Tissage, usine Crozier frères, puis usine J.-B. Martin

Désignation

Dénomination

Tissage

Précision sur la dénomination

Tissage de velours

Appellation et titre

Usine Crozier frères ; Usine J.-B. Martin

Titre courant

Tissage, usine Crozier frères, puis usine J.-B. Martin

Localisation

Localisation

Rhône-Alpes 38 Tignieu-Jameyzieu

Aire d'étude

Crémieu

Adresse

Montay (rue du) 23

Référence cadastrale

1985 AP 405-415

Milieu d'implantation

En village

Parties non étud

Cour, réservoir, puits, chaufferie, bureau d'entreprise, hangar industriel, maison, cantine

Historique

Datation des campagnes principales de construction

4e quart 19e siècle, 4e quart 20e siècle

Datation en années

1883

Justification de la datation

Daté par source

Auteurs de l'oeuvre

maître d'oeuvre inconnu

Commentaire historique

Tissage de velours construit en 1883 pour les frères Jules et Joseph Crozier. La société reste dans la famille Crozier jusqu'en 1898 et exploite le métier mécanique pour la fabrication des velours et peluches, dont le brevet d'invention a été déposé par Eugène Crozier les 20 décembre 1893 et 11 juin 1894. En 1898, avec la fusion des établissements textiles E. Charbin et Cie, C. Chavant, Crozier frères et J.-B. Martin, dont fait parti le tissage de Tignieu, naît la Manufacture de velours et peluches J.-B. Martin. Après la seconde guerre mondiale, l'usine va diversifier sa production : elle fabrique le "velours miracle", velours qui se repasse à plat, et abandonne le tissage de la soie pour le coton et les fibres synthétiques, rayonne, puis dralon. L'usine est fermée en mai 1976 ; après une occupation d'une année par les ouvriers, l'ensemble est racheté par deux entreprises qui se partagent les locaux : RENOLUX qui fabrique des objets de puériculture, et TECHNITOL, de la tôlerie de précision. En 1883, l'usine n'a qu'un atelier qui occupe une quarantaine d'ouvriers. Agrandie après 1890, elle compte alors 5 ateliers. L'énergie thermique est abandonnée en 1969 et la cheminée de l'usine démolie. Un bâtiment est rajouté à l'ouest après 1976.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

Calcaire, moellon sans chaîne en pierre de taille, résidu industriel en gros oeuvre, matériau synthétique en gros oeuvre

Matériau de la couverture

Tuile mécanique, verre en couverture

Vaisseau et étage

Sous-sol, en rez-de-chaussée, 2 étages carrés

Type et nature du couvrement

Voûte en berceau

Type de la couverture

Toit à longs pans, appentis, shed

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier intérieur : escalier droit, en maçonnerie, escalier intérieur : escalier tournant, en charpente

Source de l'énergie

Énergie thermique, produite sur place, machine à vapeur à piston

Commentaire description

Une grande allée mène de la rue à la cour au fond de laquelle sont disposés la chaufferie et les ateliers. La maison du directeur, la conciergerie, le dortoir et la cantine sont établis de part et d'autre de l'allée. Le bassin réservoir d'eau est construit au nord, et un puits profond d'environ 17 m est situé dans une cave voûtée sous l'ancienne chaudière. Le premier atelier construit en moellon de calcaire a été agrandi par des bâtiments en béton de mâchefer ; un bâtiment en panneaux de plastique préfabriqué a été ajouté à l'ouest.

Protection

Intérêt de l'oeuvre

À signaler

Statut juridique

Statut de la propriété

Propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

1996

Crédits

© Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Date de rédaction de la notice

2000

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Chalabi Maryannick

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Dossier

Dossier individuel

Dossier adresse

Conseil régional de Rhône-Alpes - Service chargé de l'inventaire 6, Quai Saint-Vincent - 69001 Lyon - 04.72.00.43.70