Demeure dite repaire

Désignation

Dénomination de l'édifice

Demeure

Titre courant

Demeure dite repaire

Localisation

Localisation

Occitanie ; Lot (46) ; Saint-Martin-le-Redon

Précision sur la localisation

Anciennement commune de Duravel

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lot

Canton

Puy-l'Evêque

Lieu-dit

Mescalprès

Références cadastrales

1837 F2 799, 2010 A02 512

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Tour

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 13e siècle (?), 1ère moitié 14e siècle (?)

Description historique

Saint-Martin-le-Redon faisait partie de la juridiction de Montcabrier et relevait des Pestilhac (Clary, 1986) : on a ainsi supposé que Mescalprès pouvait avoir été édifiée pour un chevalier du castrum de Pestilhac. Aucun document ne vient cependant éclairer l'histoire du repaire qui a peut-être été délaissé après la guerre de Cent ans. Dans la seconde moitié du 18e siècle, la carte de Cassini indique un hameau avec château en ruines à Mescalprès, et le plan cadastral de 1837 ne montre plus aucun autre bâtiment que la tour. Celle-ci peut dater du début du 14e siècle d'après les formes des fenêtres et des archères.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 3 étages carrés, étage de comble

Typologie du couvrement

Voûte en berceau plein-cintre

Commentaire descriptif de l'édifice

Seule la tour carrée, haute de cinq niveaux, est entièrement conservée. Elle porte sur l'une de ses faces les traces d'un bâtiment accolé qui a disparu. A quelque distance apparaît dans une butte le sous-sol voûté en plein-cintre d'un autre bâtiment. Le site montre encore de nombreuses lignes de pierre qui ont pu correspondre à des aménagements d'époque indéterminée. La tour présente, au sud, une porte au rez-de-chaussée, que le tracé de son arc pourrait faire attribuer à un remaniement. Dans l'élévation est, deux autres portes mettaient en communication le logis avec les deux premiers étages de la tour, éclairés par deux fenêtres simples et une fenêtre géminée, toutes à intrados trilobés. S'y ajoutent des archères cruciformes, dont une à larges empattements. Les latrines (dont les coffres en encorbellement ont disparu) et la cheminée du deuxième étage (établie dans l'épaisseur du mur) confirment qu'il s'agissait de niveaux d'habitation. Le troisième étage ne présente en revanche qu'une porte et une archère.

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1995/10/20 : classé MH

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Tour

Observations concernant la protection de l'édifice

Tour (cad. A 512) : classement par arrêté du 20 octobre 1995. L'extension de la protection à l'ensemble du site serait souhaitable.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2004

Date de rédaction de la notice

2004

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Séraphin Gilles

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (inventaire préliminaire de l'architecture civile médiévale)

Typologie du dossier

Dossier individuel

demeure dite repaire
demeure dite repaire
(c) Inventaire général Région Occitanie
Voir la notice image