Église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Notre-Dame-de-l'Assomption

Titre courant

Église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Landes (40) ; Roquefort

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Roquefort

Références cadastrales

2007 AM 60

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Enclos funéraire, chapelle seigneuriale

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Milieu 12e siècle, milieu 14e siècle, 2e moitié 15e siècle, 4e quart 16e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

2e quart 18e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1748

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques, daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribué par source

Description historique

Le clocher-tour de l'église actuelle a longtemps été identifié au donjon d'une forteresse prétendument érigée au 9e siècle par les seigneurs de Roquefort (branche cadette de la maison vicomtale de Marsan). En réalité, outre le fait que ce château primitif n'était pas situé à cet emplacement, aucune partie de l'édifice actuel ne semble antérieure au 12e siècle, époque où les bénédictins de Saint-Sever en prennent possession (selon la tradition, après une donation de Geoffroy de Roquefort vers 1120). Les religieux entreprennent alors la construction d'une église, destinée pour sa partie orientale au service religieux du prieuré nouvellement créé, et pour sa partie occidentale à la paroisse, le bâtiment conventuel lui-même occupant l'angle nord-ouest de la composition. Les parties priorale et paroissiale sont séparées par un mur, percé de deux baies dans la nef et le collatéral sud. Au moins deux remaniements successifs transformeront radicalement l'aspect de cette première église, dont seule l'absidiole sud et une grande partie du mur sud du vaisseau demeurent aujourd'hui intactes. Au 13e siècle, le prieuré dépend toujours de l'abbaye de Saint-Sever, comme l'atteste en 1266 une bulle du pape Clément IV. A l'époque gothique, l'accroissement de la population entraîne l'élargissement de l'enceinte de la ville et l'agrandissement de l'église, financé pour moitié par les bénédictins, pour l'autre par les jurats. Vers le milieu du 14e siècle, le collatéral nord est ainsi prolongé vers l'ouest, sur l'emplacement de l'ancien logis prioral, et une vaste chapelle dédiée à saint Blaise est érigée à l'angle nord-ouest. La partie conventuelle de l'édifice, primitivement couverte d'une simple charpente, est dotée de voûtes d'ogives. Enfin, l'ancien choeur roman est remplacé par un large chevet à arcature et corniche à modillons. Interrompus par les troubles de la guerre de Cent Ans, les travaux reprennent dans la seconde moitié du 15e siècle : un nouveau portail gothique, destiné aux paroissiens, est construit au sud ; les murs gouttereaux nord et sud sont percés de grandes baies à remplages et les collatéraux reçoivent un voûtement d'ogives sur le modèle de celui du choeur. Une chapelle dédiée à saint Joseph, probable sépulture de la famille de Camon-Talence, est érigée quelques décennies plus tard dans l'enclos funéraire. L'église, en particulier le choeur monastique, est gravement endommagée lors du sac de Roquefort par les troupes huguenotes de Montgomery et Thoiras en 1569 - le portail fut aussi mutilé à cette occasion. Sa restauration est menée jusqu'en 1587 par le prieur Cosme de Lafitte, qui renforce le chevet ébranlé en changeant son plan semi-circulaire en carré (l'ancien hémicycle étant comblé par de la maçonnerie, à l'exception d'un espace étroit réservé pour un escalier en vis menant à une salle haute) , en l'étayant de trois énormes contreforts, en abaissant la voûte (ainsi que celle de la nef centrale, dans un souci d'harmonisation) et en bouchant les fenêtres. Les deux absidioles, afin de conforter la stabilité de l'ensemble, sont fermées du côté des collatéraux par d'épaisses murailles et transformées en sacristies. Enfin, dans la crainte d'une reprise de la guerre, les murs et la toiture du chevet et de la nef centrale sont surélevés afin de ménager un espace défensif au sommet de l'édifice. Aux 17e et 18e siècles, après l'union du prieuré aux bénédictines de Sainte-Croix de Bordeaux en 1635 (ou 1638) , sont entrepris d'autres travaux de consolidation. En 1723, le chevet est à nouveau renforcé par un mur de soutènement. En 1746, face au danger d'écroulement de la voûte du sanctuaire, la chapelle Sainte-Catherine est nivelée pour accueillir les offices, avant qu'un grand arc-boutant, érigé par l'entrepreneur Lafitte de Saint-Sever, ne vienne étayer le flanc sud du massif oriental en 1748. La voûte de la chapelle Saint-Blaise, à l'extrémité occidentale du collatéral nord, es t refaite en 1782 par le charpentier Jean Augustin et le maçon Blaise Dunogué. Après la Révolution, qui affecte l'édifice au culte de la Raison, quelques réfections sont exécutées, comme la pose en 1823, par les stucateurs Codini et Perra, de chapiteaux corinthiens sur les piliers, ou encore le remplacement en 1840 de l'ancienne tribune en bois par une nouvelle en pierre et fonte, avec installation d'un escalier extérieur qui entraîne la mutilation du portail gothique. Parallèlement, une sacristie est aménagée au premier étage d'une maison accolée au mur nord de l'église. Les derniers travaux interviennent en 1882, lorsque le curé Froment fait recouvrir la totalité des murs intérieurs de peintures décoratives.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moyen appareil, moellon, enduit partiel

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

3 vaisseaux

Typologie du couvrement

Voûte d'ogives

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe ronde, toit en pavillon

Commentaire descriptif de l'édifice

Le chevet semi-circulaire, épaulé par trois contreforts et par un arc-boutant, englobe un choeur carré, flanqué au nord et au sud par deux absidioles en hémicycle, celle du nord servant d'assise à un grand clocher-tour. Le vaisseau central, de trois travées barlongues, ouvre par des arcades brisées sur deux étroits collatéraux. Une sacristie moderne, construite sur une ancienne terrasse de soutènement, flanque le bas-côté nord. Un porche ouvert protège le grand portail d'entrée sur la travée occidentale du mur gouttereau sud. L'édifice est entièrement bâti en moyen appareil régulier, recouvert de tuiles creuses et voûté de croisées d'ogives, à l'exception des deux anciennes absidioles romanes, en cul-de-four appareillé.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, sculpture (étudiée dans la base Palissy), peinture (étudiée dans la base Palissy), vitrail (étudié dans la base Palissy)

Indexation iconographique normalisée

Ordre corinthien

Description de l'iconographie

Chapiteaux d'ordre corinthien sur les piliers du vaisseau central et de la croisée.

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1995/12/11 : inscrit MH ; 1996/11/28 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Arrêté d'inscription : éléments de l'enclos cimetérial, portail et grilles de ferronnerie, chapelle Saint-Joseph, croix, muraille fermant l'ensemble côté ouest. Arrêté de classement : église.

Référence aux objets conservés

IM40002534, IM40002535, IM40002540, IM40002543, IM40002549, IM40002559, IM40002562, IM40002563, IM40002565, IM40002581, IM40002582, IM40002570, IM40002575, IM40002580, IM40002530, IM40002532, IM40002561, IM40002572, IM40002541, IM40002548, IM40002557, IM40002567, IM40002569, IM40002527, IM40002551, IM40002550, IM40002571, IM40002573, IM40002576, IM40002537, IM40002568, IM40002536, IM40002546, IM40002552, IM40002538, IM40002555, IM40002539, IM40002542, IM40002544, IM40002556, IM40002553, IM40002560, IM40002577, IM40002528, IM40002529, IM40002558, IM40002564, IM40002566, IM40002574, IM40002547, IM40002554, IM40002531, IM40002533, IM40002545, IM40002578, IM40002579

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2008

Date de rédaction de la notice

2008

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Maisonnave Jean-Philippe

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Nouvelle-Aquitaine - Service du Patrimoine et de l’Inventaire, site de Bordeaux - 5, place Jean-Jaurès 33000 Bordeaux - 05 57 57 72 37