POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Manufacture nationale d'armes, dite la Manu

Désignation

Dénomination de l'édifice

Usine

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Manufacture nationale d'armes

Appellation d'usage

La Manu

Titre courant

Manufacture nationale d'armes, dite la Manu

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Loire (42) ; Saint-Etienne ; rue Javelin-Pagnon

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Saint-Etienne centre

Canton

Saint-Etienne nord-est 1

Adresse de l'édifice

Javelin-Pagnon (rue)

Références cadastrales

1996 CL 205

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Cour ; jardin ; logement patronal

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 18e siècle ; 3e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1769 ; 1864

Commentaires concernant la datation

Porte la date ; daté par source

Auteur de l'édifice

Description historique

La manufacture royale d'armes est créée en 1769. Lors de la Révolution, l'établissement connaît des difficultés. Sous la Restauration, l'entreprise se perfectionne avant les importantes commandes dues aux événements politiques de 1830. Dans les années qui suivent, l'invention d'un nouveau modèle d'arme à percussion oblige l'usine à se moderniser, c'est l'occasion de réunir enfin les ateliers dispersés aux équipements vétustes. Il y a une volonté de créer une usine moderne adaptée à l'industrie contemporaine et à l'utilisation des machines-outils. C'est la naissance de la nouvelle manufacture d'armes. En 1863, pour la construction de la nouvelle manufacture au Treuil, le Ministre de la Guerre décide de répartir la totalité des bâtiments à édifier en trois groupes. Le premier, qui comprend la grande usine, le réservoir, l'usine à meule, le magasin à poudre, l'épreuve et le mur d'enceinte, devait être construit en 1864-1865. Le montant des travaux prévus s'élevait à 769 648, 80 F, mais on arriva finalement après avoir réalisé quelques projets complémentaires à un total en 1866 de 1 199 391, 29 F. Cette somme comprend uniquement l'édification des bâtiments (maçonnerie, charpente, serrurerie, couverture, plâtrerie et vitrerie). L'inauguration de la nouvelle manufacture eut lieu le 26 Avril 1866, lors de la mise en marche de la première machine à vapeur. C'est le chef d'escadron Boigeol qui est choisi pour remplacer à partir du 5 juin 1866, le directeur de la manufacture d'armes de Saint-Etienne, le lieutenant-colonel Jouffray venant de décéder. Le fonctionnement de la Manufacture s'est maintenu jusqu'à ces dernières années car elle a su s'adapter aux lois du marché. Depuis 1975, on distingue trois secteurs différents dans les principales activités de la Manufacture : - secteur des armes munition (armes légères) - secteur des équipements blindés (tourelles légères, pièces blindées) - secteur de la défense chimique et nucléaire (masques de protection, équipements de filtration et de pressurisation). Par la suite, son activité gérée par le Groupement Industriel des Armées de Terre dit GIAT-INDUSTRIE se ralentit avant de disparaître durant l'année 2000.

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

La manufacture se situe au nord de la place Carnot sur une esplanade qui surplombe la Grand'rue et qui rejoint le boulevard Thiers. La superficie de l'usine est d'environ 2200 m². L'esplanade est en légère avancée par rapport à l'alignement de l'artère principale : le tracé de la ligne du tramway dessine donc à cet endroit un décrochement. Elle est encadrée de deux jardins suspendus dévolus au directeur et à l'entrepreneur de la manufacture. Ces jardins sont actuellement en Espace Boisé Classé au POS. Une grille très ouvragée sépare l'esplanade des bâtiments militaires. Ceux-ci, disposés en retrait, sont ordonnancés de manière symétrique mettant en valeur la cour d'honneur. Le centre de l'exploitation, qu'on appelle la grande usine, est occupé par quatre bâtiments qui se rejoignent à leurs extrémités et délimitent ainsi des cours intérieures. Dans la partie nord, on trouve un bâtiment abritant une aiguiserie de trente-deux meules, un atelier de trente-six polissoirs et l'atelier de la trempe. Le bâtiment des forges est à l'est, avec une machine à vapeur de 80 CV. Le bâtiment qui s'étend au sud contient l'atelier de précision, de réparation des machines et une fonderie. A l'ouest du site face à l'entrée, il y a un vaste bâtiment à deux étages pour l'achevage dit bâtiment de l'horloge et deux bâtiments d'administration, l'un pour la direction à droite où se trouvait le musée des armes de guerre, l'autre pour l'entrepreneur. En arrière des jardins suspendus, se trouvent deux pavillons destinés au logement à droite du Directeur et à gauche du sous-directeur et du capitaine chargé des bâtiments.

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

2006/03/20 : inscrit MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Le bâtiment de l'horloge, la grille, le portail, les jardins, les murs de soutènement, les balustres, le monument aux morts, la grande usine appelée "double H" avec sa salle des moteurs, l'ancienne usine des meules, l'atelier d'ajustage : inscription par arrêté du 20 mars 2006

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2001

Date de rédaction de la notice

2001

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Sanquer Cendrine

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Auvergne-Rhône-Alpes - Centre de documentation du patrimoine - 59 boulevard Léon Jouhaux - CS 90706 – 63050 Clermont-Ferrand CEDEX 2 - 04.73.31.84.88