Moulin à farine de Mordelles, puis minoterie Hubert-Baudais et Cie (Mordelles)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Moulin à farine, minoterie

Appelation d'usage

Moulin à farine de Mordelles, puis minoterie Hubert-Baudais et Cie

Titre courant

Moulin à farine de Mordelles, puis minoterie Hubert-Baudais et Cie (Mordelles)

Localisation

Localisation

Bretagne ; Ille-et-Vilaine (35) ; Mordelles ; Mordelles (Moulin de)

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Ille-et-Vilaine

Canton

Mordelles

Adresse de l'édifice

Mordelles (Moulin de)

Références cadastrales

1829 D 358, 1997AH 105 à 107

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Meu (le)

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication, bâtiment d'eau, bassin de retenue, bureau, entrepôt industriel, magasin industriel, transformateur

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 17e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

1er quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1656, 1818

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par source

Description historique

"Le moulin de Mordelles, construit en 1656, dépend du domaine seigneurial d'Artois. Un procès verbal de 1800 précise que l'administration centrale du département d'Ille-et-Vilaine a réalisé des réparations aux ouvrages régulateurs de l'usine. Cette dernière est ensuite vendue comme bien national en vertu d'un procès verbal de 1801 qui dévoile l'état de conservation très médiocre du moulin. Ce procès verbal mentionne l'existence de meules d'1 m de diamètre, d'une grande roue, d'un rouet et de marbres. "Cet ensemble, ainsi que tout ce qui entoure les meules, est usé par le travail, le moulin est dans le plus dangereux état de vétusté et en partie écroulé.". En 1818, la comtesse de Rochemure, propriétaire du moulin de Mordelles et du château d'Artois, demande l'autorisation d'établir une minoterie. En 1883, le vannage de décharge, en bon état, se compose de huit vannes. Il existe également deux vannes motrices, une petite qui met en mouvement le petit moulin à farine et une grande qui actionne la minoterie. Le régime des eaux est réglementé par arrêté préfectoral du 3 mai 1884. En raison du refus de la comtesse de Rochemure de se soumettre aux prescriptions de l'arrêté, une longue procédure aboutit, en 1891, à une notification de mise en chômage de la minoterie, qui ne sera effective que le 26 mai 1893. En 1892, destruction par un incendie du petit moulin annexé à la minoterie. Le décès de la comtesse de Rochemure permet d'entrer dans une nouvelle phase de négociations. Les héritiers copropriétaires du moulin s'engagent à exécuter les prescriptions de l'arrêté dans un délai maximum de deux ans. La cessation de mise en chômage du moulin a lieu le 2 juillet 1894. En 1909, la quantité de blé moulu dans une année s'élève à 990 q. Le 4 novembre 1922, constitution d'une société en commandite simple inscrite sous la raison sociale Hubert-Baudais et Cie. En 1923, le propriétaire et commanditaire de la société, Bourgeois du Marais, procède à la réfection des appareils hydrauliques et des ouvrages de décharge. La minoterie cesse son activité en 1971. En 1883, le moulin possède deux roues hydrauliques et une chute d'eau d'1,52 m. En 1902, mention d'une chaudière à vapeur qui présente une surface de chauffe de 19,5 m2, et est timbrée à 6 kg. En 1909, le moulin cumule l'énergie hydraulique et la vapeur, le tout actionnant trois paires de meules. Une roue hydraulique verticale est toujours en place.(M. Gasnier)En 2013, une demande de permis de construire pour réhabiliter les bâtiments existants a été accordée à la famille Hubert propriétaire du moulin. Les travaux ont été confiés à Eric Drouart, architecte spécialisé dans la restauration des moulins et président de l'ASMB (Association de Sauvegarde des Moulins de Bretagne). La longère accueille désormais une maison d'habitation et des salles de réunion. Le bâtiment du moulin accueille quant à lui des chambres d'hôtes. (J. Huon)"

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste, brique, enduit partiel, essentage de planches, essentage de tôle, moellon

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan rectangulaire régulier

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 3 étages carrés

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie hydraulique, énergie thermique, énergie électrique, , produite sur place, , produite sur place, , achetée, , roue hydraulique verticale

Commentaire descriptif de l'édifice

Le site comprend plusieurs corps de bâtiment répartis autour d'une cour qui jouxte le bassin de retenue. Le moulin, composé de deux corps de bâtiment accolé, est établi sur une chaussée qui chevauche le Meu. La minoterie compte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et trois étages carrés couverts d'un toit à longs pans en ardoises. Construite en schiste, elle présente un dernier niveau enduit. Ses façades antérieure et postérieure sont rythmées, verticalement, par quatre travées de baies en plein cintre encadrées de briques, et horizontalement, par des bandeaux de briques qui soulignent chaque niveau. Un oculus encadré de briques rayonnantes perce le premier étage au centre de la façade antérieure. La minoterie est flanquée du bâtiment d'eau, construit en briques et en schiste, couvert d'un toit à longs pans en ardoises et abritant la roue à aubes toujours en place. Ce petit corps de bâtiment est flanqué du déversoir en parfait état de conservation. Dans l'axe perpendiculaire, se situent les logements et différentes dépendances plus récentes qui s'organisent autour de la cour. L'ancien logis comprend un étage carré enduit et est percé de fenêtres à arc surbaissé ; seul son niveau de soubassement est en schiste. Il est couvert d'un toit à croupes en ardoises. Dans le prolongement de la cour se trouvent différents entrepôts et magasins industriels construits en structures plus légères (essentage de planches et de tôle).(M. Gasnier)

Commentaires d'usage régional

Minoterie dite à l'américaine de plan allongé comptant au moins deux étages carrés (type D1) ; à bassin de retenue ; à déversoir et vannage ; sur rivière

État de conservation (normalisé)

Restauré, bon état

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

1999 ; 2017

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gasnier Marina, Huon Julien

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel (patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine), inventaire topographique (Mordelles)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Bretagne - Service de l'Inventaire du Patrimoine Culturel - 283 avenue du général Patton - CS 21101 - 35711 Rennes Cedex 7 - 02.22.93.98.35

Moulin à farine de Mordelles, puis minoterie Hubert-Baudais et Cie (Mordelles)
Moulin à farine de Mordelles, puis minoterie Hubert-Baudais et Cie (Mordelles)
(c) Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image