Caisse d'épargne

Désignation

Dénomination de l'édifice

Caisse d'épargne

Appelation d'usage

Hôtel de la Caisse d'épargne

Titre courant

Caisse d'épargne

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Loire (42) ; Montbrison ; 10 rue Marguerite-Fournier

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Montbrison

Canton

Montbrison

Adresse de l'édifice

Marguerite-Fournier (rue) 10

Références cadastrales

1809 E 761, 1986 BK 354

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1905

Commentaires concernant la datation

Porte la date

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source, signature

Description historique

Par délibération du 9 mai 1842 le conseil municipal adopte la mise en place d'une Caisse d'épargne à Montbrison. Le 9 juillet 1842 une nouvelle délibération établit les statuts définitifs et le 14 octobre 1842 le Conseil d'Etat ratifie sa création. La Caisse d'épargne, placée sous le patronage de la municipalité, se voit attribuer des locaux dans l'aile nord de l'Hôtel de Ville. Les guichets ouvrent en février 1843 et l'épargne populaire, provenant essentiellement d'une clientèle rurale, suit une courbe ascendante qui s'accélère à la fin du 19e siècle. Les locaux de la mairie devenant insuffisants, le conseil d'administration de la Caisse d'épargne vote, en 1896, la construction d'un immeuble. L'achat de la maison Oudet, une ancienne auberge située à l'angle du quai du Vizézy et de la rue de l'Hôpital, est conclu en 1901 et un concours public est ouvert en 1903. Plusieurs architectes participent à ce projet d'hôtel, parmi eux Marcel Lamaizière en collaboration avec A. Duplaix, architecte-voyer de la ville. Le 1er prix est attribué à Léon Gaudibert, architecte à Paris, originaire de la Loire. Les travaux commencent en 1904 et sont adjugés à l'entrepreneur général M. Georges. Le gros oeuvre est achevé en 1905 (date portée sur le conduit de la cheminée extérieure) ; l'édifice terminé en 1906 est inauguré en 1907. Le décor sculpté est l'oeuvre de Séguin, les mosaïques du vestibule sont signées de l'atelier lyonnais Mora et les céramiques décoratives de la cheminée de la salle du conseil d'Alexandre Bigot. Pour des raisons de sécurité liées à un dépôt de matières dangereuses, le conseil d'administration achète, dès 1910, la maison voisine. Au début de l'année 2006 des travaux sont mis en oeuvre dans l'hôtel de la Caisse d'épargne ; ils portent sur la transformation de la salle des guichets qui reçoit une mezzanine en charpente métallique.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, brique silico-calcaire, pierre de taille

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, comble à surcroît

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe, croupe polygonale, noue, pignon découvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie, escalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour, en charpente métallique, suspendu, en charpente

Commentaire descriptif de l'édifice

L'hôtel de la Caisse d'épargne, conçu selon un plan en L, est installé le long du quai de l'Hôpital et la rue Marguerite-Fournier. La partie centrale de l'édifice, réalisée dans l'angle à pan coupé du L, assure la jonction entre deux ailes dissymétriques. C'est sur ce pan coupé que la façade principale est mise en place ; elle officialise la fonction de l'édifice grâce à son enseigne gravée et aux armoiries de la ville qui y sont sculptées. Les soubassements et les perrons sont en calcaire de Villebois, les murs en calcaire blanc de Saint-Paul-Trois-Châteaux, les rampants des pignons et les lucarnes sculptées, en calcaire blanc d'Echaillon. Le remplissage des murs est en brique silico-calcaire de tons blanc ou gris. Les toits à longs pans avec croupe sur le corps central et croupes polygonales sur les corps latéraux, sont couverts d'ardoises ; les avant-toits sont interrompus par des lucarnes à pignon. La diversité des matériaux, le décor sculpté, les baies en arc segmentaire et les lucarnes à pignon découvert sont autant d'éléments qui évoquent en façade un hôtel particulier de style renaissance. L'accès au rez-de-chaussée surélevé est racheté par un degré convexe sur l'entrée principale et par un escalier droit logé contre l'élévation postérieure sur jardin. A l'intérieur, la monumentalité domine avec le vestibule d'entrée prolongé par l'escalier d'honneur et la salle des guichets, sur la droite, éclairée par de grandes et larges baies vitrées. La salle du conseil et le cabinet du président, sorte de salons d'apparat au 1er étage, sont accessibles par l'escalier d'honneur tournant à retours avec jour en charpente métallique alors que l'ancien logement de fonction est desservi par un escalier dérobé, tournant, en bois. Les caves conservent un escalier tournant à retour sans jour, en pierre. Le rez-de-chaussée présente un plafond à entrevous de briques et charpente métallique ; le décor intérieur et le mobilier utilisent des matériaux et des formes de style Art Nouveau.

Technique du décor des immeubles par nature

Ferronnerie, menuiserie, mosaïque, peinture, sculpture, décor stuqué, papier peint

Indexation iconographique normalisée

Ornement à forme végétale ; pomme de pin ; iris ; houx

Description de l'iconographie

Les feuilles de houx se situent sur le garde corps de la rampe de l'escalier d'honneur et du palier. Un décor de pommes de pin est présent sur les pommelles en laiton des portes et des fenêtres. L'hortensia et le décor végétal ornent les mosaïques des sols : vestibule, salle des guichets et palier de l'étage. L'iris est représenté dans le décor stuqué du plafond du bureau du président et le volubilis dans le plafond de la salle du conseil. Enfin l'hortensia est repris dans le décor sculpté de façade, dans le décor peint en frise au sommet des murs du vestibule et de la salle des guichets. Les murs de la salle du conseil et du cabinet du président sont tendus de lambris d'appui en carton-cuir gaufré d'inspiration végétale.

État de conservation (normalisé)

Bon état

Protection et label

Référence aux objets conservés

IM42002002, IM42002005, IM42002001, IM42002004

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

La Caisse d'épargne, conçue à la manière d'un hôtel particulier, conserve un décor d'origine, dans le vestibule d'entrée, la salle des guichets et l'escalier d'honneur du rez-de-chaussée, ainsi que dans la salle du conseil et dans le cabinet du président, au 1er étage.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'une société privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2009

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Hartmann-Nussbaum Simone

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Auvergne-Rhône-Alpes - Centre de documentation du patrimoine - 59 boulevard Léon Jouhaux - CS 90706 – 63050 Clermont-Ferrand CEDEX 2 - 04.73.31.84.88

1/50
Caisse d'épargne
Caisse d'épargne
© Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes ; © L. Tissier
Voir la notice image