbaissé et brisé) tandis que l’abside a conservé sa voûte en cul-de-four. Percée d’un portail classique à pilastres, arc en plein-cintre et fronton, la façade occidentale est rehaussée d’un clocher-mur ajouré de 2 baies campanaires.
Outre le chevet, il subsiste des dispositions médiévales un portail latéral percé dans le mur gouttereau sud-ouest. Pourvu d’une archivolte en arc brisé, à voussure chanfreinée et larmier, il se caractérise par un décor sculpté de boules et de motifs symétriques que l’on retrouve sur certains portails romans de Haute-Auvergne (église de Saint-Étienne-de-Carlat). Deux modillons ornés d’un masque ou d’un visage sont remployés dans le mur de soutènement du cimetière. Probablement issus de l’église médiévale, ils soulignaient peut-être la corniche du chevet, comme cela est encore visible sur l’église voisine de Comiac.
L’édifice est flanqué au nord du presbytère et de la sacristie ; il jouxte au sud-est l’ancien cimetière actuellement désaffecté.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Boule ; ornement géométrique

Description de l'iconographie

Portail sud à décor sculpté de boules et de motifs géométriques indéterminés.

Protection et label

Référence aux objets conservés

IM46205658

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2005

Date de rédaction de la notice

2005 ; 2015

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Séraphin Gilles, Scellès Maurice, Cassan Elodie

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (inventaire préliminaire des églises médiévales), inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

église paroissiale Sainte-Luce
église paroissiale Sainte-Luce
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées ; © Conseil départemental du Lot
Voir la notice image