Église de bénédictins Saint-Etienne, actuellement salle d'exposition

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église

Genre du destinataire

De bénédictins

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Etienne

Destination actuelle de l'édifice

Salle d'exposition

Titre courant

Église de bénédictins Saint-Etienne, actuellement salle d'exposition

Localisation

Localisation

Centre-Val de Loire ; Loiret (45) ; Beaugency ; place du Martroi

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Beaugency

Adresse de l'édifice

Martroi (place du)

Références cadastrales

1828 A 278 ; 1981 F 769

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 11e siècle ; 3e quart 11e siècle ; 12e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Primitivement cette église fut placée sous le vocable du Saint-Sépulcre et ce n'est qu'au 16e siècle qu'apparut celui de Saint-Etienne qui lui est resté. Edifiée sur un cimetière appartenant aux chanoines de l'église collégiale Notre-Dame de Beaugency, elle fut commencée par des fidèles "a quibudam christianis fidelibus antiquitus inchoatam...", sans doute entre 1030 et 1050 et achevée et voûtée par Lancelin II, seigneur de Beaugency, entre 1070 et début 1078, époque de sa dédicace par Régnier, évêque d'Orléans. Le 2 février 1080, Lancelin la donna comme prieuré à l'abbaye bénédictine de la Trinité de Vendôme qui fit construire des bâtiments autour. Un acte de 1081, précise qu'elle était située hors les murs du bourg "prope murum castri", c'est-à-dire de la première enceinte de la ville dont il reste la Tour de Horloge et un vestige de mur à l'est de celle-ci. Cette église avait pour fonction de défendre au sprituel l'enceinte de la ville ainsi que son entrée conformément à une tradition établie depuis l'époque mérovingienne. C'est au 12e siècle que le clocher primitif fut probablement édifié à la croisée du transept. Un document de 1628, signalé par Adam, précise que l'édifice était en très mauvais état et qu'il y avait un cloître. Durant la période classique, le comble fut surhaussé et la charpente refaite. Le 12 décembre 1791 elle fut vendue comme bien national, servit de grenier à blé dans le comble et de cellier à l'intérieur, puis de débarras et dépôt de toutes sortes jusqu'en 1992. L'architecte Lisch nous apprend en effet qu'en 1879 c'était un magasin à bois. Considérée comme l'église voûtée la plus ancienne de France, elle fit partie en 1840 de la liste des édifices nationaux classés Monuments historiques. Malgré cela, la municipalité envisagea en 1847 de la détruire pour agrandir la place du Martroi. A cette occasion, Prosper Mérimée la fit racheter par l'Etat et la municipalité projeta alors d'acheter la propriété de Mlle Michau, attenante à la nef et au transept de l'église au sud, afin de la dégager et d'agrandir la place du Martroi. Lorin de Chaffin, maire de la commune, demanda ensuite l'autorisation de la louer pour en faire un magasin et avec les revenus de la réparer. Par un courrier du 2 novembre 1852, Prosper Mérimée se montre tout à fait hostile à cette façon de voir. Il envisageait plutôt une destination publique : une école par exemple, afin de ne pas en altérer le caractère. Sans doute dépité, Lorin de Chaffin, dans son ouvrage sur l'histoire de Beaugency paru vers 1856, ne pu s'empêcher d'écrire qu'elle ressemblait "plus que jamais à une vieille grange rapiécée". Le temps passant, elle fut néanmoins louée à la ville sous l'appellation de "Magasins de Saint Etienne". Des cartes postales du début du 20e siècle montre qu'elle constituait un support publicitaire particulièrement apprécié dont le préfet s'inquiéta en 1909. Ensuite elle fut rachetée pour le franc symbolique par la commune en 1992, restaurée et aménagée en vue de recevoir des expositions temporaires et servir de salle de conférence. Des vitraux du maître verrier Jean-Dominique Fleury ont été mis en place à cette occasion.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire ; moellon ; enduit

Matériaux de la couverture

Tuile plate

Typologie de plan

Plan en croix latine

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Voûte en berceau plein-cintre ; voûte d'arêtes ; cul-de-four

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; toit en bâtière ; croupe ronde

Commentaire descriptif de l'édifice

Eglise à vaisseau central et transept à un vaisseau ; voûte en berceau plein-cintre sur les vaisseaux, voûte d'arêtes à la croisée et cul-de-four sur l'abside et les absidioles ; toit à deux versants sur la nef, le choeur et les bras de transept jusqu'à la naissance du clocher implanté à la croisée ; clocher couvert d'un toit en bâtière et toit en croupe ronde sur l'abside ; les petites baies ouvrant dans la nef présentent extérieurement des appuis taillés qui ne sont certainement pas d'origine. En effet au 11e siècle, à l'instar de ce que l'on voit sur la porte de l'Horloge et sur le donjon, les appuis sont constitués par la simple continuation d'un rang de moellons du mur. Présence d'une porte bouchée dans le mur nord du bras nord du transept.

Indexation iconographique normalisée

Cartouche : ornement à forme géométrique

Description de l'iconographie

Présence d'impostes à cartouche dit "carolingien" de part et d'autre de l'entrée de la chapelle nord et sur l'imposte de l'angle sud-est de la croisée. On retrouve des cartouches carolingiens sur des tailloirs ou des impostes dans les cryptes du premier tiers du 11e siècle de Saint-Avit et de Saint-Aignan à Orléans.

État de conservation (normalisé)

Restauré

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1840 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Eglise Saint-Etienne : classement par liste de 1840.

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Edifice roman d'un grand intérêt par sa date de construction.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2001

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Bontemps Daniel

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Centre-Val de Loire - Service régional de l'Inventaire - 6 rue de la Manufacture 45000 Orléans – 02.38.70.25.06

1/17