Lycée Augustin-Thierry, dit Cité scolaire Augustin-Thierry

Désignation

Dénomination de l'édifice

Lycée

Appelation d'usage

Cité scolaire Augustin-Thierry

Titre courant

Lycée Augustin-Thierry, dit Cité scolaire Augustin-Thierry

Localisation

Localisation

Centre-Val de Loire ; Loir-et-Cher (41) ; Blois ; Châteaudun (avenue de) 13

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Val de Loire

Lieu-dit

Rive droite

Adresse de l'édifice

Châteaudun (avenue de) 13

Références cadastrales

2011 AS 222, 223, 2011 CT 368

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Collège, lycée, école professionnelle, pensionnat, préau, gymnase, piscine, stade

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle, 2e moitié 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1834, 1947

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source, attribution par source, attribution par source

Description historique

Le collège Augustin-Thierry, installé en 1808 dans les bâtiments de l'ancienne abbaye de Bourgmoyen, en bord de Loire, fut détruit dans les bombardements de juin 1940 et les incendies qui s'ensuivirent. Dans son plan de reconstruction validé en 1942, Charles Nicod proposa de déplacer le collège au nord de la ville dans le quartier de compensation de l'hôpital psychiatrique, sur une parcelle plus vaste afin de remédier à l'insuffisance des locaux d'avant-guerre. Le bâtiment de l'asile d'aliénés, appelé "villa Lunier", fut évacué en 1940 puis occupé par les Allemands. L'installation fut donc repoussée pendant la durée du conflit, et le collège s'installa dans une partie de l’École Primaire Supérieure de Jeunes Filles et partagea à mi-temps les locaux des cours professionnels. ¶¶Après la Libération, le collège s'installa dès la rentrée 1945 dans la villa Lunier. Bâtiment de l'ancien prieuré Saint-Lazare, en partie repris dans la construction d'une villa en 1834, agrémenté alors d'un vaste parc aux essences rares, la villa était devenue hôpital psychiatrique en 1858 sous la direction du docteur Lunier et avait alors été agrandie par une seconde aile. Le choix de ce nouveau site fut conforté par le changement de dimension qu'opéra le collège. Dans la perspective de l'ouverture d'une université à Blois, annoncée dès 1945 par Raoul Dautry, ministre de la Reconstruction et de l'Urbanisme, on développa l'enseignement secondaire à Blois : le collège fut transformé en lycée en 1946. La vaste parcelle arborée de l'hôpital psychiatrique offrait des possibilités d'extension ainsi qu'un cadre aéré et ensoleillé aux jeunes lycéens. ¶¶L'établissement occupa tout d'abord les bâtiments de l'ancien hôpital psychiatrique : villa Lunier et pavillon des Tilleuls. Des travaux furent menés pour l'installation du lycée sous la direction de l'architecte Henri Jannin avec des dommages de guerre et des crédits mis à disposition par l'éducation nationale. Les premiers travaux étant limités à l'adaptation de bâtiments existants et à la construction d'un externat, le reliquat de la créance d'indemnité de dommages de guerre du collège fut utilisé par la ville pour la reconstruction de l'école de filles Victor-Hugo. ¶¶L'implantation du lycée constitua un facteur d'attractivité dans une zone encore périurbaine sur laquelle furent engagés, dès l'après-guerre, de vastes chantiers de construction de logements. ¶¶Dans les vingt années qui suivirent, l'agrandissement de l'établissement continua. En quatre tranches de travaux, menées entre 1960 et 1976, et parallèlement à l'intégration progressive d'un programme d'enseignement technique, l'établissement se dota de trois bâtiments d'internat, de trois bâtiments d'enseignement (général, scientifique et technique), d'un nouveau bâtiment à usage de cuisine-réfectoire et d'un ambitieux équipement sportif (un gymnase, une piscine couverte). André Aubert, architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux et ancien architecte en chef de la reconstruction de Blois, fut nommé dès 1957 pour superviser ces travaux d'agrandissement et les suivit jusqu'à leur aboutissement, secondé par Pierre Large à partir de 1962, assurant la cohérence du projet.¶¶Aujourd'hui, il ne reste plus qu'un des bâtiments conçus au moment de la reconstruction : le bâtiment O. Par ailleurs, certains bâtiments ont été réhabilités ces dernières années : le bâtiment I, cuisine-réfectoire, a été agrandi en 1999 pour accueillir les services de l'intendance, des salles de réunion et un gymnase ; les ateliers ont été réhabilités, cloisonnés, et agrandis en 2009. Une maison des lycéens a été construite en 2005. Les autres bâtiments subsistant sont assez peu modifiés, à l'exception de quelques huisseries comme celles du bâtiment O et de quelques aménagements intérieurs. Enfin la destruction de trois bâtiments est prévue : le bâtiment N, la piscine et le gymnase, actuellement en grande partie désaffectés.

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

¶La cité scolaire Augustin-Thierry est implantée dans la ville haute sur deux parcelles voisines. La plus vaste, accessible depuis le boulevard de Châteaudun et la rue Honoré-de-Balzac, compte la plus grande partie des bâtiments d'enseignement, ainsi que l'administration de l'établissement, dans un parc arboré riche d'essences variées et de spécimens anciens. La seconde parcelle située face à la première de l'autre côté de la rue Honoré-de-Balzac, est de taille plus réduite. Les grands ateliers, le gymnase, la piscine et les terrains de sport l'occupent de manière beaucoup plus dense. Un passage souterrain ménagé sous la rue de Honoré-de-Balzac permet de passer d'une partie à l'autre sans sortir de l'établissement.¶¶Les différentes fonctions - enseignement, équipement sportif, administration, restauration et logement ... - sont distribuées dans une vingtaine de bâtiments isolés, répartis sur les parcelles dans une logique de rassemblement fonctionnel. Les édifices devant servir à l'ensemble des élèves notamment - cantine, gymnase et maison des lycéens - ont une position centrale. ¶¶Les bâtiments anciens, en brique et pierre, se distinguent nettement des bâtiments construits depuis les années soixante. Ceux-ci sont des volumes parallélépipédiques, construits en béton armé, enduit et peint en blanc ou revêtu de petits carreaux de grès cérame, et sont largement ouverts sur l'extérieur. Le bâtiment O, le seul que l'on garde de la période de la Reconstruction, est unique en son genre, son apparence extérieure ayant été conçue pour s'intégrer au milieu de bâtiments plus anciens (pierre en façade, toit à longs pans couvert en ardoise).¶¶Les vastes espaces plantés préservés de toute construction tout comme les allées végétales, contribuent à souligner des points de vue sur le parc et à créer un environnement d'une grande qualité.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2010

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

De Decker Aurélie

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (Val de Loire et Reconstruction), enquête thématique régionale (Lycées région Centre-Val de Loire)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Centre-Val de Loire - Service régional de l'Inventaire - 6 rue de la Manufacture 45000 Orléans – 02.38.70.25.06

1/51
Lycée Augustin-Thierry, dit Cité scolaire Augustin-Thierry
Lycée Augustin-Thierry, dit Cité scolaire Augustin-Thierry
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
Voir la notice image