imprimerie Oberthür

Désignation

Dénomination

imprimerie

Titre courant

imprimerie Oberthür

Localisation

Localisation

Bretagne 35 Rennes

Aire d'étude

Ille-et-Vilaine

Canton

Rennes est

Adresse

Paris (rue de) 78

Référence cadastrale

1980 BN 768, 769, 773, 774, 812 à 814

Milieu d'implantation

en ville

Parties non étud

atelier de fabrication, bureau d'entreprise, magasin industriel, entrepôt industriel

Historique

Datation des campagnes principales de construction

3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Datation en années

1870, 1883, 1900

Justification de la datation

daté par source, porte la date

Justification de l'attribution

attribution par source

Commentaire historique

Associé à l'imprimerie Landais en 1842, F.-C. Oberthür, devenu seul propriétaire en 1852, fonde l'imprimerie qui porte son nom. En 1854, elle publie le premier calendrier postal, témoignage d'une longue série. En pleine expansion, F.-C. Oberthür investit, en 1854, dans l'imprimerie typographique Marteville et Lefas dont il devient le principal actionnaire en 1857. A cette date, il adjoint à son usine une imprimerie typographique et devient l'imprimeur des Chemins de fer de l'Ouest et des Contributions directes. Entre 1866 et 1871, F.-C. Oberthür associe ses fils Charles et René à l'entreprise dont la nouvelle raison sociale devient Oberthür et fils. En 1870, les modestes ateliers sont détruits afin de laisser place à un vaste atelier conçu par l'architecte Martenot. En 1883 (date portée sur la façade postérieure) , un second bâtiment dont la conception est confiée à Jobbé-Duval, est implanté parallèlement au premier. L'espace entre les deux bâtiments voit l'édification des ateliers de pliage, de reliure et l'extension de la typographie. En 1900, construction, par Couasnon, de l'atelier sud entièrement en béton armé. En 1909, constitution de la société anonyme Imprimeries Oberthür. Parallèlement aux progrès industriels, de nouveaux ateliers sont édifiés et, en 1929, adoption du système offset. Jusque dans les années 1950, l'imprimerie reste entre les mains de la famille Oberthür qui, face au développement de la concurrence, finit par s'associer avec d'autres sociétés. Elle est spécialisée dans le secteur des produits millésimés, almanachs, calendriers et agendas, dans le secteur des contributions, imprimés pour les services fiscaux, dans le secteur fiduciaire, puis dans le secteur des labeurs (ouvrages typographiques). Le 6 février 1970, les Imprimeries Oberthür sont transformées en SARL. En 1975, développement du secteur fiduciaire avec la construction d'un atelier à Chantepie, dans la banlieue sud de Rennes. En 1981, l'entreprise dépose son bilan. De 1983 à 1988, liquidation judiciaire des biens de la société. Les locaux et les terrains sont rachetés par la ville, qui prend possession du patrimoine technique et documentaire et décide une opération d'aménagement. En 1860, attestation d'une machine à vapeur. En 1889, acquisition de la première linotype. En 1867, Oberthür fonde une mutuelle. En 1874, il offre une retraite, en 1880 un service médical gratuit et en 1887 une fanfare et une société de gymnastique qu'il équipe d'un gymnase sur le site de l'entreprise. En 1918, l'imprimerie emploie six cent trois salariés et mille cent vingt en 1971.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

schiste, moellon, brique, calcaire

Matériau de la couverture

ardoise, verre en couverture

Vaisseau et étage

1 étage carré

Type de la couverture

toit à longs pans, terrasse

Source de l'énergie

énergie thermique, produite sur place, énergie électrique, achetée

Commentaire description

L'imprimerie, partiellement détruite, est bâtie en schiste et en brique, matériaux jouant de la polychromie : le résultat est d'une grande qualité architecturale. Il subsiste les deux grands ateliers de fabrication est et ouest, édifiés respectivement par J.-B. Martenot et Jobbé-Duval, vastes halles comprenant un étage carré couvertes d'un toit à longs pans percé d'une verrière zénithale. La façade antérieure de la halle est, atelier de typographie, alterne assises de brique et de calcaire. Elle est flanquée d'un petit corps de bâtiment (les bureaux) couvert d'un toit en terrasse et rythmé par un léger avant-corps central, en calcaire, surmonté d'un fronton triangulaire. La halle ouest, atelier de reliure, vernissage, pliage et magasin de la composition, construite en schiste et en brique, reprend globalement la même composition avec le fronton triangulaire et une partie du toit en terrasse. Les façades latérales sont éclairées par de larges baies, rectangulaires au rez-de-chaussée, et à arc surbaissé au premier étage, formant ainsi neuf travées. La façade postérieure des deux halles est rythmée par la polychromie des matériaux : jambes harpées en schiste sur fond de brique, mais aussi par les diverses compositions de baies : triplet de fenêtres en plein cintre au deuxième niveau, ou encore triplet de baies rectangulaires au premier niveau pour la halle ouest, la halle est reprenant ce rythme ternaire avec ses nombreuses baies reliées entre elles par un immense arc en plein cintre aveugle en schiste.

Etat de conservation

établissement industriel désaffecté

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété de la commune

Références documentaires

Date d'enquête

1998

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gasnier Marina

Cadre de l'étude

patrimoine industriel

Dossier

dossier individuel

Visite guidé

Patrimoine industriel