Eglise paroissiale Sainte-Marie, Saint-Martin, Nativité de Notre-Dame

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Sainte-Marie ; Saint-Martin ; Nativité de Notre-Dame

Titre courant

Eglise paroissiale Sainte-Marie, Saint-Martin, Nativité de Notre-Dame

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Haute-Loire (43) ; Tence

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Auvergne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Tence

Références cadastrales

1830 G1 175, 1975 BC 90

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 16e siècle, 3e quart 18e siècle, 4e quart 18e siècle, 2e quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

1er quart 20e siècle, 4e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1780

Commentaires concernant la datation

Porte la date, datation par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

La paroisse Sainte-Marie est citée dans le cartulaire de Chamalières (10e siècle). Entre 1090 et 1110 l'église est érigée en prieuré sous le vocable de Saint-Martin et donnée aux bénédictins d'Ainay de Lyon. Le choeur est reconstruit entre 1523 et 1554, période où Jean de Naturel est prieur. L'église aurait été incendiée au 16e siècle. En 1577, la Compagnie de Jésus remplace les bénédictins. Entre 1652 et 1719, les Pénitents Blancs ont une chapelle sur la tribune de l'église. La reconstruction du clocher est décidée en 1756. En 1759, le curé paye à Claude Debard, architecte des Ponts-et-Chaussées, 3956 livres pour cette reconstruction. Les travaux sont réalisés en 1764. En 1777, M de Billon (ou Billou) , inspecteur des Ponts-et-Chaussées, donne un projet de restauration de l'édifice avec notamment la construction du portail sud. En janvier 1779, les travaux sont adjugés à Jacques Petre, maçon à La Brosse ; ils sont réceptionnés le 22 septembre 1780. En juillet 1833, les architectes du Puy Solvain et Abougit dressent un projet d'agrandissement qui sera abandonné. En 1835, Louis Florentin Brenas, architecte voyer donne un nouveau projet. En juin 1836, les travaux sont adjugés à Pierre-Alphonse Peyrot. Ils sont interrompus et l'architecte donne un second projet en octobre 1838. En février 1840, l'entrepreneur s'engage à réaliser ce nouveau projet. L'église est agrandie d'une travée à l'ouest. En juillet 1857 M. Rollet, ingénieur-architecte à Saint-Etienne donne un projet de flèche. Les travaux adjugés à Jean Chave de Tence sont achevés en 1859. Sans doute au 19e siècle, le vocable Nativité de Notre-Dame est ajouté à celui de Saint-Martin. En 1901 : réparation aux couvertures du clocher et de l'église, installation d'une nouvelle cloche. En 1912, Antoine Rostan, ingénieur civil des mines à Tence dresse un projet de reconstruction de la tribune. En 1913, adjudication à Auguste Falcon, serrurier à Firminy (42) , des travaux de la tribune et ceux de reconstruction ou de consolidation de certaines voûtes. La nef a été lourdement restaurée en 1975 (couverture, sol, tribune).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Granite, pierre de taille, moellon

Matériaux de la couverture

Basalte en couverture, métal en couverture

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

3 vaisseaux

Typologie du couvrement

Voûte d'arêtes, voûte d'ogives, coupole

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe polygonale, flèche polygonale

Commentaire descriptif de l'édifice

La face sud de la nef est en pierre de taille. Au bas-côté nord, deux travées sont voûtées d'arêtes ; au bas-côté sud, deux travées sont voûtées d'ogives. Le choeur est voûté d'ogives. Une coupole couvre le faux-transept. Le chevet est couvert d'une croupe polygonale. Le clocher est surmonté d'une flèche en partie couverte en métal.

Technique du décor des immeubles par nature

Vitrail (étudié dans la base Palissy), sculpture (étudié dans la base Palissy), sculpture

Indexation iconographique normalisée

Agneau mystique ; coeur, fleur, symbole : vie religieuse

Description de l'iconographie

Armes non identifiées sur la pile nord-ouest soutenant la coupole. Armes non identifiées sur la voûte de la chapelle sud-est. Agneau mystique sur la voûte de la chapelle sud-est. Coeur, fleurs, triangle de la trinité sur portail sud.

État de conservation (normalisé)

Restauré

Protection

Référence aux objets conservés

IM43000612, IM43000614, IM43000621, IM43000620, IM43000618, IM43000617, IM43000623, IM43000619, IM43000616, IM43000615, IM43000622, IM43000696, IM43000701, IM43000704, IM43000695, IM43000698, IM43000703, IM43000700, IM43000705, IM43000699, IM43000702, IM43000697

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1996

Date de rédaction de la notice

1997

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Lionel Sauzade

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Auvergne-Rhône-Alpes - Centre de documentation du patrimoine - 59 boulevard Léon Jouhaux - CS 90706 – 63050 Clermont-Ferrand CEDEX 2 - 04.73.31.84.88