POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Château de La Roche-Montbourcher (Cuguen)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château de La Roche-Montbourcher (Cuguen)

Localisation

Localisation

Bretagne ; Ille-et-Vilaine (35) ; Cuguen

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Ille-et-Vilaine

Canton

Combourg

Lieu-dit

Roche (la)

Références cadastrales

1826D1 276-282 1999 WK 54, WL 2, 3

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Ruisseau du Montay à la Fosse Poisson

Partie constituante non étudiée

Donjon ; enceinte ; basse-cour ; fossé ; moulin ; digue

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

13e siècle ; 14e siècle ; 15e siècle ; 16e siècle

Description historique

Assis sur le rebord d'un plateau rocheux dominant par un talus escarpé une étroite et longue vallée au sud, le site de la forteresse de la Roche est celui d'un éperon barré artificiellement par le creusement de fossés au nord. Le château se composait d'un réduit défensif de plan trapézoïdal verrouillé par un donjon au nord, qui protège le logis seigneurial disparu dont les arrachements sont visibles sur la tour du Chesne, et d'une basse-cour s'étendant à l'est sur un vaste rectangle ceinturé de levées de terre ponctuées à chaque angle par des bases de tours circulaires. Le chemin d'accès originel venant de l'ouest devait contourner l'ensemble par le nord, franchir les fossés de la basse-cour. De là, le visiteur empruntait le pont-levis jetté sur le fossé sec séparant le bayle de la haute-cour probablement entourée de murailles. Pièce maîtresse du dispositif de défense, le donjon quadrangulaire est l'élément le mieux conservé sinon le plus intéressant du château. Constuit sur le roc qui lui a valu son nom, ce monument à lui seul est soigneusement appareillé en granite extrait sur place comme le suggèrent les excavations voisines. Il mesure 10,70 de côté et s'élevait vraissemblablement sur cinq niveaux en comptant le cul de basse fosse rempli des gravats du couronnement, le rez-de-chaussée percé de meurtrières et l'hypothétique terrasse sommitale. Le logis seigneurial primitif occupait les pièces du premier au troisième étage, éclairées chacune par de petites fenêtres à banquettes ou coussièges, chauffées par une cheminée et pourvues de latrines en encorbellement sur les douves côté ouest. L'absence d'escalier dans l'épaisseur des murs épaix de 2,80 mètres à la base laisse penser que des escaliers de bois permettaient la communication entre les niveaux. Seul accès au donjon, la porte percée au premier étage sur la face sud était munie d'un pont-levis, selon une disposition archaïque qui n'est pas sans rapeller les ouvrages romans. Pourtant, la modénature de baies et des cheminées correspondent aux usages de la seconde moitié du XIVe siècle assure Christophe Amiot à qui nous devont l'essentiel de cet analyse. L'hypothèse la plus vraissemblable avance cet auteur, attribue la construction du donjon à Jean de Montbourcher, sénéchal du Limousin pour Charles de Blois qui possède la Roche entre 1330 et 1370. Plus tardif peut être sont le logis seigneurial disparu ainsi que la tour du Chesne, (re)construit dans la première moitié du XVe siècle par Bertrand II de Montbourcher alors chambellan du duc Jean V, qui procède à une restauration du château donné comme ruiné en 1429. Forteresse de second rang, la Roche s'inscrit dans la ligne de défense des marches orientales de Bretagne, entre Dol et Saint-Aubin-du-Cormier, places ducales. L'épisode malheureux de guerres de la Ligue, sans doute la seule épreuve du feu que le monument eut à subir, lui est fatal : capitaine des Royaux, Saint-Luc met le siège devant la Roche tenu par les ligueurs en 1590. Pris et pillé, le château est démantelé par une ordonnance de 1595 et abandonné par la suite. Site d'un intérêt majeur pour le pays, qui mériterait une mise en valeur.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Terre ; granite ; moellon ; pierre de taille

État de conservation (normalisé)

Vestiges ; désaffecté

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Inscription à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques en date du 08/08/1995.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'une personne privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2001

Date de rédaction de la notice

2001

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gilbert Xavier

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Bretagne - Service de l'Inventaire du Patrimoine Culturel - 283 avenue du général Patton - CS 21101 - 35711 Rennes Cedex 7 - 02.22.93.98.35