moulin à blé le Moulinet, puis usine métallurgique dite forges du Plessis-Bardoult

Désignation

Dénomination

moulin à blé, usine métallurgique

Titre courant

moulin à blé le Moulinet, puis usine métallurgique dite forges du Plessis-Bardoult

Localisation

Localisation

Bretagne 35 Pléchâtel

Aire d'étude

Ille-et-Vilaine

Canton

Bain-de-Bretagne

Lieu-dit

les Forges

Référence cadastrale

1983 AL 93, 94, 96 à 98, 100, 102, 103, 251 à 254, 258 à 260, 262 à 267, 286 à 288

Milieu d'implantation

en écart

Parties non étud

atelier de fabrication, haut fourneau, logement de contremaître, entrepôt industriel, logement patronal, four à pain

Historique

Datation des campagnes principales de construction

2e quart 19e siècle

Datation en années

1828

Justification de la datation

daté par source, daté par tradition orale, daté par travaux historiques

Auteurs de l'oeuvre

maître d'oeuvre inconnu

Commentaire historique

Le haut fourneau du Plessis-Bardoult est édifié en 1828 à l'emplacement de l'ancien moulin à blé dit le Moulinet, par Anne-Marthe Roland, comte Onffroy, officier d'artillerie et propriétaire de la terre du même nom à Pléchâtel. En 1830, une forge simple à un feu d'affinerie et un feu de chaufferie, ainsi qu'un atelier de fonte moulée, sont adjoints au haut fourneau. Le maître de forge adopte alors la méthode wallonne. Le haut fourneau fonctionne à feu continu durant sept à huit mois de l'année, de novembre à juillet, sauf dans les années 1850. En 1851, lorsque l'établissement passe aux mains des Béru, le haut fourneau reste complètement inactif. La production annuelle, relativement constante, oscille entre 400 et 500 t. Durant tout le XIXe siècle, le haut fourneau est alimenté en minerai de fer provenant de la lande de Bagaron. Face au développement des forges à l'anglaise, le haut fourneau du Plessis-Bardoult fournit en fonte au bois les usines modernes de Basse-Indre, près de Nantes (44) et de La Joie, près d'Hennebont (56). En 1875, le fourneau ferme en raison de réparations, les ouvriers sont renvoyés. L'établissement rouvre ses portes en 1876 pour s'éteindre définitivement au cours du troisième trimestre de 1878. Durant le XIXe siècle, les forges du Plessis-Bardoult fonctionnent grâce à l'énergie hydraulique tirée de l'étang situé de l'autre côté de la chaussée. Celui-ci permet d'alimenter la roue à augets qui actionne les soufflets du haut fourneau situé en contrebas. En 1851, Franco fils, maître fondeur, projette d'installer une soufflerie à piston. En juillet 1857, l'usine emploie douze ouvriers au fourneau, douze au minerai et trente dans les bois.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

schiste, moellon, enduit partiel

Matériau de la couverture

ardoise

Vaisseau et étage

étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, comble à surcroît

Type de la couverture

toit à longs pans

Source de l'énergie

énergie hydraulique, produite sur place

Commentaire description

Site ayant sauvegardé son haut fourneau construit en schiste pourpre. La halle à charbon, aujourd'hui réhabilitée en logements et partiellement enduite, présente un important contrefort sur l'un de ses pignons. Le logement du fondeur, à un étage de soubassement (rachetant le niveau de l'étang) , un rez-de-chaussée surélevé et un étage de comble à surcroît percé de lucarnes pendantes, est construit en schiste et couvert d'un toit à longs pans en ardoise. Les baies de la façade antérieure, en plein cintre, sont encadrées de brique. Ce logement s'appuie en partie sur la chaussée de l'étang et en partie sur la base de l'ancien moulin. Afin d'assurer la liaison entre la maison du fondeur et la halle de coulée placée en contrebas, un escalier et un petit passage traversent l'étage de soubassement faiblement éclairé par deux petites ouvertures. Situé en position dominante, le logis patronal, de plan rectangulaire, en rez-de-chaussée, est construit en schiste et couvert d'un toit à longs pans en ardoise. Un étage de comble a été ajouté ultérieurement.

Etat de conservation

établissement industriel désaffecté

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

1998

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

1998

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gasnier Marina

Cadre de l'étude

patrimoine industriel

Dossier

dossier individuel

Visite guidé

Patrimoine industriel