Château d'Hodebert

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Appelation d'usage

Château d'Hodebert

Titre courant

Château d'Hodebert

Localisation

Localisation

Centre-Val de Loire ; Indre-et-Loire (37) ; Saint-Paterne-Racan

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Neuvy-le-Roi

Lieu-dit

Hodebert

Références cadastrales

1834 A2 1108-1117, 1983 A3 911

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Écurie, remise, orangerie

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

17e siècle, 18e siècle, 19e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Le nom d'Hodebert s'est orthographié de manière différente au cours des siècles : Hadebert ou Audebert au 16e siècle, Hosbert à la fin du 18e siècle, Haudbert sur le dictionnaire de Carré de Busserolle en 1878, alors qu'il figurait en 1834 sur le cadastre napoléonien sous la forme Hodebert, appellation qu'elle a conservée sur le cadastre actuel. La première mention connue d'Hodebert date de 1545, où "la veuve Durand", qui habite ce lieu est assignée à comparaître devant le chapitre de Saint Martin de Tours. Au début du 17e siècle, c'est le siège de la justice de la Prévôté d'Oë, le poète Racan y fut traduit le 20 novembre 1620. Ce n'est qu'en 1650 qu'on peut associer le nom d'un propriétaire avec celui d'Hodebert, où dans un acte de baptême extrait d'un registre paroissial de Saint-Christophe figure comme parrain Henry de Codosny, conseiller et maître d'hôtel du roi, seigneur d'Hodebert et de Saché, époux de Madeleine Dunoyer, fille du bailli de Saint-Christophe. La famille Dunoyer, sans y résider forcément, en restera propriétaire jusqu'à la Révolution. Un inventaire de 1762 décrit la demeure comme composée de 3 chambres basses et 3 chambres hautes, ce qui correspond au corps de logis central. A t'il été édifié au 18e siècle ou plutôt à la fin du 17e siècle, à l'époque où Jean Dunoyer, seigneur de Gennes en était propriétaire dans la mesure où ses successeurs au 18e siècle semblent plus avoir tiré profit des terres que résider. Néanmoins, l'inventaire de 1793 mentionne l'existence d'un pavillon à chaque extrémité du corps de logis, ceux ci ont dû être édifiés après 1762. Ce même inventaire mentionne l'existence de caves utilisées comme pressoir, boulangerie et bûcher, la présence d'un toit à porcs, d'une écurie à chevaux, d'une écurie à vaches et d'une grange. En 1794, Hodebert est acheté par Alexandre Gouïn pour une courte durée puisqu'il le vend le 30 décembre 1808 à Louis-François de Sarcé, dont la famille restera propriétaire pendant le 19e siècle. Est-ce du début du 19e siècle que datent les 2 autres pavillons placés à chaque extrémité du bâtiment, dont l'apparence rappelle les pavillons du 18e siècle, mais avec un style plus sec, qui s'apparente aux constructions du 19e siècle. Avant 1834, date de réalisation du cadastre napoléonien, ont dû être réalisés, puisqu'ils y figurent, le bâtiment à 1 étage situé au Sud-Ouest du château, servant de bibliothèque, et la remise à voitures, située à l'Ouest. Les registres cadastraux signalent la construction des écuries en 1872, celle de l'orangerie en 1875, ainsi que les serres, placées en contrebas, et une augmentation de construction en 1879 pouvant concerner le porche couvert, édifié à l'angle Nord du château. En 1890, Eugène de Sarcé lègue Hodebert à Robert de la Bouillerie, ses descendants en sont toujours propriétaires.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit, pierre de taille

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan rectangulaire régulier

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré, étage de comble

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit en pavillon, toit à longs pans

Commentaire descriptif de l'édifice

Le château est composé d'un corps de logis à élévation ordonnancée à 3 travées couvert d'un toit à longs pans, encadré par 2 pavillons à 1 travée, légèrement en saillie sur la façade Nord-Est et dans l'alignement sur la façade Sud-Ouest, couverts d'un toit en pavillon. L'étage de comble est percé de lucarnes en pierre de taille au fronton légèrement cintré. A ces 2 pavillons sont accolés à chaque extrémité 2 autres pavillons à 1 travée, à toit en pavillon, sans lucarnes. Une corniche en pierre de taille à moulure en doucine souligne la base de la toiture. A l'extrémité Nord, un porche en pierre de taille couvert d'un toit brisé, percé de lucarnes, forme une liaison architecturée entre le château et le coteau percé de caves, mais ouvragé d'un mur en pierre de taille formant une terrasse dans la partie Nord. Derrière le château, au Sud-Ouest, a été édifié un bâtiment, en pierre de taille, couvert d'un toit en croupe, bâti à flanc de coteau, à 3 niveaux, côté Sud, à 2 niveaux, côté Nord. L'Orangerie en pierre de taille est percée de larges baies en plein cintre, la porte centrale est encadrée de pilastres, le toit en terrasse est ornée de balustres. Les écuries sont construites en pierre de taille avec une ornementation soignée de baies en plein cintre. Le pignon Sud est ornée de baies triples, le chaînage d'angle est formée par 2 pilastres, l'arête du toit est souligné par une bande de pierre plate évoquant un fronton.

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1944/09/25 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Site inscrit MH : Vallon de la Clarté-Dieu et parc d'Hodebert.

Typologie de la zone de protection

Site inscrit

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

2001

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Debal-Morche Anne

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Centre-Val de Loire - Service régional de l'Inventaire - 6 rue de la Manufacture 45000 Orléans – 02.38.70.25.06

1/12
Vue d'ensemble du petit bâtiment situé sur le chemin d'accès.
Vue d'ensemble du petit bâtiment situé sur le chemin d'accès.
© Région Centre - Inventaire général
Voir la notice image