Prieuré de grandmontains Notre-Dame, actuellement église paroissiale

Désignation

Dénomination de l'édifice

Prieuré

Genre du destinataire

De grandmontains

Vocable - pour les édifices cultuels

Notre-Dame

Destination actuelle de l'édifice

Église paroissiale

Titre courant

Prieuré de grandmontains Notre-Dame, actuellement église paroissiale

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Peyrilles

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Saint-Germain-du-Bel-Air

Lieu-dit

Dégagnazès

Références cadastrales

2001 F 691

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Cimetière, fossé

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Milieu 13e siècle, 19e siècle

Description historique

En 1235, Aymeric de Gourdon, seigneur de Peyrilles, donne à l'ordre de Grandmont le lieu de Dégagnazès pour y fonder un monastère. Le prieuré est réuni à celui de Francou (actuellement en Tarn-et-Garonne) par le pape Jean XXII (1316-1336). En 1679, l'église est en partie ruinée et les bâtiments conventuels sont détruits. Le décor peint du choeur, réalisé au 18e siècle, indique que quelques travaux ont alors été effectués. L'église, devenue paroissiale, est réparée au 19e siècle : la voûte de la nef (raccourcie ?) est refaite, une nouvelle façade et un clocher sont élevés à l'ouest. L'aile orientale des bâtiments conventuels a été transformée en maison d'habitation privée en 1842.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille, moellon

Matériaux de la couverture

Tuile plate, ardoise

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Cul-de-four ; voûte en berceau brisé

Typologie de couverture

Toit à longs pans, flèche polygonale

Commentaire descriptif de l'édifice

L'église, en pierre de taille mais avec quelques parties en plaquettes de calcaire, est une longue construction, basse, dont les murs latéraux sont aveugles ; l'abside est éclairée par trois fenêtres couvertes en plein-cintre disposées entre des contreforts qui montent jusqu'à la corniche. Les vestiges de deux murs détruits subsistent contre l'élévation nord de la travée qui précède l'abside. A l'opposé, au sud, se développe l'aile orientale du monastère, qui contenait la salle capitulaire au rez-de-chaussée et le dortoir à l'étage : l'élévation est conserve des vestiges du bâtiment médiéval (porte et fenêtres). Les premières assises d'un mur subsistent à l'ouest à la limite de la parcelle. Le fossé délimitant l'emprise de la franchise du prieuré serait en grande partie conservé (M. Rouget, 1984, p. 106-107).

Technique du décor des immeubles par nature

Peinture (étudiée dans la base Palissy)

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1926/06/10 : inscrit MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Église : inscription par arrêté du 10 juin 1926

Référence aux objets conservés

IM46000843, IM46105781, IM46105782, IM46105783, IM46105784, IM46105785, IM46105786, IM46105787, IM46105788, IM46105789, IM46105790, IM46105791, IM46105792, IM46105793, IM46105794

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée ; propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2005

Date de rédaction de la notice

2005

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Séraphin Gilles, Scellès Maurice

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (inventaire préliminaire des églises médiévales)

Typologie du dossier

Dossier individuel